Arnaldur Indridason

Ce que savait la nuit

Points - P5125

Paris, 2020

bibliothèque insulaire

   
Islande

îles noires
parutions 2020
Ce que savait la nuit / Arnaldur Indridason ; trad. de l'islandais par Eric Boury. - Paris : Points, 2020. - 340 p. ; 18 cm. - (Points, P5125).
ISBN 978-2-7578-8105-7
… en Islande, ce pays pourri que des imbéciles avaient mis en faillite.

p. 12

La fonte d'un glacier fait émerger le cadavre d'un homme d'affaires disparu trente ans plus tôt ; l'enquête ouverte à l'époque était restée sans suite, mais la vie affective et sociale du principal suspect avait été dévastée. Désormais retraité, Konrad le policier qui avait mené les investigations souhaiterait pouvoir oublier cet échec, mais la découverte du corps relance les interrogations dans la police et dans l'entourage de la victime.

Lentement, péniblement, Konrad tente donc de renouer les fils de l'enquête et persévère jusqu'à ce que s'ouvrent de nouvelles perspectives. Mais quand la démarche policière progresse enfin, c'est la vie personnelle et familiale de l'enquêteur qui se trouve mise en question …

À cette introspection douloureuse se mêle un constat sans complaisance sur les dérives économiques, politiques et sociales qui ont marqué le millénaire naissant.

     
Arnaldur Indriðason (né à Reykjavik en 1961) est le fils d'Indridi G. Thorsteinsson, écrivain et parolier né en 1926 dans une famille de paysans du nord de l’Islande. La famille est venue s’installer à Reykjavik après guerre.
À la page 166 du roman,
Indriðason cite les paroles d'une chanson de son père :
l'épreuve de longues et lourdes nuits
souffrance et désespérance …
EXTRAIT Depuis quelque temps, Konrad souffrait d'insomnies. À nouveau, il pensait constamment à Sigurvin, à Hjaltalin et à cette ancienne enquête en se disant qu'il aurait pu faire mieux. À l'époque, il avait passé des nuits interminables à retourner tout cela dans sa tête. Beaucoup de choses avaient changé depuis trente ans. La bière était alors interdite en Islande. Il n'existait qu'une radio nationale et une seule chaîne de télévision. Les fonderies d'aluminium étaient moins nombreuses. Le barrage hydroélectrique de Karahnjukar, le plus grand d'Europe, n'existait même pas encore à l'état de projet. Il neigeait régulièrement à Reykjavik pendant l'hiver. Il n'y avait ni Internet ni téléphones portables. C'est à peine si quelques foyers étaient équipés d'ordinateurs. La privatisation des banques, le chaos financier, la bêtise triomphante des décideurs, les hérauts de la libre entreprise et artisans de l'effondrement économique attendaient l'avènement du nouveau siècle. L'an 2000 semblait bien loin et relevait de la science-fiction.

pp. 35-36
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Myrkriđ veit », Reykjavík : Vaka-Helgafell, 2017
  • « Ce que savait la nuit » Konrad, 1, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2019
  • « Les fantômes de Reykjavik » Konrad, 2, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2020
  • « Le duel » Erlendur Sveinsson, 1, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2014
  • « Les nuits de Reykjavik » Erlendur Sveinsson, 2, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2015
  • « Le lagon noir » Erlendur Sveinsson, 3, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2016 ; Paris : Points (P4578), 2017
  • « Les fils de la poussière » Erlendur Sveinsson, 4, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2018
  • « Les roses de la nuit » Erlendur Sveinsson, 5, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2019
  • « La cité des jarres » Erlendur Sveinsson, 6, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2005
  • « La femme en vert » Erlendur Sveinsson, 7, Paris :  Métailé (Bibliothèque nordique), 2006
  • « La voix » Erlendur Sveinsson, 8, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2007
  • « L'homme du lac » Erlendur Sveinsson, 9, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2008
  • « Hiver arctique » Erlendur Sveinsson, 10Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2009 ; Paris : Points (P4578), 2010
  • « Hypothermie » Erlendur Sveinsson, 11Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2010
  • « La rivière noire » Erlendur Sveinsson, 12, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2011
  • « La muraille de lave » Erlendur Sveinsson, 13, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2012
  • « Etranges rivages » Erlendur Sveinsson, 14, Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2013
  • « Dans l'ombre » Trilogie des ombres, 1, Paris : Métailié, 2017
  • « La femme de l'ombre » Trilogie des ombres, 2, Paris : Métailié, 2017
  • « Passage des Ombres » Trilogie des ombres, 3, Paris : Métailié, 2018
  • « Bettý », Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2011
  • « Le livre du roi », Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2013
  • « Opération Napoléon », Paris : Métailié (Bibliothèque nordique), 2015

mise-à-jour : 4 novembre 2020
Arnaldur Indridason : Ce que savait la nuit
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX