Frédéric Angleviel

Poulo Condore : un bagne français en Indochine

Vendémiaire - Chroniques

Paris, 2020
bibliothèque insulaire

      

île-prison
parutions 2020
Poulo Condore : un bagne français en Indochine / Frédéric Angleviel. - Paris : Vendémiaire, 2020. - 195 p. ; 20 cm. - (Chroniques).
ISBN 978-2-36358-340-6
Implanté sur un archipel en mer de Chine (à près de 200 kilomètres au sud du delta du Mékong), le bagne de Poulo Condore a été créé en 1861 par l'administration coloniale française pour y accueillir des condamnés locaux, ce qui le distingue radicalement du bagne de Guyane ou de celui de Nouvelle-Calédonie ouverts aux condamnés originaires de la Métropole et, plus largement, de ses dépendances coloniales.

L'essai de Frédéric Angleviel s'appuie largement sur les archives publiques et privées (dont une part a été détruite lors d'une révolte en 1945), et sur les travaux d'historiens et chroniqueurs locaux. La démarche met en lumière la vocation explicite du bagne : inspirer la terreur à tout opposant potentiel. Mais cette stratégie comportait un écueil : conçu pour éradiquer les diverses formes d'opposition au pouvoir colonial (nationalisme et, plus tard, communisme), Poulo Condore s'est rapidement transformé en sanctuaire puis en centre de formation révolutionnaire. Au fil du temps on y voit passer les grandes figures — Pham Van Dong, Ho Chi Minh, le futur général Giap, … 1 — d'une opposition qui, au prix de décennies de combats, libérera le pays.

Alors même qu'ils s'employaient quotidiennement à mettre en œuvre une politique inhumaine de terreur, les dirigeants du bagne menaient une vie confortable : logements agréables, domesticité réquisitionnée à très bon compte … On pouvait se permettre de faire venir à grands frais depuis Saigon la glace destinée au champagne servi lors des raouts de l'administration. L'île comptait même une maison d'accueil pour les hôtes de passage ; c'est là que Camille Saint-Saëns acheva du 20 mars au 19 avril 1895 son opéra Brunehilda !

Après la défaite française, Poulo Condore ne fermera pas ses portes. Entre 1954 et 1975, la République du Vietnam (Sud) y enferme ses opposants dans des conditions encore alourdies par l'appui technique de son allié américain. Puis le Vietnam réunifié prend la relève, jusqu'à la fermeture définitive en 1995.

Dans l'esprit des Vietnamiens, l'île de Poulo Condore est depuis longtemps tristement célèbre. Aujourd'hui, elle est considérée comme un vestige témoignant d'une période historique très mouvementée pour le peuple vietnamien. Elle était considérée comme un “ enfer sur terre ”, un terrible régime pénitentiaire mis en place par les colons impérialistes et un lieu de détention pour les révolutionnaires vietnamiens. L'île est également un symbole immortel de la volonté indomptable des grands hommes du pays. 2
       
1.Frédéric Angleviel évoque brièvement l'Annamite Kydong, “ instigateur d'un mouvement insurrectionnel ”, “ condamné pour crime de haute trahison et embarqué pour le bagne de Poulo Condore ”, La Gazette du Village (14 novembre 1897) — texte cité p. 86.
Ky Dong (ou Nguyen Van Cam, 1875-1929) était un héros de la résistance nationaliste. Il n'a semble-t-il jamais été transporté à Poulo Condore, mais à la Guyane ou, plus vraisemblablement, en Nouvelle-Calédonie d'où il aurait été transféré à Tahiti puis aux îles Marquises où il faisait office d'infirmier bénévole et où il s'est lié avec Paul Gauguin à l'arrivée de ce dernier sur l'île d'Hiva Oa en 1901.
2.“ Exposition Poulo Condore à travers les archives ”, Agence vietnamienne d'information, 18 novembre 2013 — texte cité p. 167
EXTRAIT Dès 1911, le Conseil colonial, constatant l'augmentation du nombre de détenus dans toute l'Union et “ l'insuffisance ou l'insalubrité des locaux pénitentiaires ”, souligne que le pénitencier des Poulo Condore est “ suffisant pour recevoir le trop-plein de la prison centrale ”. D'autant qu'il “ serait très facile d'y augmenter les locaux existants ; on y trouve du sable, des moellons, le pénitencier confectionne des briques et de la chaux ; la main d'œuvre y est nombreuse et gratuite ” 1. Le gouverneur par intérim reprend à son compte ce discours et indique qu'il faudra, pour ce faire, la participation des autres parties de l'Union.

Cinq ans plus tard, entre 1916 et 1917, le bagne n° 2 est construit par les prisonniers à la droite du bagne historique. Il comprend, sur 1,3 ha, 12 salles similaires. Initialement “ camp des lettrés annamites ”, il regroupe les prisonniers politiques exemptés de travail. C'est dans trois des immenses salles du bagne n° 2 qu'ultérieurement furent concentrés dans leur grande majorité les détenus politiques communistes et nationalistes des années 1930. Jean-Claude Demariaux put y observer, une nuit de1936, le futur premier ministre Pham Van Dong, condamné au bagne en 1929, faire un cours d'économie politique à ses compagnons de détention.

“ Le bagne n° 2 a été la grande pépinière anti-française du Viet-Minh, dans les années fiévreuses de 1934 à 1945 : le vase clos des révoltes contre notre drapeau. ” 2


pp. 43-44
       
1.Procès verbaux du Conseil colonial de la Cochinchine, session ordinaire 1911, Deuxième séance du 6 août […]
2.Jean-Claude Demariaux, “ Les secrets des îles Poulo Condore ” (1956), p. 92
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Jacques Brulé, « Poulo Condore », Saigon : Imprimerie des T.F.E.O., 1947
  • Jean-Claude Demariaux, « Les secrets des îles Poulo-Condore, le grand bagne indochinois », Paris : J. Peyronnet, 1956
  • Maurice Demariaux, « Poulo-Condore, archipel du Vietnam : du bagne historique à la nouvelle zone de développement économique », Paris : L'Harmattan, 1999
  • Anna Moï, « Riz noir », Paris : Gallimard, 2004
  • Frank Sénateur, Paul Miniconi, « Poulo-Condore : le bagne d'Indochine », Paris : Gobelins, l'école des images, 2016
  • Georges Taboulet et Jean-Claude Demariaux, « La vie dramatique de Gustave Viaud, frère de Pierre Loti », Paris : Éd. du Scorpion, 1961
  • Gustave Viaud, « L'île de Poulo-Condore, topographie médicale et rapport sur la situation présente », Archives de médecine navale, 1864, n° 1, pp. 80-88
  • Peter Zinoman, « The colonial Bastille : a history of imprisonment in Vietnam, 1862-1940 », Berkeley : University of California press, 2001
Spécialiste de l'histoire de la Nouvelle-Calédonie où il est né en 1961, Frédéric Angleviel est l'auteur d'une œuvre abondante centrée, pour l'essentiel, sur la grande île mélanésienne. On ne présente ci-dessous que les deux titres les plus récents, publiés chez l'éditeur de “ Poulo Condore ”.
  • « Un drame de la colonisation : Ouvéa, Nouvelle-Calédonie, mai 1988 », Paris : Vendémiaire (Chroniques), 2015
  • « La France aux antipodes : histoire de la Nouvelle-Calédonie », Paris : Vendémiaire (Chroniques), 201

mise-à-jour : 16 avril 2020
Frédéric Angleviel : Poulo Condore, un bagne français en Indochine
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX