Cet entretien avec Lyonel Trouillot, recueilli par Grégoire Allix, a été publié dans
Le Monde (Dimanche 9
- Lundi 10 janvier 2011).

 

Il faudrait demander à l'Organisation des Etats américains, aux Nations unies et au reste de la communauté internationale pourquoi ils n'ont pas écouté les voix haïtiennes. Comment peut-on prétendre, même avec les meilleurs intentions, reconstruire le pays sans être à l'écoute de ses pulsations ?
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX



Les Haïtiens ne sont pas écoutés

Un an après le séisme, peut-on dire que la reconstruction a commencé ?

La reconstruction ? De quoi ? Par qui ? Avec quoi ? En fonction de quelle vision globale des besoins de la société ? Il n'y a qu'à voir le Palais national, encore dans l'état où l'a laissé le séisme. Non, on ne peut pas parler de reconstruction. Ni sur le plan symbolique. Ni sur le plan matériel. Promesses non tenues des uns (du côté de la communauté internationale), incompétence et insouciance des autres (du côté des responsables politiques haïtiens).
Ajoutez à cela le manque de coordination et l'incapacité ou le refus de faire appel aux capacités haïtiennes, d'impliquer les Haïtiens en tant que sujets dans les projets de reconstruction de leur pays, il y a très peu de fait.


Pensez-vous que l'épidémie de choléra et la polémique sur son origine ont ruiné la confiance de la population dans les Nations unies ?

L'épidémie de choléra a contribué à exacerber le sentiment — majoritaire en Haïti — de la présence d'une mission des Nations unies qui ne sert pas à grand-chose. Il n'est pas rare d'entendre dire que quand la mission sera (enfin) partie, elle nous aura laissé le choléra pour preuve de son passage. Quel autre souvenir laissera-t-elle dans les mémoires ? Au-delà du ressenti des Haïtiens, il faudra que l'on ose évaluer les moyens mis en œuvre par rapport aux résultats.
Mais la crise n'est pas le résultat d'un manque de confiance. Ce n'est pas un « manque de confiance » qui est à l'origine des politiques qui ont conduit à cette situation catastrophique, ce sont des décideurs nationaux et internationaux. C'est la gestion catastrophique des multiples crises et leur aggravation qui explique le manque de confiance.


Haïti était, avant le séisme, un pays profondément inégalitaire. La reconstruction peut-elle s'attaquer à cet enjeu ?

La reconstruction ne peut se concevoir sans la transformation des structures sociales haïtiennes. C'est ce que nombre de citoyens haïtiens clament depuis un an : un système scolaire républicain ; des services publics pour l'ensemble des citoyens ; le respect des différentes composantes culturelles de l'haïtianité (non pas prise comme enfermement mais comme enrichissement permanent) et le respect de la culture populaire ; des institutions démocratiques non inféodées à l'exécutif.
Ce n'est pas une affaire pour des affairistes en mal de contrats, technocrates de seconde zone et autres prédateurs à l'affût d'un marché. Avec le pouvoir politique actuel, qui n'a ni le sens de l'urgence ni une vision à long terme, on voit mal s'accomplir une telle tâche.


Considérez-vous que les Haïtiens ne sont pas suffisamment associés à la reconstruction ?

Que les Haïtiens ne soient pas écoutés, c'est une évidence. Les organisations non gouvernementales, pour ne nommer qu'elles, fonctionnent pour la plupart, selon leurs propres évaluations des besoins, développent seules leurs stratégies, leurs agendas …
Sur le plan politique, l'ensemble de la société haïtienne avait prédit que l'élection présidentielle du 28 novembre 2010 tournerait à la catastrophe, avec un Conseil électoral inféodé à l'exécutif, la machine de l'Etat mise au service de la plate-forme dirigée par le président sortant.
Il faudrait demander à l'Organisation des Etats américains, aux Nations unies et au reste de la communauté internationale pourquoi ils n'ont pas écouté ces voix haïtiennes. Comment peut-on prétendre, même avec les meilleurs intentions, reconstruire le pays sans être à l'écoute de ses pulsations ?


Vous avez dénoncé, fin décembre, une dérive autoritaire du pouvoir. Craignez-vous que la crise politique débouche sur une guerre civile ?

Il n'y a pas de risque de guerre civile, à mon avis. Mais il est bête de la part du président Préval de s'engager dans un bras de fer avec un pays qui a choisi la rupture. Le président Préval a cru qu'il pouvait choisir son successeur et l'imposer. Ce n'est pas chose possible.
La rupture est le choix national parce que les gens sont fatigués de ne pas sentir que leur parole et leurs besoins sont portés par les représentants politiques haïtiens, parce que les gens sont fatigués de voir que rien ne change ni sur le plan structurel ni dans leur quotidien, à part les services de santé d'urgence. Parce que les gens sont fatigués de vivre dans un pays qui n'est pas dirigé. Ils demandent une direction politique digne et efficace. La tendance est donc de mettre dans un même panier le gouvernement haïtien et la communauté internationale comme coauteurs d'un grand désordre qui n'amène rien de bien.

Lyonel Trouillot
propos recueillis par Grégoire Allix


© Le Monde