Arnaldur Indridason

Le lagon noir

Points - P4578

Paris, 2017

bibliothèque insulaire

   
Islande

îles noires
parutions 2017
Le lagon noir / Arnaldur Indridason ; trad. de l'islandais par Eric Boury. - Paris : Points, 2017. - 378 p. ; 18 cm. - (Points, P4578).
ISBN 978-2-7578-6272-8
… la météo pourrait être meilleure, mais on ne peut pas tout avoir.

p. 159

Des indices concordants laissent penser que le cadavre retrouvé dans l'eau peu profonde d'un lagon formé par les eaux de refroidissement d'une centrale géothermique, au sud-ouest de Reykjavik, a été délibérément abandonné sur place et que les causes du décès ne sont pas naturelles.

Les premiers résultats de l'enquête orientent la police vers la base américaine de Keflavik où l'armée exerce un pouvoir discrétionnaire : la capacité d'initiative des enquêteurs islandais est étroitement tributaire du bon vouloir de quelques officiers qui ne cherchent pas à dissimuler le mépris qu'ils vouent aux autochtones.

L'inspecteur Erlendur et sa hiérarchie se heurtent donc à de vigoureuses résistances, mais ils ne se résignent pas et finiront par recevoir une aide aussi efficace qu'inattendue.

Dans les instants de liberté que lui laisse sa mission principale, Erlendur tente de découvrir les raisons de la disparition d'une jeune fille, une vingtaine d'année plus tôt … Les deux affaires gravitent autour de la base américaine et des tensions qu'elle provoque dans la société islandaise. De l'une à l'autre affaire, le temps a réduit les écarts apparents entre la modernité, la richesse et la force d'un côté (la base américaine), l'archaïsme, la pauvreté et la fragilité de l'autre (les autochtones). Pour autant, les tensions se sont-elles apaisées ou, au contraire, exacerbées ?

Au terme du roman, la police islandaise peut transmettre à la justice deux dossiers solidement étayés et deux coupables nommément identifiés — mais les arrière-plans politique et stratégique les plus inquiétants sont voués à demeurer dans l'ombre …
EXTRAIT        — Nous ne savons rien de ce qui se passe dans l'enceinte de cette base militaire.
       — Moi non plus, je vous l'assure, ironisa Caroline.
       — Ici, c'est votre univers, c'est un monde qui nous échappe. Nous avalons tout ce que vous faites sans vraiment savoir pourquoi et nous oublions aussitôt. En fin de compte, nous ne sommes que de pauvres paysans que le modernisme a forcés à s'installer dans des immeubles. Vous êtes la nation la plus riche du monde. La puissance militaire la plus importante de l'histoire mondiale. Nous, nous avons passé le plus clair de notre temps à mourir de faim.
       — Ça n'a pas du être drôle, observa Caroline […]. Ces famines … pourquoi ?
       — À cause des épidémies. Le plus souvent, elles étaient dues au climat désastreux, à des hivers aussi rigoureux qu'interminables. Parfois, à une conjugaison de tous ces facteurs. Malgré ça, nous avons réussi à survivre, perdus au milieu de l'océan, et notre génération comme les suivantes connaîtront une vie bien plus douce et riche que les précédentes.
       Erlendur prit son paquet de cigarettes et en alluma une, il inspira profondément la fumée tout en baissant sa vitre.
       — Partant de là, les crimes qu'on connaît ici ont quelque chose d'archaïque et de campagnard, poursuivit-il. Les meurtres de sang-froid sont rares même si nous avons, nous aussi, nos histoires sombres et nos disparitions, comme les autres nations. Vous savez, dans ce pays, il est rare que les choses s'inscrivent dans un contexte international. C'est peut-être en train de changer.

pp. 215-216
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Kamp Knox », Reykjavík : Vaka-Helgafell, 2014
  • « Le lagon noir » Erlendur Sveinsson, 3, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2016
  • « Le duel » Erlendur Sveinsson, 1, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2014
  • « Les nuits de Reykjavik » Erlendur Sveinsson, 2, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2015
  • « Les fils de la poussière » Erlendur Sveinsson, 4, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2018
  • « Les roses de la nuit » Erlendur Sveinsson, 5, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2019
  • « La cité des jarres » Erlendur Sveinsson, 6, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2005
  • « La femme en vert » Erlendur Sveinsson, 7, Paris :  Métailé (Bibliothèque nordique), 2006
  • « La voix » Erlendur Sveinsson, 8, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2007
  • « L'homme du lac » Erlendur Sveinsson, 9, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2008
  • « Hiver arctique » Erlendur Sveinsson, 10Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2009 ; Paris : Points (P4578), 2010
  • « Hypothermie » Erlendur Sveinsson, 11Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2010
  • « La rivière noire » Erlendur Sveinsson, 12, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2011
  • « La muraille de lave » Erlendur Sveinsson, 13, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2012
  • « Etranges rivages » Erlendur Sveinsson, 14, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2013
  • « Dans l'ombre » Trilogie des ombres, 1, Paris : Métailié, 2017
  • « La femme de l'ombre » Trilogie des ombres, 2, Paris : Métailié, 2017
  • « Passage des Ombres » Trilogie des ombres, 3, Paris : Métailié, 2018
  • « Bettý », Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2011
  • « Le livre du roi », Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2013
  • « Opération Napoléon », Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2015
  • « Ce que savait la nuit », Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2019

mise-à-jour : 8 novembre 2019
Arnaldur Indridason : Le lagon noir
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX