Dany Laferrière

L'odeur du café

Le Serpent à plumes - Motifs, 135

Paris, 2001

bibliothèque insulaire

   
Haïti
parutions 2001
L'odeur du café / Dany Laferrière. - Paris : Le Serpent à plumes, 2001. - 226 p. ; 17 cm. - (Motifs, 135).
ISBN 2-84261-282-5
Dany Laferrière a participé au 6ème Salon du Livre Insulaire (Ouessant, 19-22 août 2004)

NOTE DE L'ÉDITEUR :  Au cœur de ce récit, il y a l'enfance. Celle d'un petit garçon passant ses vacances chez Da, sa grand-mère, et accompagné de la chaleureuse vigilance de ses tantes. Un peu de fièvre, et le voici privé de jeux avec ses camarades. Alors il reste sur la terrasse de bois, à côté de Da qui se balance dans le rocking-chair, avec toujours une tasse de café à portée de la main pour les passants et les voisins.

Le long des lattes de bois, l'enfant regarde les fourmis, les gouttes de pluie marquant le sol, regarde et écoute les adultes s'occuper et parler, respire les odeurs de la vie.

Chronique des sensations enfantines, L'Odeur du café est un livre envoûtant, le récit d'un voyage au temps si fragile et si merveilleux de l'enfance.

AFRICULTURES, n° 43, décembre 2001 : Le livre est né d'une image : « un petit garçon assis aux pieds de sa grand-mère sur la galerie ensoleillée d'une petite ville de province ». C'est l'été 63, un été où « il ne s'est rien passé, sinon que j'ai eu dix ans ». Le petit garçon, c'est Dany Laferrière, et sa grand-mère, Da, personnage emblématique de plusieurs des dix romans constituant la vaste « autobiographie américaine » de Laferrière. L'Odeur du café est un livre tendre sur l'enfance, sur les souvenirs qu'on en garde, sur les expériences et les personnes qui marquent à jamais les mots comme « la mort » qui rappellera toujours le décès du grand-père et de la camarade de classe, ou « le chien » qui ne peut être autre que le vieux Marquis traînant des pattes. Le récit peut se lire comme la première partie du Charme des après-midi sans fin qui évoquait les années d'adolescence de l'auteur. Les deux ouvrages sont construits comme des galeries de petits tableaux, brodés autour d'une scène de vie, d'une anecdote ou d'une sensation. Mais là où, dans Le Charme des après-midi, Laferrière utilisait un ton narratif, ici il raconte l'enfance par de minuscules détails lourds de souvenirs : le souffle de l'alizé dans le cou, l'éclat du soleil après la pluie, l'odeur du café de Da. Et c'est bien cela l'enfance : moins une chronologie de scènes qu'un chapelet d'odeurs, de couleurs, de paysages ou de goûts. Une immense tendresse se dégage de ces pages, invitant le lecteur à plonger dans ses propres souvenirs.

Taina Tervonen

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « L'odeur du café », Montréal : VLB, 1991

mise-à-jour : 2 juin 2015
28 mai 2015
Dany Laferrière
est reçu à l'Académie française
12 décembre 2013
Dany Laferrière
est élu à l'Académie française

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX