Valerian Albanov

Au pays de la mort blanche, préface de Jean-Louis Etienne

Éd. Guérin

Chamonix, 1998

bibliothèque insulaire

   
l'Archipel Russe ?
îles désertes
parutions 1998
Au pays de la mort blanche / Valerian Albanov ; éd. établie par Christian de Marliave ; préface de Jean Louis Etienne. - Chamonix : Guérin, 1998. - 340 p. : ill. ; 24 cm. - (Le Texte et l'image).
ISBN 2-911755-20-0

NOTE DE L'ÉDITEUR : Le Santa Anna est parti toutes voiles dehors pour chasser le phoque le long des côtes sibériennes, au-delà du Cercle Polaire. Bientôt encerclé par l'étau des glaces, le navire, jouet des courants, va dériver pendant près de deux ans. A bord, les vivres s'épuisent, la tension monte. Treize hommes, sous la direction du pilote Albanov, décident de tenter l'impossible : quitter le bateau, rallier la première terre, affronter l'enfer blanc sans autre repère que le récit du pionnier Nansen qu'Albanov connaît par cœur …

Là commence l'aventure, ce voyage presque immobile. Lorsqu'ils avancent vers le Sud, la banquise sous leurs pieds, recule vers le Nord ! Pendant trois mois, ils tirent et hissent leurs traîneaux surchargés, affrontent tempêtes et animaux sauvages, se frayant un chemin sur la glace hérissée de blocs, tantôt solide, tantôt liquide. Ils se nourrissent des quelques biscuits emportés et lorsqu'ils tuent un ours — un festin ! — renaît l'espoir de sortir de ce monde sans couleurs …

Le récit d'Albanov, rédigé d'après son journal en 1917, est sans doute l'une des plus fantastiques aventures jamais écrite ! Le cheminement aveugle de ces hommes dans ce désert glacé, raconté avec la précision du géographe, prend le lecteur dans un jeu de colin-maillard qui se transforme en roulette russe !

LE POINT, 5 décembre 1998 : « A la lecture de ce livre remarquable, vous comprendrez ce que signifie d'être au pire endroit du monde, et de s'y trouver au plus mauvais moment … »   On ne saurait mieux résumer que Jean-Louis Etienne, médecin-marin-explorateur polaire de cette fin du XXe siècle, le récit de la tragique expédition du Santa Anna, un navire russe qui, parti [en 1912] d'Alexandrovsk, port de la mer de Barents, pour tenter de forcer le fameux passage du Nord-Est et rejoindre Vladivostock, fut pris dans la banquise et n'en revint jamais.

[…]

Le 10 avril 1914, après avoir confectionné durant de longs mois sept kayaks et sept traîneaux rudimentaires, treize hommes, menés par Valerian Albanov, quittent le vaisseau avec l'approbation de Broussilov, chef de l'expédition, qui, lui, a choisi de rester à bord du navire pris par les glaces. Objectif : atteindre la Terre François-Joseph, où des expéditions antérieures ont laissé cabanes et vivres. Seuls Albanov et le marin Alexandre Konrad, qui ont réussi à atteindre la base du cap Flora, sont sauvés par le navire Santa Foka.

Hervé Ponchelet

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Au pays de la mort blanche : récit de l'expédition arctique Broussiloff par l'un des deux survivants, A. Albanoff, premier pilote à bord du brick Sainte-Anna » publié par le docteur L. Breitfuss et traduit de l'allement par Th. Schoell, Paris : Payot, 1928
  • « Au pays de la mort blanche », Chamonix : Guérin, 2006

mise-à-jour : 8 décembre 2016

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX