Renaud Meltz

Alexis Léger dit Saint-John Perse

Flammarion - Grandes biographies

Paris, 2008

bibliothèque insulaire

   
Guadeloupe
parutions 2008
Alexis Léger dit Saint-John Perse / Renaud Meltz. - Paris : Flammarion, 2008. - 846 p.-[16] p. de pl. ; 24 cm.
978-2-0812-0582-6
Et ceux qui l'auront vu passer diront : qui fut cet homme, et quelle, sa demeure ?

Saint-John Perse, « Nocturne » (1973), in Œuvres complètes, Paris : Gallimard (La Pléiade), 1982, p. 1395

   On croit connaître Saint-John Perse, poète né en 1887 à la Guadeloupe et lauréat du prix Nobel de littérature en 1960 ; on connaît moins Alexis Léger, diplomate qui de 1914 à 1940 exerça un rôle croissant dans la politique étrangère de la France. Adaptée d'une thèse de doctorat en histoire contemporaine soutenue en 2005 1, la volumineuse biographie de Renaud Meltz se propose de « [réunir] enfin ce qui a été séparé par Alexis Léger lui-même, la vie du diplomate et celle du poète » 2.

   En ouverture de ses Œuvres complètes 3, Saint-John Perse avait fait figurer une « biographie », entièrement établie par ses soins, qui tentait d'établir pour la postérité une cohérence entre les deux volets de son existence ; mais si l'on n'a pas tardé à mettre en question la sincérité de l'exercice, beaucoup restait à faire, tant pour rétablir les faits que pour éclairer les motifs et les mobiles mis en œuvre. L'intéressé, parfaitement conscient du dédoublement de sa propre personnalité, avait toujours vigoureusement récusé les tentatives d'élucidation fondées sur d'hypothétiques convergences entre la sphère temporelle où se déploie l'action politique et le champ de la création poétique : « … absurde, infiniment, est cette recherche systématique d'une personnalité politique et l'introduction arbitraire de l'histoire contemporaine (…) dans des poèmes irréductibles à tout l'ordre temporel, affranchis de toute heure comme de tout lieu (…). Derrière ces libres stylisations de pure création poétique, il n'y a pas plus place pour la personnalité mythique d'un Saint-John Perse que pour la personnalité réelle d'un Alexis Leger, diplomate ou homme privé » 4.

   Un quart de siècle après la mort du poète et diplomate, Renaud Meltz relève donc le défi et, au terme d'une longue enquête, suggère une nouvelle lecture tant de l'action diplomatique d'Alexis Léger que de la poésie de Saint-John Perse ; sévère, le constat fait apparaître la figure d'un mystificateur « épris de puissance et de gloire » 5 qui, oubliées les exigeantes convictions du poète d'Eloges, se livre à une ambition politique inconséquente et démesurée à laquelle il ne renonce — et « déserte le champ de l'action pour celui de l'esprit » 6 — qu'une fois consommé l'échec du diplomate. Il consacre alors ce qui lui reste de temps, d'énergie et d'entregent à l'édification de sa stature littéraire : soit, entre autres, obtenir le Nobel et entrer de son vivant dans la Pléiade.

   Le réquisitoire tire pour une part sa justification, sinon sa force probante, des ambiguïtés, des omissions et surtout des falsifications qui entachent le mémorial que constituent les Œuvres complètes. Pour autant on peut s'interroger :
  • sur l'importance accordée par Renaud Meltz à la carrière diplomatique d'Alexis Léger au détriment de l'œuvre poétique de Saint-John Perse 7 ;
  • et sur le constant déséquilibre entre témoignages à charge (de loin les plus nombreux) et à décharge (rares).
   Où l'on attendait un éclairage renouvelé sur un parcours d'une rare complexité, l'enquête minutieuse de Renaud Meltz se borne trop souvent à illustrer les ambiguïtés de la diplomatie française entre les deux Guerres mondiales — il serait aussi peu crédible d'en exonérer totalement Alexis Léger que de lui en imputer la responsabilité première comme semble parfois le suggérer l'auteur. Cette lourde ombre portée d'événements dramatiques obscurcit l'examen attendu d'une geste poétique dont l'intensité est systématiquement niée, jusqu'au constat final qui confine l'œuvre « à une gloire confidentielle … goûtée par de rares initiés » 8.

   Le regret est d'autant plus vif que la première partie, qui présente l'enfance en Guadeloupe et l'exil — blessure et révélation — qui marqueront irrémédiablement la visée poétique, est riche d'aperçus pertinents dont on perd le fil dans la suite sinon, et comme en creux, dans le rappel des perfidies trop fréquentes dont ses adversaires accableront le Martiniquais (!), le Nègre, le métis ou le Créole nonchalant. C'est faire bien peu de cas des illuminations et déchirements d'une jeunesse où se sont frayés les voies que l'œuvre poétique ne cessera d'explorer.

Sinon l'enfance, qu'y avait-il alors qu'il n'y a plus ? 9


  1. « Le mage et le régent, Alexis Léger, 1887-1975 » thèse de doctorat en histoire contemporaine, Paris IV, 2005 (sous la dir. de Jean-Paul Bled)
  2. « Alexis Léger dit Saint-John Perse », 4ème de couverture
  3. Saint-John Perse, « Œuvres complètes », Paris : Gallimard (La Pléiade), 1972, pp. IX-XLIV
  4. Saint-John Perse, lettre à Adrienne Monnier (26 mars 1948), in « Œuvres complètes », pp. 552-553
  5. « Alexis Léger dit Saint-John Perse », 4ème de couverture
  6. « Alexis Léger dit Saint-John Perse », p. 791
  7. La 2ème partie du livre qui lui est exclusivement consacrée compte 402 pages, la 1ère n'en compte que 194, la 3ème 171.
  8. « Alexis Léger dit Saint-John Perse », p. 792
  9. Saint-John Perse, Éloges in « Œuvres complètes », p. 25
SOMMAIRE Introduction

TOUT CONCILIER (1887-1921)
  • L'héritage guadeloupéen
  • Le fils chéri
  • Exil, déclassement et affabulation
  • Une vocation littéraire
  • Le Quai d'Orsay, trottoir de la poésie ?
  • Une plume au service d'une ambition
  • Tout concilier dans la coulisse chinoise
LE MAGE DE LA RÉPUBLIQUE (1921-1940)
  • La volonté de puissance
  • L'ombre de Briand
  • Paix universelle ou Europe française ? (1927-1932)
  • Le successeur de Berthelot
  • L'héritier de Briand
  • La fidélité à la sécurité collective
  • Les abstentions (1936-1937)
  • 1938, les abandons
  • 1939, résister aveuglément
  • Drôle de guerre, étrange défaite
L'INVENTION DE SOI
  • Le duel Léger-de Gaulle (I) : la guérilla du diplomate
  • Le duel Léger-de Gaulle (II) : la victoire du général
  • La renaissance de Saint-John Perse
  • Le roman d'un poète (1958-1975)
  • Prospérité de la légende
Remerciements, Table des abréviations, Notes, Bibliographie, Index
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE

mise-à-jour : 27 février 2012
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX