Jean Merrien [René de Fréminville]

Marines, illustrations de R.-Y. Creston

Les Œuvres Bretonnes

Rennes, 1944

bibliothèque insulaire

      

îles de Bretagne Sud
errances
Marines / Jean Merrien ; illustrations de R.-Y. Creston. - Rennes : Les Œuvres bretonnes, 1944. - 209 p.-[8] p. de pl. ; 22 cm.

La mer est présente à chaque page, ici comme plus largement dans l'œuvre de Jean Merrien (René de Fréminville, 1905-1972) : la terre y semble esquissée en creux — trait de côte, plage, ports ; quant aux îles (Glénan, Houat, …), lieux hybrides où la terre épouse la mer, elles sont perspectives pour un embarquement : « Un matin, sur l'horizon brillait un nuage. Vers lui nous avons couru dans l'Est toutes voiles ouvertes et chevauchant les houles. Sous l'île de ciel était l'île de rocs, qui bientôt grandit, dressa ses collines. Autour d'elle chantait la mer, et sur elle frissonnaient les blés » (Voile, p. 102).

D'île en île, au hasard des vents, des courants et des marées du sud-Bretagne, Jean Merrien trace un itinéraire qui trouve son aboutissement dans la dernière nouvelle du recueil — « Île » —, au terme d'une quête proche de celle que met en scène D.H. Lawrence dans « L'homme qui aimait les îles » ; comme Cathcart, le porte-parole de l'auteur cherche une île à sa … démesure.

EXTRAIT

Ma terre ferme, mon continent, c'est l'île de Houat, trois cents habitants, huit arbres. Les gens qui viennent du vrai continent, de la côte du Morbihan, des Cités comme Quiberon, la Trinité ou Port-Navalo, quand ils vont à Houat, pensent entreprendre une expédition lointaine et croient atterrir, après dix ou douze milles de traversée, dans le lieu le plus perdu de la terre. Pour moi, ce ne fut pas suffisant. Trois cents personnes, c'est encore un univers, une société, tout un ensemble d'interventions que je voulais éviter. C'est pourquoi j'ai construit ma maison sur l'Ile aux Chevaux, en breton Enez-ar-C'hezeg, à deux milles au sud de Houat, grand tas de sable et de roches de deux à trois hectares, jusqu'alors inhabité.

Île, p. 155

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Marines » nouvelles, New York : Brentano's, 1941
  • « Rien que la mer … » [déjà paru partiellement sous le titre « Marines »], Paris : SELF, 1946
  • « Marines » récits de mer, Paris : Robert Laffont, 1961
Plus d'information sur Jean Merrien et son œuvre : http://gwdefrem.club.fr/

mise-à-jour : 14 septembre 2005
ill. R.Y. Creston
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX