Jack London

La croisière du Snark, présenté et trad. par Eric Vibart

Éd. Ouest-France

Rennes, 2002
bibliothèque insulaire

     

errances
livres sur les Marquises
parutions 2002
La croisière du Snark, San Francisco-Sydney : le Pacifique à la voile / Jack London ; présentation et traduction par Eric Vibart. - Rennes : Éd. Ouest-France, 2002. - 511 p. : ill., cartes ; 23 cm. - (Bibliothèque de la mer).
ISBN 2-7373-3036-X
But the Snark is at hand, let me tell you again !
          'Tis your glorious duty to seek it !


Lewis Carroll, The hunting of the Snark, Fit the fourth : The hunting

En embarquant en 1907 sur le Snark pour les îles Hawaii, les Marquises, Tahiti, Raiatea, Bora Bora, les Samoa, les Fidji, les Nouvelles Hébrides et les Salomon, Jack London, accompagné de sa femme Charmian, suivait l'exemple de Slocum et les traces de Melville et Stevenson.

A peine débarqué à Nuku Hiva, il se rend dans la vallée de Taïpi [Typee] : « Petit garçon, j'ai lu un livre d'Herman Melville qui portait ce titre : Typee, et ces pages m'ont fait rêver pendant des heures. Et pas seulement rêver. Je décidai que tôt ou tard, d'une manière ou d'une autre une fois que j'aurais gagné en force et en âge, j'irais moi aussi dans la vallée de Typee. Car ce livre fit saisir à ma jeune conscience toutes les merveilles du monde, ces merveilles qui m'ont conduit dans bien des pays, et dont la séduction ne s'est jamais affadie ».

Plus tard d'autres, comme Alain Gerbault, sont partis guidés par les récits de Jack London. A l'époque, le Snark naviguait toujours, reconverti dans le commerce des îles en Mélanésie ; Alain Gerbault eut l'heureuse surprise de l'apercevoir tirant des bords au large de Port-Vila : « Je le voyais pour la première fois, et cependant je le reconnus au premier coup d'œil. C'était le Snark, le Snark de Jack London, sur lequel un de mes auteurs préférés avait fait en 1907 une si belle croisière » 1.

Cette nouvelle édition de « La croisière du Snark » ne se justifie pas seulement par l'apport d'une nouvelle traduction (œuvre d'Eric Vibart, homme de mer et de lettres) ; elle s'enrichit en outre des 119 photographies prises pendant la navigation, telles qu'elles figuraient dans l'édition originale (New York : Macmillan, 1911).

Introduction, postface et un jeu d'annexes complètent utilement cette réédition.
       
1.« Sur la route du retour » in Seul à travers l'Atlantique et autres récits, Paris : Bernard Grasset, 1991.
SOMMAIRE
(résumé)
  • Introduction : Le lieu géométrique du chef-d'œuvre
  • La croisière du Snark
  • Annexes : Douze tableaux pour faire suite à La Croisière du Snark
    1. Se donner les moyens de partir : mille mots par jour
    2. Trouver des équipiers : Martin Johnson
    3. Roscoe Eames : « Marin comme je suis danseuse égyptienne »
    4. Hawai'i : troquer un incapable contre un assassin
    5. Tahiti : la banqueroute évitée de justesse
    6. Naissance d'un chef-d'oeuvre : Martin Eden
    7. Îles de la Société : au coeur du mythe océanien
    8. Équipiers polynésiens : la tradition des goélettes
    9. Nouvelles-Hébrides et Salomon : la traite et le troc
    10. Sydney : la séparation de l'équipage et le retour
    11. Communiquer : « Jolomut Manilamut Wretchful »
    12. Publier La Croisière du Snark : « Vous m'avez mis dans un beau pétrin »
  • Le Snark : Ce bateau est né sous une mauvaise étoile
  • En guise de postface : Joies de la plaisance
  • Chronologie de la croisère du Snark
  • Bibliographie succinte
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Jack London, « The cruise of the Snark », New York : Macmillan, 1911
  • Jack London, « La croisière du Snark » trad. par Louis Postif, Paris : Hachette, 1936
  • Jack London, « La croisière du Snark » in Romans et récits autobiographiques, Paris : Robert Laffont (Bouquins), 1988
  • Jack London, « La croisière du Snark » trad. de Louis Postif et Charles-Noël Martin revue et complétée par Frédéric Klein, Paris : Phébus (Libretto, 225), 2006
  • Jack London, « La croisière du Snark » trad. de Louis Postif et Paul Budker révisée par Clara Mouche, in Aventures en mer, présentées par Olivier Piéretié, Paris : Omnibus, 2014
  • Jack London, « La maison de Mapouhi » in Les morts concentriques, textes choisis et présentés par Jorge Luis Borges, Paris : Retz, Franco Maria Ricci (La Bibliothèque de Babel, 5), 1978

mise-à-jour : 9 juillet 2018

Jack London dans les mers du Sud
JACK LONDON
dans les mers du Sud

Musée d'Aquitaine Bordeaux
29 mai
2 décembre 2018
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX