Guillermo Cabrera Infante

Holy smoke

Passage du nord-ouest

Albi, 2007

bibliothèque insulaire

   
Cuba
parutions 2007
Holy smoke / Guillermo Cabrera Infante ; traduit de l’espagnol (Cuba), par Albert Bensoussan ; présentation et postface de Patrick Amine. - Albi : Passage du nord-ouest, 2007. - V-425 p. ; 19 cm.
ISBN 978-2-914834-25-4
On dirait que le démon n'aime pas le tabac.

Gogol — cité p. 343

« Ce livre peut être lu comme une variation autobiographique. C'est un éloge et une ode au tabac, une histoire du havane, de Cuba, de la chanson et de la musique populaire. Une histoire pleine de digressions … » 1. C'est encore — parfois sur le mode parodique — un pamphlet politique, une encyclopédie, l'ébauche d'une anthologie. Guillermo Cabrera Infante y brasse l'histoire et la géographie, la sociologie, d'innombrables références littéraires et cinématographiques : « pas moins de deux cent dix films [y] sont passés en revue » 2.

L'histoire commence à Cuba avec un certain Rodrigo de Xeres que Colomb envoie à terre chercher de l'or : « de Xeres ne revint pas avec des pépites, mais avec une nouvelle vraiment nouvelle : il avait trouvé à terre des hommes cheminée. Colomb en fut contrarié. (…) Mais de Xeres expliqua, fort sobrement, que les sauvages qu'il avait observés rejetaient réellement de la fumée. Comme des cheminées. Partout où ils allaient, ils avaient sur eux un tuyau marron brûlant à un bout » 3.

Dans la suite interviennent Groucho Marx et Fidel Castro, Henry James et Gaston Bachelard, Winston Churchill et Cecil B. De Mille, Othello et la fiancée de Frankestein, Ava Gardner et Carmen. Cuba, son histoire et sa mythologie occupent une place de choix dans cette somme, mais l'auteur se veut plus rigoureux que chauvin ; à la question « Rouler le tabac est-il un art cubain ? » il répond « J'ai des raisons d'en douter. Les cigares peuvent être roulés presque dans n'importe quel endroit par presque n'importe qui. Les Canariens le font, les Javanais aussi et les Philippins. C'est, alors, un art des îles » 4.
       
1.Patrick Amine
2.Introduction, p. II
3.« Holy smoke », pp. 24-25
4.« Holy smoke », p. 70
EXTRAIT Une fois découvert et son seul usage étant connu, il n'est pas possible d'imaginer l'homme moderne (pas plus que la femme) sans tabac. C'est assez ironique qu'aucune reconstruction générale de la vie civilisée ne puisse pas même s'opérer sans tabac. Il en était déjà ainsi en Angleterre au XVIIIe siècle. C'était bien le dilemme de Robinson Crusoé après le naufrage de son bateau. Une fois le rivage atteint, il recréa autant de traits de la civilisation qu'il put en utilisant les matériaux qui lui tombèrent sous la main ou en sauvant des restes du naufrage.

Mais dès qu'il observa le terrain, « il trouva une grande quantité de tabac vert poussant sur des tiges grandes et robustes ». Cette découverte est surprenante à double titre : pour le naufragé et pour le lecteur. Comment un habitant de la ville pouvait-il reconnaître si rapidement une herbe qu'il n'avait vue qu'à l'état de résultat ou en feuilles séchées couleur marron ? Et pas seulement cela. Il trouve d'autres plantes dont « il n'avait aucune sorte de connaissance bien qu'elles aient peut-être leurs propres vertus » — et il décide en conséquence de les oublier. Alors que, d'après ce que l'on sait, ce pouvait être des patates, des tomates ou toute autre espèce de légumes comestibles et nutritifs.

Juste après avoir récolté la fibre de tabac, Robinson sent un désir irrépressif de fumer. Il avoue alors : « La seconde chose que j'aurais désirée de bon gré était une pipe de tabac. » Il est clair que le naufragé voulait fumer : cet homme est un gentleman et c'est là son seul vice reconstitué. Mais fumer lui est impossible : il a besoin d'une pipe. Il aurait pu réinventer le cigare là même, mais comme c'est un Anglais du XVIIIe siècle, il se doit de fumer la pipe. De même que la confiture précède le cochon, l'histoire vient avant la nature.

Un Anglais est un Anglais même dans une île déserte et Robinson emploie son considérable génie à fabriquer un engin très anglais et d'usage quotidien.

pp. 190-191
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Holy smoke », New York : Harper and Row, 1985

mise-à-jour : 29 novembre 2007

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX