Augustus Earle

A narrative of a nine months' residence in New Zealand, in 1827 ; together with a Journal of a residence in Tristan D'Acunha, an island situated between South America and the Cape of Good Hope

Longman, Rees, Orme, Brown, Green & Longman

Londres, 1832
bibliothèque insulaire

      

peintres des îles
Nouvelle-Zélande
A narrative of a nine months' residence in New Zealand, in 1827 ; together with a journal of a residence in Tristan D'Acunha, an island situated between South America and the Cape of Good Hope / Augustus Earle. - Londres : Longman, Rees, Orme, Brown, Green & Longman, 1832. - X-371 p.-[7] leaves of pl. ; 23 cm.
On tient généralement Augustus Earle (1793-1828) pour le premier peintre à avoir effectué le tour du monde sans commanditaire, et à avoir librement pratiqué son art sur chacun des cinq continents.

Parti de Londres en 1818, il y est revenu en 1829, après avoir fait escale à Tristan da Cunha, en Nouvelle Zélande, aux îles Carolines, aux Philippines, à l'île Maurice et à Sainte Hélène (pour ne parler que des îles). Faisant route de Rio de Janeiro vers Le Cap, Augustus Earle se réjouissait de passer quelques jours à Tristan da Cunha : « this was a spot hitherto unvisited by any artist » ; il y resta, contre son gré, huit mois en compagnie d'une poignée de résidents.

En Nouvelle Zélande, Augustus Earle se montre sensible à la diversité des paysages, mais il s'intéresse prioritairement aux Maori et à leur culture. Il traverse l'île du Nord d'est en ouest, approche les tribus, observe l'habitat, les pratiques sociales, les manifestations rituelles. Les guerriers maori le fascinent, mais il admettra avoir été effrayé en plusieurs occasions et ne sera pas mécontent de pouvoir quitter le pays en avril 1828.

De retour à Londres, Augustus Earle embarque en 1831 à bord du Beagle, avec Charles Darwin ; sa santé ne lui permettra pas d'effectuer la mission en totalité : à Montevideo il est remplacé dans ses fonctions d'artiste du bord par Conrad Martens.

La National Library of Australia (Canberra) possède une collection de 161 aquarelles d'Augustus Earle, sans doute la plus complète et la plus diversifiée ; en 1994-1996, un choix d'une cinquantaine d'entre elles a été présenté à Wellington et Auckland (Nouvelle Zélande), puis à Sydney et Canberra.
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Augustus Earle, « Narrative of a residence in New Zealand (and) Journal of a residence in Tristan da Cunha » edited by E.H. McCormick, Londres : Oxford university press, 1966
  • Harold E. Spencer, « A picturesque traveller on Tristan da Cunha », Los Angeles : Occidental college, 1964
  • Anthony Murray-Oliver, « Augustus Earle in New Zealand », Christchurch : Whitcombe & Tombs, 1968
  • Jocelyn Hackforth-Jones, « Augustus Earle, travel artist : paintings and drawings in the Rex Nan Kivell Collection, National Library of Australia », Canberra : National library of Australia, 1980 ;  Martinborough (New Zealand) : Alister Taylor, 1980 ; Londres : Scolar press, 1980
  • Leonard Bell, « Augustus Earle's The meeting of the artist and the wounded chief Hongi, Bay of Islands, New Zealand, 1827 and his depictions of other New Zealand encounters : contexts and connections », in Voyages and beaches : Pacific encounters, 1769-1840, ed. by Alex Calder, Jonathan Lamb and Bridget Orr, Honolulu : University of Hawai'i Press, 1999

mise-à-jour : 8 janvier 2013
A New Zealander, (1827-1828)
National Library of Australia
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX