Alex W. du Prel

Le bleu qui fait mal aux yeux

Au Vent des îles

Papeete, 1999
bibliothèque insulaire
   
édité à Tahiti
parutions 1999
Le bleu qui fait mal aux yeux, et autres nouvelles inédites / Alex W. du Prel. - Papeete : Au Vent des îles, 1999. - 162 p. ; 21 cm.
ISBN 2-909790-71-1

TAHITI PACIFIQUE MAGAZINE, n° 101, septembre 1999 : Publié pour la première fois en 1988, Le Bleu qui fait mal aux yeux d'Alex du Prel est de nouveau en librairie dans une édition augmentée de quatre nouvelles inédites. On connaît le regard de l'auteur pour dénicher, sous l'apparence du quotidien et du banal, le petit détail qui trouble ou qui fait sourire, qui dérange ou qui réjouit. Les douze nouvelles de ce recueil sont l'occasion d'un voyage dans l'espace — du Prel entraîne le lecteur à travers tout le Pacifique, de Rangiroa à Bora Bora en passant par les Samoa — mais aussi dans le temps : on devine clairement la nostalgie de l'écrivain pour cette Polynésie peut-être disparue à jamais sous les coups de boutoir de la « modernité », pour ces îles où « il était bon alors de se promener le long du rivage et de saluer tout le monde en passant devant les maisons ».

D'étonnants personnages hantent les différents textes, à l'instar de ce facétieux tupapau qui donne bien du fil à retordre au directeur métropolitain du Palace Hôtel, ou de ce Don Juan italien qui parcourt des milliers de kilomètres dans tout le Pacifique sud pour séduire « toutes sortes de femmes. Des brunes. Des blondes. Des noires de Papouasie, etc ». Si l'humour est souvent présent […] le ton se fait parfois plus grave pour rappeler que si le Paradis est parfois en folie, il est aussi en grand danger, ainsi que le note un personnage : « Un atoll est comme une petite planète. Un vrai miracle de la nature, mais fragile. Chaque excès sera irrévocablement suivi par un désastre ». En ce sens, le texte le plus poignant est, sans aucun doute, « La Honte du vieux », nouvelle de deux pages dans laquelle éclate toute la détresse, tout le désarroi d'un vieil homme contemplant le monde nouveau qu'il a contribué à édifier. Loin des clichés à usage exotique, Alex du Prel dévoile un univers authentique dont il sait partager les douleurs, mais aussi les moments de joie. Alors, pour reprendre une formule bien connue des lecteurs de ce magazine, « à lire absolument » !

Mohamed Aït Aarab

EXTRAIT

[…] nos îles sont impitoyables avec ceux qui ne les respectent pas. Regarde les îles Gambier avec leurs immenses cathédrales vides. Regarde l'île de Norfolk avec son bagne en pierres sculptées. Regarde le désastre de l'atoll de Bikini. Regarde les statues de l'île de Pâques et les marae tapu  de Hawaii. Tous sont les vestiges de rêves d'empire. Tous, sont aussi des monuments à la souffrance d'un peuple doux et paisible.

Nos îles seront toujours fatales aux arrogants et aux tyrans. Car dans ces univers fermés, ils se retrouvent vite face à eux-mêmes. Comme pris dans un piège. C'est inévitable.

Peut-être est-ce cette leçon de modestie permanente qui est à l'origine de la douceur et de la tolérance de la société polynésienne.

[…]

Le bleu qui fait mal aux yeux, p. 161

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Le bleu qui fait mal aux yeux », Moorea : Ed. de Tahiti, 1988
  • « Le bleu qui fait mal aux yeux » éd. révisée avec quatre nouvelles rajoutées, Moorea : Ed. de Tahiti, 2002
  • « Tahiti blue, and other modern tales of the South Pacific », Moorea : Ed. de Tahiti, 1990
  • « Tahiti blue = Le bleu qui fait mal aux yeux » éd. bilingue français-anglais, Moorea : Éd. de Tahiti, 1994
Sur le site « île en île » : dossier Alex du Prel

mise-à-jour : 29 mars 2017
Citoyen américain naturalisé français en 1983, Alex du Prel s'était acclimaté à Moorea (Polynésie française) où il est mort le 14 mars 2017.

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX