John McGahern

Pour qu'il soient face au soleil levant

Albin Michel

Paris, 2003

bibliothèque insulaire

   
Irlande
parutions 2003
Pour qu'ils soient face au soleil levant / John McGahern ; trad. de l'anglais (Irlande) par Françoise Cartano. - Paris : Albin Michel, 2003. - 432 p. ; 23 cm. - (Les grandes traductions).
ISBN 2-226-13703-3

NOTE DE L'ÉDITEUR : Il est des écritures magiques, qui transportent le lecteur parfois très loin sans que rien se passe vraiment : quelques amis et voisins réunis au fin fond de la campagne irlandaise, des mariages, des dîners après la moisson, des soirées au pub, des envies de quitter cette Irlande figée dans le temps mais que n'épargne pas la violence politique …

C'est la manière de faire parler ses personnages qui rend John McGahern unique : ce langage savoureux de la campagne, gouailleur et tendre, qui donne aux petites histoires l'allure de mythes lorsqu'au soir on se retrouve pour boire du rhum au jus d'airelles. La magie de l'écriture, aussi, qui nous imprègne de l'atmosphère à la fois paisible et inquiète de ce Giono irlandais.

D'une pudeur extrême, John McGahern nous envoûte, nous fascine. C'est hors d'âge, comme un très bon whisky.

LE FIGARO LITTÉRAIRE, 18 septembre 2003 : Que se passe-t-il ici ? Rien qui se résume. Mais c'est la vie même qui palpite en bordure du lac, là où s'installe un couple de cadres londoniens. Ils retapent une bicoque, se livrent à l'élevage, et répugnent à vendre leurs bêtes. La vieille shorthorn qu'ils possèdent, et que l'on vous prie de ne pas confondre avec une charolaise, « pour un peu, elle s'installerait dans un fauteuil et mettrait des lunettes pour lire l'Observer », remarque l'un des fermiers, qui est aux aguets. Si l'un des voisins est singulier — un mélange de Barbe-Bleue et d'escroc napolitain —, les autres sont de simples gens. En apparence. Car pour un romancier qui sait regarder, chacun a son secret et sa particularité. Jusqu'aux animaux : une chatte noire, deux chiens de chasse, et la vache qui est en train de vêler, à la tombée du jour, s'accorde par ses gémissements au mystère de la naissance du monde. La toilette d'un mort — il était ouvrier à Londres, homme de peine chez un Hindou — acquiert la grandeur d'une descente de Croix. La tendresse se glisse sous la porte comme l'eau de la baignoire qui a débordé. Elle n'a d'égale que l'indulgence du curé du village à l'égard de ses paroissiens, fils de paysans comme lui. Dehors, les poules sont à l'abri pour la nuit derrière leur grillage. Il convient alors de « prendre garde à la douceur des choses », au bord de ce lac où une arche de Noé semble s'amarrer à l'un des apontements. Il y règne, de bout en bout, un enchantement dont on chercherait sans doute en vain l'origine : peut-on expliquer la supériorité de Mozart sur Salieri ? Et la Grâce, dans toute sa plénitude et tout son arbitraire ?

Angelo Rinaldi

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « That they may face the rising sun », London : Faber and Faber, 2002
  • « Pour qu'ils soient face au soleil levant », Paris : Librairie générale française (Le Livre de poche, Biblio, 3416), 2005
  • « La caserne », Paris : Presses de la renaissance, 1986 ; Paris : 10/18, 1991
  • « Les créatures de la terre, et autres nouvelles », Paris : Albin Michel, 1996 ; Librairie générale française (Le Livre de poche, Biblio, 3421), 2006
  • « Entre toutes les femmes », Paris : Presses de la renaissance, 1990 ; Paris : 10/18, 1995
  • « Haute-Terre », Paris : Presses de la renaissance, 1987
  • « Les huîtres de Tchekhov, et autres nouvelles », Paris : Presses de la renaissance, 1992
  • « Journée d'adieu », Paris : Presses de la renaissance, 1983
  • « Lignes de fond [précédé de] L'image », Paris : Mercure de France, 1971
  • « Mémoire », Paris : Albin Michel, 2009
  • « L'obscur », Paris : Éd. de la sphère, 1980 ; Paris : Presses de la renaissance, 1989 ; Paris : Librairie générale française (Le Livre de poche, Biblio, 3281), 2004
  • « Le pornographe », Paris : Presses de la renaissance, 1981 ; Paris : 10/18, 1991 ; Paris : Albin Michel, 1996

mise-à-jour : 9 novembre 2009
John McGahern
est mort à Dublin le 30 mars 2006

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX