V[idiadhar] S[urajprasad] Naipaul

Miguel street

Gallimard - L'imaginaire, 410

Paris, 1999

bibliothèque insulaire

    

parutions 1999
Miguel street / V.S. Naipaul ; trad. de l'anglais par Pauline Verdun. - Paris : Gallimard, 1999. - 241 p. ; 19 cm. - (L'Imaginaire, 410).
ISBN 2-07-075698-X

NOTE DE L'ÉDITEUR : Pour l'étranger qui passe en voiture, Miguel Street n'est que l'image sordide de l'un des innombrables quartiers miséreux de Port of Spain, île de la Trinité, entre les années 1939 et 1947. Mais pour ceux qui y vivent, c'est un monde plein de ressources, brillant, coloré, unique ; un univers où toutes les excentricités sont possibles.

L'étrangeté des personnages, leur tristesse, leur folie, leurs comportements comiques, leurs mésaventures, tout ceci nous est conté avec humour, et partout transparaît une étrange bonhomie qui nous fait apprécier les faits divers de Miguel Street.

JEAN-PIERRE NAUGRETTE : L'écrivain britannique d'origine indienne a reçu, jeudi 11 octobre, le prix Nobel de littérature 2001. La cérémonie de remise des récompenses aura lieu le 10 décembre, à l'hôtel de ville de Stockholm, en présence du roi de Suède, Carl XVI Gustav.

Né à Trinidad le 17 août 1932, Sir Vidiadhar (Vidia) Surajprasad Naipaul vient d'une famille d'origine indienne émigrée aux Antilles : son grand-père émigra de l'Uttar Pradesh pour s'employer dans les plantations comme ouvrier agricole. Son père, Seepersad, un journaliste brahmane travaillant à Port of Spain, écrivait des nouvelles. Son frère Shiva, mort en 1985, fut également romancier. L'un de ses neveux n'est autre que le romancier de langue anglaise Neil Bissoondath, installé aujourd'hui au Canada.

C'est dire si, très tôt, l'appel de la culture, de la littérature et de l'écriture le disputa aux origines et aux racines familiales, qui, de toute façon, ne pouvaient qu'être décalées pour ces Indiens brahmanes vivant comme des exilés : celui qui se définit volontiers comme « sans passé, sans ancêtres, sans attaches, sans racines » sait de quoi il parle, si l'on entend par là qu'à la naissance, il y a ce léger décalage, ce regard sur cette société trinitéenne postcoloniale si profondément divisée en ethnies, en castes, en classes (Indiens, Noirs, métis, musulmans …) qui se déchirent à l'envi. Face aux particularismes locaux, Naipaul comme beaucoup des siens sera hanté par l'universalité du monde, qui passe par l'acquisition de la langue et de la culture anglaises comme moyens de s'extraire de cette région sans avenir : s'il faut devenir écrivain, tout, aime-t-il à répéter, sauf un écrivain des Antilles, où « rien de grand n'a jamais été créé ». Le prix Nobel qui récompense aujourd'hui ce grand écrivain de la langue anglaise devrait être, pour lui, avant tout, signe et statut d'universalité.

[…]

Le Monde, 15 octobre 2001

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Miguel street », Londres : A. Deutsch, 1959
  • « Miguel street » trad. par Pauline Verdun, Paris : Gallimard (Du monde entier), 1967
  • « Miguel street » trad. par Pauline Verdun, Paris : UGE (10/18 Domaine étranger, 2530), 1994
  • « Miguel street » trad. par Pauline Verdun avec une préface inédite de l'auteur, Paris : Gallimard (L'Imaginaire, 620), 2011
  • « La moitié d'une vie », Paris : Plon (Feux croisés), 2002 ; 10/18 (Domaine étranger, 3700), 2004

mise-à-jour : 27 août 2018
V.S. Naipaul : Je suis la somme de mes livres (Stockholm, 7 décembre 2001)
V.S. Naipaul
né à Trinidad en 1932
est mort à Londres le 11 août 2018
Philippe Lançon
« Le regard nu de Naipaul »
Charlie Hebdo | 1361 | 22 août 2018

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX