Sia Figiel

La petite fille dans le cercle de la lune

Actes Sud

Arles, 1999
bibliothèque insulaire
   
des femmes et des îles
parutions 1999
La petite fille dans le cercle de la lune / Sia Figiel ; trad. de l'anglais (Samoa occidentales) par Céline Schwaller. - Arles : Actes Sud, 1999. - 198 p. ; 22 cm. - (Antipodes).
ISBN 2-7427-2372-2

Née aux îles Samoa il y a une quarantaine d'années, Sia Figiel a écrit son premier roman, « Where we once belonged », en 1996 ; elle est depuis traduite en douze langues, reçue et reconnue dans le monde entier, de la Nouvelle-Zélande aux États-Unis, en Allemagne et, tout récemment, en Espagne.

Deux courants s'expriment avec force dans son oeuvre ; l'un qui frappera, à première lecture, le lecteur européen, où s'exprime, souvent avec rudesse, très durement parfois, le « samoan way of life » ; l'autre, d'abord plus discret, où se révèle la blessure jamais refermée depuis le premier contact entre les civilisations du Pacifique et de l'Occident : « En Nouvelle-Zélande tout le monde a de la chance. Tout le monde est riche et n'a pas de problèmes. Comme en Amérique et en Australie. Et on rêve des moyens d'aller là-bas. Où on vivra. Comme Cendrillon. Heureuses, jusqu'à la fin des temps ».

Pas de fausse naïveté, dans le propos de Sia Figiel, ni de recours aux facilités d'un exotisme réducteur ; au contraire, un regard attachant mais sans complaisance sur l'univers samoan, porté par une expression rigoureusement maîtrisée.

NOTE DE L'ÉDITEUR : Samoana a dix ans, du caractère, la tête pleine de rêves mais le sens de l'observation. Sur son île des Samoa, au cœur du Pacifique, la nonchalance chère à Gauguin ne saurait faire oublier les baraques en tôle, l'effervescence quasi quotidienne de la violence conjugale, les mains dangereuses du marchand de glaces, les petits secrets qu'il faut dissimuler aux adultes, ou leurs grands secrets qu'il faut faire semblant de ne pas avoir surpris. Mais quand on se parle à soi-même, on peut avoir la langue bien pendue ... 

À travers le réalisme d'une toute jeune fille, parfois même avec les mots de son parler natal, surgit sous nos yeux une description très colorée des moeurs et coutumes, des maux et des misères de la vie insulaire. Lesquels n'ôtent rien à la fierté de s'appeler Samoana — du nom même de son archipel. Ni au franc-parler de cette petite Zazie des antipodes !

EXTRAIT

JE NE SAIS PAS CE QU'EST UNE JONQUILLE

Mais je ne peux pas le dire. Je ne veux pas que Tupu et Meleane pensent que je suis stupide et que je ne sais pas.

Je pense aux jonquilles toute la nuit et je me demande quel goût ça a. Est-ce que ça a le même goût que les mangues ? Est-ce que c'est seulement un fruit ? Et sinon, est-ce que c'est un animal ? Un qui vous mord quand on l'agace ? Ou encore un avion ?

Tellement de questions.

Les jonquilles, voilà la chose à laquelle je pense sans arrêt. Quand je ne peux pas dormir. Quand je ne peux pas rêver. Quand les lumières s'éteignent.

p. 87

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « The girl in the moon circle », Suva (Fiji) : Mana publications, 1996
  • « La petite fille dans le cercle de la lune » trad. par Céline Schwaller, Paris : J'ai lu (J'ai lu, 6429), 2002
  • « La petite fille dans le cercle de la lune » trad. par Céline Schwaller, Arles : Actes sud (Babel, 779), 2006
  • « Where we once belonged », Auckland : Pasifika press, 1996 ; « L'île sous la lune » trad. par Céline Schwaller, Arles : Actes sud, 2001
  • « To a young artist in contemplation » poetry and prose, Suva (Fiji) : Pacific Writing Forum, University of the South Pacific, 1998
  • « They who do not grieve », Auckland : Random house, 1999 ; « Le tatouage inachevé » trad. par Céline Schwaller, Arles : Actes sud, 2004
  • « Les danseurs » nouvelle traduite par Céline Schwaller, in Douze écrivains néozélandais, publié à l'occasion des Belles Étrangères, Paris : Sabine Wespieser, 2006

mise-à-jour : 7 janvier 2007

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX