Troub's

Le paradis … en quelque sorte (90 jours à Bornéo)

Futuropolis

Paris, 2008

bibliothèque insulaire

       

parutions 2008

Le paradis … en quelque sorte (90 jours à Bornéo) / écrit et dessiné par Troub's ; préface de Bernard Sellato. - Paris : Futuropolis, 2008. - 229 p. : ill. ; 23 cm.
ISBN 978-2-754801-69-0
Voici donc une savoureuse chronique
d'un fleuve et du temps qui coule.


Bernard Sellato, Préface, p. 5

NOTE DE L'ÉDITEUR
: En 2005, Troub’s a remonté le fleuve Mahakam sur l’île de Bornéo pour aller à la rencontre des indiens Dayaks. Communicant avec les autochtones par le dessin, il relate cette expérience unique au pays des réducteurs de têtes, partagé entre illusion et désillusion. Avec un bracelet de perles au bras, son passeport Dayak et son carnet à dessins comme dictionnaire, Troub’s suit le fleuve pour aller de villages en villages. Il fera des rencontres étonnantes, mais découvrira aussi que même à Bornéo, la civilisation occidentale est présente.
Rites ancestraux et soirées karaoké rythment la vie des autochtones. « Troub’s a eu la bonne idée, ou la chance, de pousser jusqu’à Long Apari et de s’y poser quelque temps, d’y vivre, d’y respirer l’air du temps qui passe, un peu de l’air d’antan » explique Bernard Sellato ethnologue et spécialiste de Bornéo, dans sa préface. « … Long Apari est resté un havre de paix relative, où la vie coule encore au rythme des travaux agricoles, comme le fleuve à celui des crues et étiages. Des chiens, des chats, des poules, mais pas de " hello mister ". Bien sûr, la télé est là, incontournable, se substituant aux veillées de contes à la torche de résine, elle-même remplacée par le néon. Mais au-delà de Long Apari, il n’y a plus rien, on ne peut pas aller plus loin. On croit, en remontant aux sources du fleuve, pouvoir remonter le temps. Mais ce temps n’est plus ».

Grand bourlingueur, Troub’s ne part jamais sans son matériel de dessin : « En voyage, j'ai toujours sur moi des carnets de tailles différentes pour dessiner, et un petit pour écrire. Tout commence là, je note assidûment, obsessionnellement peut être, tout ce qui me fait réagir, sans aucune censure. J'accumule et c'est un vrai plaisir. Ensuite, de retour dans mon atelier, j'essaye d'y mettre de l'ordre. Pour ce livre, j'ai commencé par reprendre mes écrits pour en faire un texte cohérent et lisible par n'importe qui, un journal de bord. Ensuite, j'ai placé les croquis fait sur place, un peu comme des illustrations du texte. Et pour finir, j'y ai inclus des pages de bd, des strips, aux endroits où cela me paraissait importun ».
EXTRAIT
 
En fin de matinée, nous embarquons en famille dans une petite pirogue et partons en pique-nique.

[…]

Au bout d'un bon quart d'heure, nous prenons un petit affluent calme recouvert par la jungle.

C'est un tunnel de verdure au-dessus d'une eau miroitante qui serpente doucement jusqu'à une cascade de rochers infranchissable. Ça grimpe haut et large. L'eau qui dévale de la pente forme des bassins entre les blocs de granit, des baignoires naturelles et cristallines. Nous nous arrêtons là, l'endroit est paradisiaque. Les gars coupent du bois pour le feu avec leurs machettes, et les filles préparent du poulet, du manioc, des herbes … qu'elles feront griller sur des piques.

pp. 85-87
Bandes dessinées insulaires
En l'absence d'une sélection suffisamment développée, la liste qui suit regroupe des références dispersées sur l'ensemble du site.
d'autres regards sur Bornéo

mise-à-jour : 1er novembre 2019

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX