Gregory B. Lee (éd.)

Poésie et insularité • Poetry and insularity

Université Jean Moulin Lyon 3 - Transtext(s) Transcultures

Lyon, 2008
bibliothèque insulaire
   
errances

parutions 2008

Poésie et insularité - Poetry and insularity / éd. par Gregory B. Lee. - Lyon : Université Jean Moulin Lyon 3, 2008. - 174 p. ; 24 cm. - (Transtext(e)s transcultures, Journal of global cultural studies, HS).
Créée en 2006, Transtext(e)s Transcultures est une revue universitaire multilingue affranchie des barrières inter-disciplinaires. En 2008, un numéro hors-série a été publié sur le thème Poésie et Insularité. On observe, à la lecture du sommaire, la diversité des aires géographiques et culturelles prises en considération (du monde Caraïbe à la mer Égée ou à l'Irlande) et, comme en contrepartie, la place majeure laissée au monde grec.

La géographie physique n'est pas seule à supporter l'organisation du recueil. D'autres catégories et d'autres regards sont proposés — ménageant de fécondes rencontres :
  • entre “ emprisonnement ” et “ promesse ” d'ouverture (Gregory Lee),
  • entre “ confluences ” (Vassiliki Coavoux) et “ cloisonnement ” (Apostolos Lampropoulos),
  • entre “ révélation du sacré ” et “ opacité du quotidien ” (Lito Ioakimidou),
  • entre îles réelles et îles utopiques,
  • entre Saint-John Perse et Edouard Glissant — deux voix issues des Antilles françaises qui, après tours et détours propres à l'un ou l'autre, se croisent dans l'errance : “ Qui dira l'amusement, pour un enfant, d'habiter une île, une île toute petite, et dont il peut, du reste, s'échapper quand il veut ? ” 1
Le brassage littéraire de matière insulaire qui est l'objet du recueil permet d'engager un parcours en compagnie d'auteurs souvent connus — Hölderlin, Elytis, Durrell, Synge, … — et d'autres qui gagneraient à l'être plus ou mieux, comme le Grec Nikos Gatsos, parfois rapproché du surréalisme, souvent comparé à Rimbaud, et dont c'est ici l'occasion d'éclairer le “ silence fertile ”, le “ silence chantant ” ! (Lisa Mamakouka)
       
1.André Gide, Si le grain ne meurt (1924), cité par May Chehab, Poétiques archipéliques : Saint-John Perse et Édouard Glissant.
SOMMAIRE
  • Editorial, Introduction, Gregory Lee
  • Islands, literature, and cultural translatability, Stephanos Stephanides and Susan Bassnett
  • Utopiae insulae figura : utopian insularity and the politics of form, Antonis Balasopoulos
  • Poétiques archipéliques : Saint-John Perse et Edouard Glissant, May Chehab
  • La chanson néo-crétoise : ressourcement et confluences, Vassiliki Coavoux
  • Patmos, entre la révélation du sacré et l'opacité du quotidien : Hölderlin, Papaditsas, Lorand Gaspar, Lito Ioakimidou
  • L'identité insulaire et le Paradis retrouvé d'Odysseus Elytis, Yiannis E. Ioannou
  • Îles du jour d'après : cloisonnement géographique et cosmo-poétique, Apostolos Lampropoulos
  • La dimension familière de la poésie insulaire de Nikos Gatsos : les chants populaires grecs comme archétypes d’une poésie chantée, Lisa Mamakouka
  • Insularity and cosmopolitanism : islands of the Mediterranean — a carousel in the memory of Lawrence Durrell, Giuseppina Semola
  • John Millington Synge. L'île absolue, Jérôme Thélot
  • Toutes les îles sont secrètes : notes sur quelques métaphores insulaires dans la poésie contemporaine (Saint-John Perse, Jean-Claude Renard, Jean Laude, Yves Bonnefoy, Lorand Gaspar, Benoît Conort), Lionel Verdier
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE

mise-à-jour : 28 novembre 2018
Poésie et insularité - Poetry and insularity
texte intégral en téléchargement :
https://journals.openedition.org/transtexts/204
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX