René Depestre

Etincelles

Imprimerie de l'Etat

Port-au-Prince, 1945

bibliothèque insulaire

   
Haïti
Etincelles / René Depestre ; préface d'Edris St. Amand. - Port-au-Prince : Imprimerie de l'Etat, 1945. - XV-44 p. ; 19 cm.
La préface d'Edris Saint-Amand 1 éclaire utilement la brève et fulgurante plaquette qui marque l'entrée en poésie de René Depestre. L'auteur avait dix-neuf ans. Relevant “ l'ardente passion ” qui s'exprime, Edris St. Amand précise que la jeunesse de l'auteur plie les règles du genre au flux de la création — “ un art nouveau s'exprime nécessairement dans une forme nouvelle ”.

Le poète chante la terre d'Haïti et dénonce le “ concert de souffrances ” qui l'accable sans oublier d'où il vient — “ Me voici / fils de l'Afrique lointaine ”. Mais tout sensible qu'il soit au “ cri de sa race ”, il dédaigne le repli frileux et s'ouvre au monde, comme en pressentiment de l'exil qui suivra de peu l'éruption :

j'entends déjà dans le lointain
monter la sourde clameur d'une mosaïque de souffrances
la grondante symphonie des abandonnés.
blonds, jaunes, noirs, peu importe.
Piété filiale, p. 25

Enfin, comme une marque qui signe la poésie de René Depestre, irrespect, amour, tendresse et humour courent de page en page — entre angoisse et colère
       
1.Edris Saint-Amand (1918-2004) — enseignant, critique littéraire, poète et romancier, engagé dans tous les combats sociaux et politiques de la société haïtienne.
EDRIS St. AMAND : René Depestre a dix-neuf ans. L'âge où le cœur déborde de toutes les vertus, de toutes les promesses. Où l'intelligence, non encore avilie, alourdie, mais agile comme une flèche décochée, va droit au cœur des problèmes. Des problèmes qui, semble-t-il, auraient dû être la passion nécessaire, consumante de tous les esprits. Ici quelle foi, quel enthousiasme créateur ! L'enthousiasme brûle dans chaque vers, même quand le poète, torturé, déborde son angoisse. Et ce n'est pas jeunesse ou utopie, mais un talent précoce se révèle, attachant, lourd de promesses ; et l'artiste affirme aussi une prise de conscience déjà aiguë de sa position de classe, comme de la loi profonde de son être. Pour quelques hommes, la vie est impossible sans la conquête et le dépassement de soi-même.

[…]

Préface, p. IX
EXTRAIT
DONNEZ-MOI LA LIBERTE

A Marcel Boni

Dites aux quatre vents des ondes
que je suis un vagabond
un écrivassier, monstre du ridicule
dites que je me suis embarqué
dans l'aventure du poème
sans diplômes (présomptions de connaissance)
sans passeports
sans aucune servitude
dites que mes soirs s'épuisent
dans le drame des bas-fonds obscurs.
que je perpétue
les manèges d'une suite de mécontents
dites que je suis laid
lépreux, fou, révolutionnaire
mais, de grâce,
donnez-moi la liberté

p. 29
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Etincelles (suivi de) Gerbe de sang », Port-au-Prince : Presses nationales d'Haïti, 2005
  • « Etincelles », in Rage de vivre : Œuvres poétiques complètes, Paris : Seghers, 2006
Sur le site « île en île » : dossier René Depestre

mise-à-jour : 15 mai 2019

« Mon pays d'origine est un appel au secours »
Adresse aux Haïtiens d'aujourd'hui
Le Monde Diplomatique, avril 2004

René Depestre : Etincelles (1945)
René Depestre (1945)
Frontispice de l'édition de 1945
Texte en consultation sur le site dLOC, Bibliothèque Numérique des Caraïbes
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX