Marcel Bardiaux

Aux 4 vents de l'aventure [vol. 2] Par le chemin des écoliers

Arthaud

Paris, 1998

bibliothèque insulaire

     

errances
parutions 1998
Aux 4 vents de l'aventure (2) : Par le chemin des écoliers / Marcel Bardiaux. - Paris : Arthaud, 1998. - 473 p. : ill. ; 20 cm. - (Sans limites).
ISBN 2-7066-8541-7
Après Slocum, après Alain Gerbault, mais avant Bernard Moitessier, Marcel Bardiaux appartient à la première lignée des grands navigateurs solitaires, nulle part plus à l'aise qu'à la barre d'un voilier, ici Les 4 Vents.

Le premier volume relatait le début de la circumnavigation de l'auteur, parti de France en 1950 à destination de Tahiti par le Cap Horn. Marcel Bardiaux passe 9 mois à Tahiti où, à en croire le Père Patrick O'Reilly 1, « l'excellent marin se transforme en touriste bourru ».

Le second volume s'ouvre sur le récit de cette longue escale, avant que le navigateur ne reprenne, à sa manière, le chemin des écoliers : le Pacifique, l'océan Indien et, pour finir, l'Atlantique. Bernard Villaret, qui avait rencontré Bardiaux à Papeete, avait justement prophétisé : « Nul doute qu'à son retour en Europe son exploit ne soit salué comme l'un des plus étonnants du genre » 2.
       
1.P. O'Reilly et E. Reitman, « Bibliographie de Tahiti et de la Polynésie française », Paris : Sté des Océanistes (Publications, 14), 1967
2.Bernard Villaret, « Archipels polynésiens », Paris : Hachette, 1956
PAUL ADAM : Marcel Bardiaux annonçait, à la fin du tome précédent, ne pas avoir aimé Tahiti. Il y est néanmoins resté, y compris des excursions, environ neuf mois. Puis il a fini par prendre le chemin du retour en multipliant les escales : Nouvelle-Zélande, Nouvelle-Calédonie (…), le détroit de Torrès, l'Insulinde (…) jusqu'à la France (…).

La particularité du voyage a été le nombre considérable d'escales, ce qui représente une énorme dépense d'énergie et d'habileté ; le danger pour le marin est en effet beaucoup plus la côte que la mer. (…) Quant au navigateur, sa particularité est son tempérament de lutteur, sympathique quoique un peu fatigant, à la longue, pour le lecteur. Les descriptions maritimes sont excellentes et intéressantes  celles des pays, aussi bien océaniens qu'indiens ou atlantiques, très superficielles.

→ Compte-rendu de lecture, Journal de la Société des Océanistes, 17 | Année 1961,  [en ligne] consulté le 8 décembre 2017
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Aux 4 vents de l'aventure (vol. 2) Par le chemin des écoliers », Paris : Flammarion (L'Aventure vécue), 1959
     
  • « Aux 4 vents de l'aventure (vol. 1) Le défi au Cap Horn », Paris : Flammarion (L'Aventure vécue), 1958 ; Arthaud (Sans limites), 1997
  • « Coupé par l'éditeur ! », Saint Brieuc : Les Presses bretonnes, 1959 [plaquette de 16 pages où sont regroupés des passages non publiés du manuscrit de Aux 4 vents de l'aventure ; certains de ces passages concernent Tahiti]

mise-à-jour : 8 décembre 2017
Marcel Bardiaux : Aux 4 vents de l'aventure (2) Par le chemin des écoliers
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX