[Revue d'ethnologie française]

Corse tous terrains

« Ethnologie française », 2008/3 - diffusion PUF

Paris,  2008
bibliothèque insulaire
   
Méditerranée

parutions 2008

Corse tous terrains / [Charlie Galibert, Elena Filippova, Anne Meistersheim (et al.)]. - Paris : Presses universitaires de France, 2008. - [179] p. : ill. ; 27 cm. - (Ethnologie française, 2008/3).
ISBN 978-2-13-056600-7
Dans la tête de chaque Corse, il y a une Corse dessinée. L’île est partout. Elle est partout en elle-même. Cela donne des phénomènes étranges, comme cette habitude qu’ont tous les Corses de découvrir dans le contour d’une montagne, dans le dessin d’un caillou ou dans les fentes des murs, dans la silhouette d’un nuage ou sur l’écorce d’un arbre, le profil de l’île. « Mi ! (Tiens !) La Corse ! » disent les enfants lorsqu’ils retrouvent, une fois encore, dans un émerveillement inépuisable, le dessin de la Corse produit par la nature.

Gil José, La Corse entre la liberté et la terreur (1984) cité par Charlie Galibert en épigraphe

CHARLIE GALIBERT
 :
[…]

Cette livraison d’Ethnologie française s’efforce de proposer une vision […] contemporaine de l’île. Cette perspective révèle aussi bien la tension entre la défense et la transformation de ses aspects les plus traditionnels que ses facettes les plus modernistes. De ce fait, les articles proposent parfois des points de vue différents sur le même sujet et ce numéro […] est comme un labyrinthe ou un rhizome souterrain, par lequel les textes s’interpellent ou s’évitent.

Rien d’étonnant à cela puisqu’en Corse les rapports humains — dans tous les domaines de la vie sociale, que ce soit le groupe familial, la lutte politique, le sport ou la recherche — sont mus par la passion, prenant volontiers les formes de l’envie et de l’affrontement, convoquant des points de vue opposés, provoquant des frictions et des combats. Ils s’illustrent dans les figures de l’île décrites par Anne Meistersheim 1 que sont l’ambivalence, l’ouverture/fermeture, la nécessité du secret, l’usage des masques, la théâtralisation par le tragique ou la dérision, caractéristiques d’une société d’interconnaissance.

Ces figures ont été actives dans l’élaboration même de ce numéro — véritable expérience de rencontre entre des approches et des visions différentes. Ainsi certaines contributions se complètent-elles, ou, au contraire, semblent-elles critiques les unes par rapport aux autres, (…)

Au milieu du XVIIIe siècle, Pasquale Paoli prévint un jour James Boswell — jeune voyageur anglais venu lui rendre visite à Corte et qui publia un livre 2 sur son séjour [1765] — en le priant de rapporter ce qu’il aurait vu : « Un homme qui arrive de la Corse sera comme un homme qui arrive des Antipodes ». [En] 1996, le philosophe Jean-Toussaint Desanti 3, présentant un briquet blasonné du drapeau à tête de Maure et estampillé made in China comme métaphore d’un universalisme pouvant être aussi bien négateur que promoteur de différence, s’interrogeait : « Faut-il le regretter ? Non, car s’il n’y a pas d’ailleurs, il n’y a pas d’identité. S’il n’y a pas de Chine, il n’y a pas de Corse ». À deux siècles d’intervalle, ces anecdotes rappellent que l’insularité n’est pas l’isolement, comme ce numéro s’efforce d’en faire la démonstration en abordant la question des identités et des territoires, comme celle des terrains sensibles, voire minés. Il n’en demeure pas moins que la difficulté et la complexité de l’approche anthropologique tiennent pour partie à ce que la Corse n’est pas simplement un objet. Cette île, dont, au matin, les montagnes bleues jaillissent de la mer, et dont, le soir, les senteurs du maquis se diluent dans les vagues, serait-elle décidément trop belle pour être pensée ?

Introduction — L'ethnologie de la Corse : pistes et hors piste
       
1.Cf. Anne Meistersheim, « Figures de l'île ».
2.Cf. James Boswell, « L'île de Corse : Journal d'un voyage », « En défense des valeureux Corses ».
3.Cf. Jean-Toussaint Desanti, « La Corse, un territoire philosophique ».
SOMMAIRE Charlie Galibert, Introduction — L'ethnologie de la Corse : pistes et hors piste

LE CONTEXTE SOCIOPOLITIQUE
  • Elena Filippova, La Corse : une voix à part dans le concert français
  • Anne Meistersheim, Du riacquistu au désenchantement : une société en quête de repères
  • Wanda Dressler, Anna Knight, La modernisation de l'île : entre structures claniques et mouvements nationalistes
  • Marco Cini, Bernard Biancarelli, Corse et Italie : proximité et fractures
  • André Fazi, La Corse et les régions insulaires de Méditerranée occidentale : l'impossible autonomie ?
LA RECHERCHE
  • Max Caisson, Une denrée rare : l'ethnologie de la Corse
  • Philippe Pesteil, L'ethnologie au risque de la tutelle : une discipline sous le couvert de la société civile
  • Geneviève Michon, Jean Sorba, I Tré Valli : passer par-dessus les montagnes
  • Eugène F.-X. Gherardi, La Vierge, les lycées, la Corse : la « fête nationale » du 8 décembre
  • Bernard Biancarelli, Christine Bonardi, De quelques monstres anthropologiques insulaires
  • Jean-Marie Arrighi, Langue corse : situation et débats
  • Alexandre Jaffe, Parlers et idéologies langagières
LES INSTITUTIONS
  • Jean-Marc Olivesi, Musée de la Corse, musée régional d'anthropologie
  • Dominique Verdoni, Inventaire et valorisation des patrimoines socioculturels : un programme pour l'Université de Corse
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE

mise-à-jour : 19 septembre 2017
Corse tous terrains
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX