Barry E. O'Meara

Napoléon dans l'exil, 2 vol.

Fondation Napoléon

Paris, 1993

bibliothèque insulaire

      

île-prison
îles d'Atlantique
Napoléon dans l'exil / Barry E. O'Meara ; présentation, notes et introduction par Paul Ganière ; trad. de l'anglais par Charles-Otto Zieseniss. - Paris : Fondation Napoléon, 1993. - 2 vol. (III-477, 454 p.) : ill. ; 25 cm.
ISBN 2-909552-00-4 (t. I) ; ISBN 2-909552-01-2 (t. II)
NOTE DE L'ÉDITEUR : O'Meara est le premier médecin personnel de Napoléon à Sainte-Hélène. Sujet britannique, il prend partie peu à peu pour Napoléon et les Français accompagnant l'empereur dans son exil, ce qui le fait rappeler en 1818 en Angleterre par son gouvernement. Son journal, écrit avec le souci de respecter les opinions et les faits dont il fut le témoin privilégié, est un des témoignages essentiels sur les premières années de Napoléon à Sainte-Hélène.
OCTAVE AUBRY : Caractère méprisable, grossier et malveillant, O'Meara espionna les Français durant son séjour à Sainte-Hélène. A la fin, il se brouilla avec Hudson Lowe et, se rapprochant des captifs, flatta bassement l'Empereur dont il reçut de fortes sommes. De retour en Angleterre où Lowe l'avait fait rappeler, il y publia en 1822 ses souvenirs sous le titre de Napoléon en exil, véritable acte d'accusation contre Lowe qui souleva dans toute l'Europe une immense sensation. Son livre contient beaucoup d'observations et de détails intéressants, mais qui demandent à être contrôlés à l'aide des autres récits de la captivité.

Octave Aubry (éd.), « Général Gourgaud, Journal de Sainte-Hélène », Paris : Flammarion, 1944-1947 (tome I, note p. 70)
JEAN-PAUL KAUFFMANN : O'Meara qui, au début de la captivité, jouait le double jeu avait finalement rejoint le camp du prisonnier. Son livre Napoléon dans l'Exil, paru en 1822, a joué un rôle important dans la légende hélénienne. Il est le premier à avoir révélé à l'Europe les persécutions et les mesquineries du geôlier.

« La Chambre Noire de Longwood », Paris : La Table ronde, 1997 (p. 206)
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • François Antonmarchi, « Les derniers moments de Napoléon : 1819-1821 », Paris : Buchet-Chastel, 1975
  • Octave Aubry, « Sainte-Hélène », Paris : Flammarion, 1935
  • Général Bertrand, « Cahiers de Sainte-Hélène », Paris : Albin Michel, Sulliver, 1949-1959
  • Paul Ganière, « Napoléon à Sainte-Hélène », Paris : Perrin, 1957-1961
  • Général Gourgaud, « Journal de Sainte-Hélène, 1815-1818 », Paris : Flammarion, 1944-1947
  • Jean-Paul Kauffmann, « La chambre noire de Longwood », Paris : La Table ronde, 1997
  • Emmanuel de Las Cases, « Le mémorial de Sainte-Hélène », Paris : Seuil (Points), 1999 ; Gallimard (La Pléiade), 2001
  • Louis Marchand, « Mémoires de Marchand, premier valet de chambre et exécuteur testamentaire de l'empereur » éd. par Jean Bourguignon, Paris : Tallandier, 2003
  • Gilbert Martineau, « La vie quotidienne à Sainte-Hélène au temps de Napoléon », Paris : Hachette, 1970 ; Tallandier, 2005
  • Gilbert Martineau, « Napoléon à Sainte-Hélène », Paris : Tallandier, 1981
  • Albine de Montholon, « Souvenirs de Sainte-Hélène, 1815-1816 » publiés par le comte Fleury, Paris : Emile Paul, 1901
  • Albine de Montholon, « Journal secret d'Albine de Montholon, maîtresse de Napoléon à Sainte-Hélène » présenté et commenté par François de Candé-Montholon, Paris : Albin Michel, 2002
  • Général de Montholon, « Récits de la captivité de l'empereur Napoléon à Sainte-Hélène », Paris : Paulin, 1847
  • Jean Tulard (éd.), « Napoléon à Sainte-Hélène » textes choisis de Las Cases, Montholon, Gourgaud et Bertrand, Paris : Robert Laffont (Bouquins), 1981

mise-à-jour : 30 octobre 2013
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX