Jean-Baptiste Leblond

Voyage aux Antilles : d'île en île, de la Martinique à Trinidad (1767-1773)

Karthala - Relire

Paris, 2000
bibliothèque insulaire
   

errances

parutions 2000

Voyage aux Antilles : d'île en île, de la Martinique à Trinidad (1767-1773) / Jean-Baptiste Leblond ; édition présentée et annotée par Monique Pouliquen. - Paris : Karthala, 2000. - 287 p. : ill. ; 24 cm. - (Relire).
ISBN 2-84586-072-2
NOTE DE L'ÉDITEUR : Le présent volume est le tome II du Voyage aux Antilles et à l'Amérique méridionale, seul paru, où Jean-Baptiste Leblond (1747-1815) raconte ses pérégrinations aventureuses d'une île à l'autre, sur une pirogue caraïbe, en compagnie de Caraïbes noirs, descendants libres d'esclaves naufragés. De la Martinique, il se rend à Sainte-Lucie, à Saint-Vincent, aux Grenadines, à la Grenade et à Trinidad. […] De retour en France, il est chargé, en qualité de médecin-naturaliste du roi, de la recherche du quinquina en Guyane française, de 1786 à 1789. Installé ensuite comme colon à Cayenne, il prend part pendant la période révolutionnaire à la vie politique locale, comme député, puis président de l'Assemblée coloniale ; nommé botaniste de la colonie, il adresse en France de riches collections de végétaux, animaux et minéraux, dont partie subsiste de nos jours au Muséum d'Histoire naturelle. Après son retour en métropole en 1802, il publie Observations sur la fièvre jaune et les maladies des tropiques, Voyage aux Antilles et à l'Amérique méridionale, Description abrégée de la Guyane française. Il meurt à Luzy (Nièvre) en 1815.

Dans le Voyage aux Antilles, il étudie la géographie des diverses îles et observe la formation des récifs coralliens, les phénomènes climatiques, la végétation tropicale et la faune marine. Formé à la médecine de façon empirique, il l'exerce d'abord auprès des esclaves. L'ouvrage donne des détails sur les maladies qui affectent différemment les divers groupes ethniques qu'il a l'occasion de soigner, sur les traitements utilisés, les facteurs qui déclenchent les épidémies, les précautions nécessaires pour s'en prémunir. Son tableau dépeint les modes de vie des colons français et anglais qui cohabitent dans les Iles, ceux de leurs esclaves et des gens de couleur libres, les difficultés économiques des propriétaires des plantations. Il décrit les coutumes des Caraïbes noirs, fixés à Saint-Vincent, auprès desquels il séjourne. Esprit vif et curieux, il exprime avec sincérité ses points de vue sur la géographie, la climatologie, l'histoire naturelle, l'agriculture tropicale, les questions médicales, les événements historiques et les relations sociales entre les divers groupes ethniques qui composent la société coloniale.
Carte de la partie méridionale des Antilles
(source : Gallica)
FRANÇOIS REGOURD : (…)

À la fois médecin, géologue, naturaliste et observateur des mœurs exotiques, Leblond pose sur les îles antillaises un regard aigu, critique et informé. Soucieux de noter les détails, de peindre les paysages, de décrire les hommes ou d'expliquer les phénomènes naturels dont il est l'observateur passionné, il fait montre d'une réelle connaissance de son objet et d'un certain talent narratif.

(…)

➙ Note de lecture par François Regourd, in Outre-mers2001 (Vol. 88 / n° 332) , pp. 433-435
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Voyage aux Antilles et à l'Amérique méridionale commencé en 1767 et fini en 1802 (…) », Paris : Arthus Bertrand, 1813
  • « Les voyages de Jean-Baptiste Leblond médecin naturaliste du roi aux Antilles, en Amérique espagnole et en Guyane, de 1767 à 1802 » textes recueillis et présentés par Monique Pouliquen, Paris : Ed. du CTHS (CTHS format, 47), 2001

mise-à-jour : 17 mars 2017
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX