Walter Benjamin

Rastelli raconte ... et autres récits

Seuil - Points, P13

Paris, 1995
bibliothèque insulaire

      

Méditerranée
Baléares
Rastelli raconte ... et autres récits / Walter Benjamin ; trad. de l'allemand par Philippe Jaccottet ; préface de Philippe Ivernel. - Paris : Seuil, 1995. - 177 p. ; 18 cm. - (Points, P13).
ISBN 2-02-023725-3
Huit des récits qui constituent ce recueil trouvent leur source à Ibiza où Benjamin séjourna à deux reprises, en 1932 (avril-juillet) et 1933 (mars-septembre) :

Le mouchoir
Un soir de départ
La haie de cactur
Histoires nées de la solitude : Le mur
Histoires nées de la solitude : La pipe
Histoires nées de la solitude : La lumière
En regardant passer le corso
La main heureuse

Dans Un soir de départ, 
Benjamin désigne explicitement la scène et esquisse un tableau du lieu où il a séjourné : « L'économie de l'île est archaïque. […] Il y a soixante ans, ici, le pain était encore inconnu ; l'aliment principal était le maïs ». Mais cette apparente concession au pittoresque, sert une logique narrative qui, dans la chute, remet en cause les lieux communs du genre — ici, la nostalgie de l'âge d'or —, leçon qu'un îlien délivre à l'étranger, porte-parole du narrateur.

En regardant passer le corso et La main heureuse sont situées 
hors de la scène insulaire, à Nice pour être précis. Mais le protagoniste, le Danois, n'est autre qu'un des étrangers côtoyés par Benjamin à Ibiza, avec lequel il sympathisa : Paul Gauguin, le petit-fils du peintre 1, « une vieille connaissance de voyage. Je l'ai rencontré […] la dernière fois à Formentera. Il appartient à cette bizarre race d'hommes qui passent le plus clair de leur vie dans des îles et ne se sentent jamais tout à fait chez eux sur le continent ».

Heureux contrepoint, l'éditeur 
complète cette série de tableaux, où s'illustre la figure du flâneur-voyageur, en donnant à lire l'essai Le Narrateur (dans la traduction de Maurice de Gandillac 2) ; s'y trouve une ultime et brève évocation du séjour ibizan de Benjamin : « Le Moyen Age percevait aussi, dans l'ordre de l'espace, ce que signifie dans l'ordre du temps, l'inscription du cadran solaire d'Ibiza : " Ultima multis " (" La dernière pour beaucoup ") ».
       
1.Cf. Vicente Valero, « Expérience et pauvreté : Walter Benjamin à Ibiza », Le Rouergue, 2003.
2.Der Erzähler a, par ailleurs, été traduit par Benjamin lui-même (cf. « Écrits français », Gallimard, 2003, pp. 264-298). Dans sa notice introductive (ibid., p. 251), Jean-Maurice Monnoyer apporte d'intéressantes précisions sur la genèse et sur la portée du texte : « L'essai Der Erzähler, Betrachtungen zum Werk Nicolai Leskows, que Benjamin traduisit lui-même en français, s'inspire d'un article écrit au printemps 1933, dès son arrivée à Ibiza, Erfahrung und Armut (Expérience et pauvreté), dont il reprend sans changement l'argument principal. Dressant le constat d'un déclin, affirmant que " le cours de l'expérience a baissé ", Benjamin y décrit l'appauvrissement — irréversible selon lui — de ce qui fut longtemps transmissible de génération en génération, et ne nous est plus narré que sur un mode " irréel ", tels les contes et légendes d'un autre temps, qui ont remplacé la communication authentique que la guerre de masse aurait rendue impossible ».
EXTRAIT

J'étais pour la première fois seul avec mon amie, et dans un village inconnu. Je l'attendais devant mon gîte, qui n'était pas le sien. Nous voulions faire encore quelques pas dans le crépuscule. En l'attendant, j'arpentais la rue du village. C'est alors que j'aperçus au loin, entre les arbres, une lumière. « Cette lumière, pensai-je, à ceux qui l'ont tous les jours sous les yeux, ne dit rien. Elle peut provenir d'un phare, ou d'une ferme. Mais, à moi qui ne suis ici qu'un étranger, elle a beaucoup de choses à dire. »

[…]

La lumière, pp. 86-87

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Walter Benjamin, « Écrits autobiographiques », Paris : Christian Bourgois (Choix-essais), 1994
  • Walter Benjamin, « Écrits français », Paris : Gallimard (Folio essais, 418), 2003
  • Walter Benjamin, « Récits d'Ibiza, et autres récits » trad. et introd. de Pierre Bayart, Paris : Riveneuve, 2011

mise-à-jour : 21 octobre 2014

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX