David Herbert Lawrence

L'homme qui aimait les îles

Éd. Pardès

Puiseaux, 1988

bibliothèque insulaire

      

errances
L'homme qui aimait les îles / David Herbert Lawrence ; trad. de l'anglais par Jeanne Fournier-Pargoire ; postface de Fabienne Pichard du Page. - Puiseaux : Pardès, 1988. - 83 p. : ill. ; 19 cm. - (Survivre).
ISBN 2-86714-042-0

FABIENNE PICHARD DU PAGE : [...]

Chaque îlette de Cathcart — le nom du propriétaire — correspond à une étape dans son parcours existentiel. Ces trois îles vont l'aider à accomplir la recommandation delphique : « Connais-toi toi-même ». Chacune agira comme une catharsis. Dans la première île, tel un démiurge, le héros de Lawrence veut recréer un paradis terrestre. [...] La deuxième île de l'insulaire n'évoque plus le paradis terrestre mais un refuge, le repliement sur soi. [...]. L'accès à la troisième île ressemble à un voyage initiatique semé d'embûches et de périls. Pas de maisons, une végétation quasi inexistante : l'île vierge appartient au minéral. L'homme qui aime les îles redevient vierge lui aussi : il a cessé de lire, de s'agiter. Il est prêt pour le grand voyage, le combat final qui le mènera au détachement suprême. Mais avant, il a fait corps avec l'île. « Une île est un nid qui ne contient qu'un œuf, un seulement. Cet œuf est l'insulaire lui-même », écrivait Lawrence dans les premières lignes de L'Homme qui aimait les îles.

[...]

Postface, pp. 74-76

EXTRAIT

Cependant l'île était exquise. Quand le parfum des chèvrefeuilles y flottait et que la lune étincelait sur la mer, les mécontents eux-mêmes éprouvaient une étrange nostalgie. Elle mettait au cœur un désir effréné ; peut-être était-ce la nostalgie du passé, le désir de retourner dans le mystérieux passé de l'île, dans les siècles lointains où le sang avait une pulsation différente. D'étranges vagues de passion déferlaient en vous, vous étiez en proie à des convoitises violentes, à des rêves cruels. C'était le sang, la passion, les convoitises que l'île avait connus. Rêves mystérieux, moitié rêves, moitié évocations de désirs.

p. 30

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « The man who loved islands », in The woman who rode away, and other stories, New York : A. Knopf, 1928 [NB : publiée initialement dans le London Mercury (août 1927), la nouvelle ne figure pas dans l'édition anglaise du recueil (London : Martin Secker, 1928) ; Compton Mackenzie qui pensait, sans doute à juste titre, s'être reconnu dans le personnage de Cathcart avait menacé de poursuivre l'auteur en justice.]
  • « L'homme qui aimait les îles », in La Dame exquise, Paris : Calmann-Lévy, 1935, 1967 ; Le Livre de poche (5040), 1977
  • « L'homme qui aimait les îles » trad. de l'anglais par Catherine Delavallade, Talence : L'Arbre vengeur, 2012
  • « L'homme qui aimait les îles » trad. de l'anglais par Marc Amfreville, in La femme qui s'enfuit, et autres nouvelles, Paris : Le Bruit du temps, 2013

mise-à-jour : 26 octobre 2017

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX