Georges Simenon

Le passager clandestin, illustré par [Jacques de] Loustal

Omnibus

Paris, 2018

bibliothèque insulaire

   
îles noires
parutions 2018
Le passager clandestin / Georges Simenon ; ill. par Loustal. - Paris : Omnibus, 2018. - 204 p. : ill. ; 25 cm.
ISBN 978-2-258-14993-9
Ils sont trois à bord de l'Aramis à fuir leur passé — à tenter de combler une faille ou de colmater une fêlure — dans le vague espoir d'une affaire fructueuse, d'un répit, d'une seconde chance ou même d'une rédemption. Owen, Mougins et Lotte se croisent sans se reconnaître sur le paquebot qui relie Panama à Tahiti, mais une fois débarqués les masques tombent, obligeant chacun d'eux à brusquer le jeu : il va falloir gagner très vite.

L'intrigue fournit à Simenon l'occasion d'un nouveau regard sur Tahiti
 1, après Touriste de bananes publié dix ans plus tôt. En contrepoint aux vices et aux lâchetés des occidentaux, l'île et ses habitants immémoriaux baignent dans une lumière où l'innocence a toujours une place — le déclin inéluctablement engagé n'a pas encore totalement occulté le mirage de “ cette île où vivaient, comme dans un Paradis terrestre, des hommes et des femmes couronnés de fleurs ” (p. 115).

Les illustrations de Loustal ravivent une époque révolue et rendent sensible l'équilibre précaire relaté par Georges Simenon.
       
1.Parti du Havre en décembre 1934, Georges Simenon a séjourné six semaines à Tahiti en février et mars de l'année suivante.
SÉBASTIEN LAPAQUE : […]

Pour retrouver l'émotion de Simenon au moment où il a découvert l'île, il faut fermer les yeux, imaginer une arrivée en bateau, avec le quai, les hangars, la douane, là où accostent aujourd'hui les gros paquebots de croisière qui promènent leurs passagers aux Marquises, aux Gambier et aux Tuamotu, ainsi que les bateaux qui relient Tahiti à l'île voisine de Moorea, qu'a aimé peindre Matisse. Le romancier aux 400 livres savait que c'est en songe qu'il convient de revenir à Tahiti. “ Hier soir, je me suis endormi sur des images de Tahiti, de Tahitiens et de Tahitiennes … ”, confie ainsi le romancier dans ses Mémoires à la date du 25 septembre 1976.

[…]

→ “ Le rêve tahitien de Georges Simenon ”, Le Figaro, 19 janvier 2013 [en ligne]
EXTRAIT Le Tahitien s'installa à côté de lui, un large sourire aux lèvres. Un peu plus tard, la voiture sortait de la ville. Tantôt la route longeait le lagon bordé de cocotiers, tantôt elle s'enfonçait dans la verdure, et on découvrait par-ci par-là des huttes, certaines abandonnées, des carrés de cultures, quelques vaches claires qui paissaient.

Il y avait toujours cette même qualité de l'air et de la lumière que le major n'avait rencontrée nulle part ailleurs et qui sertissait les objets comme d'une matière précieuse.

Des femmes marchaient, par deux ou par trois, pieds nus, jambes de bronze, vêtues de cotonnade. Certaines robes étaient rouges, d'autres à pois bleus ou verts.

Parfois la route traversait un ruisseau qui allait se perdre dans le lagon et, dans le lit de ces ruisseaux, les femmes s'arrêtaient pour se rafraîchir, s'asseyant, avec leur robe, dans le liquide pailleté de soleil. Elles riaient au passage de l'auto. Elles avaient toutes le même rire qui chantait dans le fond de leur gorge.

Un village. Une église en bois, toute blanche, avec un toit rouge et une mince flèche gravée dans le ciel. Une école, en bois aussi, sur pilotis comme la plupart des maisons de l'île, où, par les fenêtres ouvertes, on voyait vingt visages d'enfants …

Ils traversèrent ainsi huit ou dix villages et, quand ils se rapprochaient du lagon, ils apercevaient des pirogues à balancier qui dérivaient lentement, un homme nu, debout à l'arrière, son harpon à la main, prêt à plonger.
— Tu ne trouves pas, monsieur, que c'est le plus beau pays du monde ?
Et Owen avait envie de lui répondre qu'il le détestait, justement parce que le pays lui entrait toujours un peu plus dans la peau.

pp. 86-87
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Le passager clandestin », Paris : La Jeune Parque, 1947
  • « Le passager clandestin », Paris : Presses de la cité, 1947
  • « Le passager clandestin », Paris : Librairie générale française (Le Livre de poche, 14287), 2001
  • « Le passager clandestin » in Romans du monde, vol. 2, Paris : Omnibus, 2010
Note bibliographique du roman (sur le site de l'Association des amis de Jacques Rivière et d'Alain-Fournier)
« Le passager clandestin » sur le site de Loustal
Le Passager clandestin, Ralph Habib et Lee Robinson (1958)
Le roman de Simenon a inspiré deux films :

Le passager clandestin (co-production franco-australienne, 1958) réalisé par Ralph Habib (qui a dirigé la version française) et Lee Robinson (responsable des prises de la version anglaise) ; le film a été tourné à Tahiti avec Martine Carol en tête d'une distribution occidentale ouverte à deux seconds rôles locaux — Maea Flohr et Teheiura Poheroa 1.

El pasajero clandestino (France-Espagne, 1995) ; film indépendant underground réalisé pour la télévision par Agustí Villaronga (trois versions : en castillan, catalan et français) avec une distribution internationale.

———————

1.Informations complémentaires : Marc E. Louvat, « Petite histoire du cinéma en Polynésie française : Cinematamua », Paris : L'Harmattan, 2016 — pp. 91-93
  • Georges Simenon, « Touriste de bananes », Paris : Gallimard (Folio, 1236), 1997 ; Paris : Vertige graphic, 1998
  • Georges Simenon, « Le cercle des Mahé », Paris : Gallimard (Folio policier, 99), 1999
  • Georges Simenon, « Ceux de la soif », Paris : Gallimard (Folio policier, 100), 1999
  • Georges Simenon, « Les obsessions du voyageur » textes choisis et présentés par Benoît Denis, Paris : La Quinzaine littéraire - Louis Vuitton (Voyager avec …), 2008

mise-à-jour : 29 août 2019
Georges Simenon : Le passager clandestin, ill. par Loustal
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX