Yves Michaud

Ibiza mon amour : enquête sur l'industrialisation du plaisir

NiL Éditions

Paris, 2012
bibliothèque insulaire
   
Méditerranée

Baléares

parutions 2012

Ibiza mon amour : enquête sur l'industrialisation du plaisir / Yves Michaud. - Paris : NiL éditions, 2012. - 351 p. ; 21 cm.
ISBN 978-2-84111-520-4
Ibiza mon amour n'est pas une romance à lire au soleil d'été, mais comme le précise le sous-titre, l'aboutissement et l'analyse d'une enquête sur l'industrialisation du plaisir ; soit, pour reprendre les termes de l'éditeur, une enquête journalistique et sociologique suivie d'une réflexion philosophique. L'enquête proprement dite comporte deux volets — un travail de terrain, mené dans les principales boîtes de nuit 1 qui assurent, depuis les années 1970, la notoriété internationale de l'île et, d'autre part, un regard sur l'évolution du tourisme local depuis les années 1930.

Cette mise en perspective éclaire un pan d'une histoire, par ailleurs violemment perturbée — la guerre d'Espagne puis la Seconde Guerre mondiale —, où l'auteur discerne une continuité. Dans les témoignages des visiteurs 2 qui découvrent l'île au début des années 30, observations et aspirations se joignent pour désigner malgré la pauvreté qui sévit un bien être immémorial encore à portée de main et susciter l'esquisse d'une rêverie utopisante. Sur les ruines des conflits, cette trame semble renaître dans une version édulcorée : c'est le temps de la bohème dont la vogue culmine avec les hippies à la fin des années 60 et au début des années 70. Y-a-t-il rupture quand l'industrie du tourisme et des loisirs, flairant les opportunités d'un marché prometteur, se lance dans l'exploitation industrielle de la recherche du plaisir, fondée sur une formule simpliste mais fructueuse — sea, sex and sun ?

L'enquête de terrain apporte des réponses nuancées qui valident partiellement l'hypothèse d'une continuité d'aspirations entre les premiers visiteurs et les hordes, qui au XXIe siècle, submergent l'île chaque été ; mais l'auteur relève les inflexions qui, au fil du temps, dénaturent l'élan initial au risque d'une altération irréversible : « le mythe [de la quête du plaisir] s'est greffé sur une réalité plus ancienne, qui par certains côtés perdure (mais il faut aujourd'hui bien la chercher), celle d'un monde oublié, pauvre et digne, qui constitue la toile de fond des élaborations ultérieures et demeure la source de l'étonnante résistance d'Ibiza à la défiguration complète » (p. 39). Un optimisme relatif et vite tempéré : « l'utopie est bien morte. Place à la jouissance et aux affaires ! » (p. 270).

Yves Michaud est agrégé de philosophie. Son enquête nourrit une réflexion qui porte au-delà d'Ibiza ; y sont en débat l'appétit hédoniste des uns et l'offre marchande que d'autres développent pour le satisfaire — au service d'une cupidité sans frein.
       
1.Et dans tous les secteurs de l'économie directement ou indirectement concernés : immobilier, bâtiment et travaux publics, hôtellerie, transports, banque ; auprès de l'administration et du pouvoir politique.
2.Parmi lesquels Walter Benjamin (1932, 1933), Albert Camus (1935), Raoul Hausmann (1933-1936), …
EXTRAITS
     Ibiza concentre de manière exemplaire quelques-uns de nos fantasmes les plus forts. Que l'on songe juste au nom des principales boîtes de nuit de l'île : Amnesia, Eden, Pacha, Paradis Terrenal, Privilege — un monde entre Adam au Paradis et « si j'étais roi » …
     Ce « tourisme XXL », pour reprendre l'intitulé d'un colloque à Barcelone en 2007, où dialoguèrent de manière lugubre Rem Koolhaas et Michel Houellebecq, est celui offert à Ulysse par Calypso dans l'Odyssée.
     On raconte en général l'Odyssée comme si c'était uniquement le récit des épreuves d'Ulysse retournant à Ithaque pour retrouver Pénélope. On oublie le début : « l'odyssée » en question commence dans l'île de Calypso, une île que la tradition situe … entre Ibiza et Tanger, près des Colonnes d'Hercule au-delà desquelles commençait l'inconnu, aux confins du monde donc. Et elle pourrait aussi bien ne pas commencer du tout.
     Calypso essaie en effet, par le charme de « paroles douces et amoureuses », de faire oublier Ithaque à Ulysse, de lui faire oublier qu'il y a une patrie et même un retour. Si celui-ci parvient à quitter l'île de Calypso, ce n'est pas par ses propres forces. Ulysse obtient de partir grâce à l'intervention de Zeus envoyant Hermès persuader la déesse de le laisser reprendre la mer. Il a donc fallu l'intervention d'un dieu et pas n'importe lequel. Comme on sait le voyage de retour ne sera pas une partie de plaisir.
     Il nous faut, hélas, tous revenir du paradis, mais ce serait tellement mieux d'y rester engloutis dans l'amnésie du plaisir. Ibiza, c'est cette tentation et cette tentation a donné naissance à une industrie qui tourne à plein régime.

Introduction, pp. 12-13
     À Ibiza, le couple emblématique de la nuit, c'est l'oligarque et la (le) putain, le milliardaire de la mode et la (le) putain, la vedette de la publicité et la (le) putain.
     Quand l'industrialisation du plaisir triomphe, triomphent donc aussi cupidité, exploitation, corruption, prostitution. Le patron chrétien, conservateur, paléofranquiste bon teint, se fait tenancier de bordel. C'est bien aussi ce que mon enquête a malheureusement montré.
     (…)
     J'exagère certainement un peu, mais l'évolution d'Ibiza risque d'aller dans le sens de cette production industrielle des expériences de jouissance, avec ses corrélats inévitables que sont trafics, corruption, prostitution.
     Pour échapper à cette évolution, il ne suffira pas d'inventer un autre modèle du tourisme, puisque ce qui est en jeu, c'est autre chose, de plus difficile à produire : un autre rapport à la vie.

Conclusion, pp. 330-331
SOMMAIRE
(résumé)
Introduction
  1. Ibiza la nuit — ou comment le philosophe passe du bon temps
  2. L'île de Calypso, un guide en raccourci
  3. Ibiza, la marque globale : Ibiza brand
  4. Mix, remix et techno : la révolution de la musique durant la seconde moitié du XXe siècle
  5. Des bars musicaux à la party sous les étoiles : 1970-2011
  6. Sexe et drogue
  7. Argent, politique, fraudes et corruption
  8. Passés et identités
  9. Mais où sont passés mes hippies ?
  10. Artistes, voyageurs, outsiders : utopie ou bohème ?
  11. Sur le plaisir et l'hédonisme
  12. Usine à sensations, fabrique d'émotion, engineering de la vie, addiction
Conclusion : plaisir et industrialisation du plaisir — le rat démocrate chez Calypso

Bibliographie
Remerciements
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE

mise-à-jour : 28 août 2016
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX