Maximilien Laroche

La littérature haïtienne : identité, langue, réalité

Éd. Mémoire [mail] - Rupture

Port-au-Prince, 2002

bibliothèque insulaire
      
édité en Haïti
parutions 2002
La littérature haïtienne : identité, langue, réalité / Maximilien Laroche. - Port-au-Prince : Éd. Mémoire, 2002. - 143 p. ; 23 cm. - (Rupture).
ISBN 99935-34-01-3

Ecartelée entre deux langues, l'une « langue nationale de communication » et l'autre « langue étrangère dite de civilisation », la littérature haïtienne est en quête, depuis 1804, d'une définition de son identité où s'harmonise non plus « le cadre ou le contenant, mais [son] contenu même ».

Pour situer sa démarche, Maximilien Laroche s'attarde sur l'une des figures majeures de cette littérature, le zombi : « est-ce un alter-ego des fantômes que représente Shakespeare […] ou de ce double de nous même qu'évoque Musset […] ? Sous les archétypes universels n'y aurait-il pas des variations proprement haïtiennes ? »

Mais l'enjeu de cette réflexion qui interroge littérature, identité, langue, histoire déborde le cas singulier et remarquable d'Haïti : « à tous ceux qui sont engagés dans la même bataille en vue de la redéfinition de l'homme, les écrivains haïtiens ont quelque chose à dire ».

MAXIMILIEN LAROCHE : […]

S'il doit y avoir une redéfinition de l'homme haïtien, c'est ce dont rêve la littérature haïtienne, ce ne pourra se faire qu'à l'unisson avec la Caraïbe et l'Amérique toute entière. À leur manière donc les écrivains disent comme Langston Hugues « qu'eux aussi chantent l'Amérique » ou bien encore, comme [José] Marti, ils parlent de « Notre Amérique ». Par là ils proclament ce qui ressort le plus manifestement de leurs œuvres et ce depuis la naissance même d'Haïti, le premier janvier 1804 : leur volonté bien arrêtée de ne pas subir le sort fait jadis aux Caraïbes, c'est-à-dire aux Amérindiens qu'ethnocida Cristophe Colomb. Et c'est pourquoi la littérature d'Haïti ne concerne pas seulement la Caraïbe et le tiers monde mais tous ceux qui sont intéressés à ne pas voir se perpétuer dans le monde l'ordre mis en place en 1492.

Introduction, p. 18

SOMMAIRE

Prologue
Introduction

Littérature et identité

  • L'émergence de la voix populaire
  • De l'oraliture et de la littérature

Littérature et langue

  • Violence et langage
  • La diglossie dans Gouverneurs de la rosée : termes de couleur et conflits de langue

Littérature et réalité

  • La littérature en haïtien
  • La littérature et la construction de la réalité
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « La littérature haïtienne : identité, langue, réalité », Ottawa : Leméac (Les Classiques de la francophonie), Bruxelles : Louis Musin, 1981
  • « Le miracle et la métamorphose : essai sur les littératures du Québec et d'Haïti », Montréal : Éditions du Jour, 1970
  • « L'image comme écho : essai sur la littérature et la culture haïtiennes », Montréal : Nouvelle optique, 1978
  • « Idem de Villard Denis » in [coll.], Littérature et société en Haïti : Davertige, Philoctète, Phelps, Montréal : CIDIHCA, 1987 ; Port-au-Prince : Henri Deschamps, 1991
  • « Le patriarche, le marron et la dossa : essai sur les figures de la gémellité dans le roman haïtien », Sainte-Foy (Québec) : GRELCA (Essais, 4), 1988
  • « Dialectique de l'américanisation », Sainte-Foy (Québec) : GRELCA (Essais, 10), 1993
  • « Bizango : essai de mythologie haïtienne », Sainte-Foy (Québec) : GRELCA (Essais, 14), 1997
  • « La double scène de la représentation : oraliture et littérature dans la Caraïbe », Port-au-Prince : Éd. Mémoire, 2000
  • « L'avènement de la littérature haïtienne », Port-au-Prince : Éd. Mémoire, 2001
  • « Mythologie haïtienne », Sainte-Foy (Québec) : GRELCA, 2002
  • « Littérature haïtienne comparée », Sainte-Foy (Québec) : GRELCA (Essais, 19), 2007
  • « Prinsip Marasa » texte en créole et en français, Sainte-Foy (Québec) : GRELCA (Essais, HS1), 2004
  • « Se nan chimen jennen yo fé lagé » texte en créole et en français, Sainte-Foy (Québec) : GRELCA (Essais, HS2), 2007
  • « Nan kalfou espastan, sa k ap pase ? » texte en créole haïtien, Sainte-Foy (Québec) : GRELCA (Essais, HS3), 2013
  • « Le poids des mots », Sainte-Foy (Québec) : GRELCA (Essais, 20), 2013

mise-à-jour : 16 août 2017
Maximilien Laroche,
né en 1937 au Cap-Haïtien, est mort le 16 juillet 2017 au Québec — où il a enseigné pendant plus de 40 ans.

une adresse indispensable pour trouver les livres édités en Haïti :

communication plus

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX