Ralph Linton

« La culture des îles Marquises » in : Abram Kardiner, L'individu dans sa société : essai d'anthropologie psychanalytique, pp. 199-254

Gallimard - Bibliothèque des sciences humaines

Paris, 1969

bibliothèque insulaire

   
livres sur les Marquises
L'individu dans sa société : essai d'anthropologie psychanalytique / Abram Kardiner ; avec un avant-propos et deux études ethnologiques de Ralph Linton ; introd. de Claude Lefort ; trad. de l'anglais par Tanette Prigent. - Paris : Gallimard, 1969. - 531 p. ; 23 cm. - (Bibliothèque des sciences humaines).
ISBN 978-2-07-027125-2
En 1920 et 1921, Ralph Linton participe avec E.S.C. Handy à la mission Bayard-Dominick organisée par le Bishop Museum d'Honolulu aux îles Marquises où il séjourne plusieurs mois, principalement à Hiva Oa. Il y est en charge des recherches archéologiques mais, à l'expérience, prend conscience de son intérêt croissant pour l'ethnologie — les vieilles pierres l'intéressent moins que les hommes et leurs cultures. Plus tard, c'est en ethnologue qu'il poursuivra ses travaux de terrain, notamment à Madagascar.

Une quinzaine d'années après son séjour aux Marquises, Ralph Linton suit à New York le séminaire du psychanalyste Abram Kardiner qui tente de « conjuguer les méthodes de l'anthropologie [ethnologie] et celles de la psychanalyse » 1 ; cette rencontre fortuite débouche sur une étroite collaboration : « on me demanda (…) d'apporter mon témoignage sur certaines cultures au sujet desquelles j'avais des renseignements de première main, et de donner des compléments si possible en fonction de mes impressions personnelles » 2.

La culture des îles Marquises — contribution de Ralph Linton à l'ouvrage où Abram Kardiner exprime l'objectif et les premiers enseignements de sa démarche — se fonde sur des notes de terrain et des souvenirs datés et détournés de leur objectif initial en vue d'illustrer et de soutenir un projet autonome. La description de la société marquisienne, telle que l'auteur a pu l'observer en 1920 et 1921, est composée de brèves séquences :

  • Le milieu et l'économie
  • Les maîtres artisans
  • La répartition
  • Attitude envers les objets
  • L'organisation sociale
  • L'organisation tribale
  • Le foyer familial
  • Hiérarchie sociale
  • Le cycle vital de l'individu
  • La guerre
  • La religion
  • Folklore et légendes

L'ensemble éclaire particulièrement certaines spécificités attribuées à la société marquisienne, au premier rang desquelles le risque permanent de famine et l'empreinte de cette hantise sur la formation de la personnalité autant que sur les rapports au sein du foyer familial ou des groupes sociaux plus larges. Sont également évoqués avec insistance les particularités de la prise en charge et de l'éducation des enfants ainsi que la place et le rôle des femmes. A l'occasion, Ralph Linton fait référence au recueil de récits, contes et légendes effectués durant son séjour par son collègue E.S.C. Handy, élargissant d'autant le champ couvert par ses investigations personnelles. La volonté d'objectivité formelle et de distance dans l'expression ainsi que le caractère souvent péremptoire de certaines affirmations sont parfois compensées par l'émergence de souvenirs personnels où la sensibilité de l'auteur affleure ; c'est le cas en particulier des fréquentes allusions à l'aptitude des Marquisiens à entretenir des relations interpersonnelles harmonieuses (avec pour seule exception notable les rares différends survenant sous l'emprise de l'alcool).

La contribution de Ralph Linton est suivie d'une Analyse de la culture marquisienne 3 où Abram Kardiner se propose d' « examiner … la structure de la personnalité dans cette société [et de] dégager les interrelations fonctionnelles existant entre les différentes institutions » ; dans cette perspective, il constate l'intérêt de disposer grâce au travail de Ralph Linton d'un aperçu portant « sur une société et une culture offrant de nombreux et violents contrastes avec la nôtre ».
   
1.Claude Lefort, Introduction, p. 7
2.Ralph Linton, Avant-propos, p. 58
3.Abram Kardiner, Analyse de la culture marquisienne, pp. 255-303
EXTRAITS Du fait que ces îles ne sont qu'à 10 degrés au sud de l'équateur, le climat est chaud, avec peu de changements saisonniers. Se trouvant au nord des alizés et par conséquent sans saisons de pluies, ces îles sont de temps en temps victimes de sécheresses prolongées et destructrices, qui amènent de très mauvaises récoltes et même une pénurie d'eau potable à la suite de l'assèchement des cours d'eau. Cet état de choses a eu une influence considérable sur la vie des gens. Pendant les bonnes saisons, il y avait abondance de nourriture, mais une seule de ces périodes de sécheresse, qui pouvait durer jusqu'à trois ans, épuisait toutes les réserves de nourriture et provoquait une véritable famine ; parfois la faim amenait les indigènes à pratiquer le cannibalisme. Une grave sécheresse de ce genre pouvait réduire la population d'un tiers.

pp. 200-201
Les enfants marquisiens possédaient une sérénité et un aplomb absolument extraordinaires. J'ai eu l'occasion d'explorer une vallée où les Blancs pénétraient rarement. Je rendis visite à un foyer auprès duquel je possédais une introduction de certains de mes amis indigènes. Je fus reçu à la porte par un cri de bienvenue et accueilli par une petite fille d'environ cinq ans. Bien qu'elle n'eût probablement jamais vu de Blanc avant moi, elle me reçut avec une parfaite sérénité, m'expliqua qu'aucun des anciens n'était à la maison, mais m'invita à y pénétrer, étala le tapis qui convenait, s'assit, et s'occupa de moi avec grâce jusqu'au retour des adultes. Ce sentiment délicat des grâces sociales qui était typique des Marquisiens, se manifestait également dans la vie que les enfants menaient entre eux loin des adultes.

p. 228
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Marquesan culture » in Abram Kardiner, The individual and his society : the psychodynamics of primitive social organisation, New York : Columbia university press, 1939
  • « The material culture of the Marquesas islands », Honolulu : Bernice P. Bishop museum (Bayard Dominick expedition publication, 5), 1923
  • « Archæology of the Marquesas islands », Honolulu : Bernice P. Bishop museum (Bayard Dominick expedition publication, 10), 1925
  • « Le site de Iipona à Puamau, Hiva Oa : travaux de 1920-1921 », Bulletin de la Société des études océaniennes, 256-257, mars-octobre 1992
  • Adelin Linton and Charles Walter Wagley, « Ralph Linton », New York : Columbia university press (Leaders of modern anthropology, 1), 1971

mise-à-jour : 22 janvier 2016

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX