Wu Ming-yi

L'homme aux yeux à facettes

Stock - La Cosmopolite

Paris, 2014

bibliothèque insulaire

   



parutions 2014
L'homme aux yeux à facettes / Wu Ming-yi ; traduit du chinois (Taïwan) par Gwennaël Gaffric. - Paris : Stock, 2014. - 355 p. ; 20 cm. - (La Cosmopolite).
ISBN 978-2-234-07472-9
Ecrivain connu pour son engagement écologique, Wu Ming-yi croise les destins de deux îles confrontées à des forces qui les dépassent.

Wayo-Wayo dérive sur un océan immémorial et semble vivre dans une rude harmonie avec son environnement. Pour prix de cet équilibre fragile, seuls les aînés des garçons peuvent rester sur l'île tandis que les cadets doivent prendre la mer sans espoir de retour.

A Taïwan, gagnée par la modernité, les habitants prennent conscience chaque jour un peu plus de leur vulnérabilité face à une nature qu'ils n'ont pas songé à ménager : les montagnes du cœur de l'île sont forées pour en extraire les richesses ou pour créer de nouveaux axes de circulation, quant au littoral il est exploité et défiguré sans mesure.

Wayo-Wayo et Taïwan jouent leur existence face aux assauts de l'océan — une fable ancrée dans le mythe autant que dans le monde contemporain, et dont la portée s'accroît au lendemain de la catastrophe de Fukushima en 2011 (soit la même année que la parution de l'édition originale du roman).

→ Sur le site Lettres de Taïwan : Traduire Wu Ming-yi, entretien avec Gwennaël Gaffric (13 nov. 2013)
EXTRAIT    Cet été restera longtemps gravé dans la mémoire des habitants de Taïwan. Tout a commencé au point du jour quand la grêle a commencé à tomber sur la petite bourgade côtière de H. À cette heure-là, la plupart des habitants viennent juste d'émerger de leurs rêves, partent travailler ou se tiennent debout à leurs fenêtres et regardent, perplexes, un monde qui semble avoir rétréci. Dans la lumière des réverbères, les grêlons frappent le littoral comme des mini-astéroïdes bleu argent. Malgré le vacarme inouï qu'ils font en s'abattant sur les toits de tôle, l'asphalte des routes, les perrons, les lampadaires et les voitures stationnées, la scène qui se grave dans les mémoires semble sortie d'un film muet.

(…)

   La tempête de grêle s'arrête aussi brusquement qu'elle a commencé, mais, à cause d'elle, tous ont manqué l'instant où le vortex de déchets, emporté par des vagues géantes, est venu percuter le littoral. C'est aussi à cause d'elle que les journalistes ont quitté la plage pour se réfugier plus haut sur la route. Peu après qu'elle a cessé de tomber, le ciel se fait soudain capricieux, des nuages gris plomb et violacé s'amassent jusqu'à former un seul nuage monumental, digne de figurer dans un récit mythique ou un poème sinistre. En se remémorant l'épisode, de nombreux aborigènes des villages côtiers raconteront que jamais ils n'avaient vu un tel nuage, un nuage plus impressionnant encore que ciel vibrant à l'approche d'un typhon. Tandis que la foule de caméras enregistre ce spectacle incroyable, une gigantesque vague roule droit vers le rivage, dans la faible lueur de l'aube. Certains expliquent qu'ils ont tout oublié du vacarme produit par la grêle, parce qu'il n'est rien en comparaison de la déflagration annoncée par la vague. Cette vague porte la voix du ciel et de la terre, elle semble contenir tous les sons accumulés depuis le début des temps … Au moment où les gens comprennent que le bruit provient de la mer, la vague est déjà sur eux.

pp. 158-159
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Les lignes de navigation du sommeil », Paris : You Feng, 2013
  • « Le magicien sur la passerelle », Paris : L'Asiathèque, 2017
Taiwan sur le site des littératures insulaires
En l'absence d'une sélection suffisamment développée, la liste qui suit regroupe des références dispersées sur l'ensemble du site ; y figurent des ouvrages de fiction, des récits de voyage, des essais et études.

mise-à-jour : 12 juillet 2017

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX