Marie-Isabelle Merle des Isles

Destins d'explorateurs, de l'Antarctique à l'Asie centrale, 1908-1950

La Martinière

Paris, 2005

bibliothèque insulaire

      

errances

parutions 2005

Destins d'explorateurs : de l'Antarctique à l'Asie centrale, 1908-1950 / Marie-Isabelle Merle des Isles. - Paris : La Martinière, 2005. - 183 p. : ill. ; 30 cm.
ISBN 2-7324-3259-8

Le 15 août 1908, le Pourquoi pas ? du commandant Charcot quitte Le Havre pour une expédition dans l'Antarctique ; il est en vue du Cap Horn le 20 décembre. Passé le détroit de Drake, le Pourquoi pas ? côtoie les îles Shetland du Sud, l'archipel Palmer, l'île Wandel où l'équipage fête le Nouvel An, l'île Adélaïde et, plus au sud, l'île Peterman — à peine un kilomètre de diamètre — où est prise la décision d'hiverner (1er février - 25 novembre 1909). Le 25 janvier 1910, le Pourquoi pas ? met cap au nord ; il est de retour au Havre au début du mois de juin.

Deux chemins se sont croisés à bord du Pourquoi pas ? : ceux de Louis Gain (1883-1963), naturaliste au Museum d'histoire naturelle et de Jules Rouch (1884-1973), officier de marine. Dans les années qui suivent le retour en France, Louis Gain et André Rouch participent séparément à des missions d'exploration au large des côtes d'Afrique occidentale. Quand, plus tard, Jules Rouch publie ses souvenirs africains 1, il fait appel aux photographies prises par Louis Gain dans les mêmes parages ; entre temps, en 1913, Jules Rouch et Luce Gain, la sœur aînée de Louis, se sont mariés, unissant le destin de deux familles animées d'un même goût pour l'exploration et la découverte.

En mai et juin 1914, Louis Gain et son frère Gustave (1876-1945) sont au Turkestan russe. En août 1936, André Gain (1907-1940), fils de Gustave, embarque à Marseille sur un paquebot de la Cie des messageries maritimes à destination de la Polynésie française où il séjournera près d'un an, entre Tahiti, les îles Sous-le-vent, les Tuamotu, les Gambier 2 et les Australes. Jean Rouch (1917-2004) enfin … « il se disait l'enfant du Pourquoi pas ? parce que l'union de ses parents était née de la rencontre de Jules Rouch et de Louis Gain sur le trois-mâts du commandant Charcot » ; après une jeunesse itinérante, au gré des affectations de son père (Alger, Mayence, Casablanca, Paris …), il débarque à Dakar en 1941, approchant un horizon qui sera le sien sa vie durant.

Marie-Isabelle Merle-des-Isles a renoué les fils de ces parcours où, au bout du rêve, la réalité se déploie dans sa splendeur : Rouch ou Gain, tous ont recueilli aux différentes étapes de leurs voyages des récits, des photographies, des films qui constituent autant de témoignage sur le monde tel qu'ils l'ont rencontré, archives frémissantes de vie dont le meilleur est ici restitué. Les îles ont une place de choix dans ce florilège, des terres solitaires de l'Antarctique approchées par l'expédition Charcot au début du XXe, siècle aux jardins des mers de la Polynésie d'André Gain et aux énigmatiques Bissagos 3 …

1.Jules Rouch, « Sur les côtes du Sénégal et de la Guinée » avec des photographies de Louis Gain, Paris : Sté d'éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1925
2.Où André Gain suit les pas de Victor Segalen, jusqu'à photographier une « église en ruine à Mangareva » dont l'auteur des Immémoriaux avait pris un dessin le 1er janvier 1904 (VS, « Œuvres complètes », p. 443 et « Destins d'explorateurs », photogaphie de la p. 139) ; la similitude est telle qu'on pourrait croire le dessin de 1904 effectué d'après la photographie de 1937.
3.Sans oublier ce clin d'œil : « Au pays des mages noirs », le premier film de Jean Rouch (1947), est projeté dans les salles de cinéma en ouverture de séance, avant « Stromboli » de Roberto Rossellini.
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Jules Rouch, « L'Antarctide, voyage du Pourquoi pas ? (1908-1910) » ill. de Louis Gain, Paris : Sté d'Editions géographiques, maritimes et coloniales, 1926
  • Jules Rouch, « Sur les côtes du Sénégal et de la Guinée » avec des photographies de Louis Gain, Paris : Sté d'éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1925
  • André Gain, « Aux jardins des mers », Paris : Boivin et Cie, 1942 ; Papeete : Otaha, 2002

mise-à-jour : 21 juin 2006

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX