Francis Jammes

De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir

Gallimard - Poésie, 68

Paris, 1989
bibliothèque insulaire
   
errances
De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir, 1888-1897 / Francis Jammes ; préface de Jacques Borel. - Paris : Gallimard, 1989. - 250 p. ; 18 cm. - (Poésie, 68).
ISBN 2-07-031795-1
là-bas des oiseaux d'or sont sur la mer
où nous avons vécu, amie, avant de naître
.
(…)

Quand dans le brouillard …, p. 152

Comme la journée, bornée entre l'Angelus de l'aube et l'Angelus du soir, la vie de Francis Jammes est circonscrite dans un petit canton du monde, au pied des Pyrénées occidentales — entre Tournay (Hautes Pyrénées) où il est né en 1868 et Hasparren (Pyrénées atlantiques) où il s'est éteint en 1938. Les échappées hors de ce territoire d'élection sont rares et brèves : Bordeaux, Paris, les Flandres, l'Espagne proche, l'Algérie …

La poésie de Francis Jammes chante cet univers familier, les présences, les bruits et les odeurs qui le peuple. Poésie rustique et intime à l'écoute de l'âne si doux, du pauvre chien apeuré, du vent triste et des écolières en vacances.

Poésie où le passé, le présent et le rêve se mêlent étroitement — sans seuil de l'un à l'autre. Soudain, au terme d'une perspective ouverte à Orthez, se devine la Guadeloupe : Voici le châle guadeloupéen de ma grand-mère ; se devine Terre-Neuve qu'on appelait le Banc ; se devine l'Isle de France de Bernardin de Saint-Pierre : C'est aujourd'hui la fête de Virginie. L'évocation est parfois douloureuse :
(…) L'esclavage …
Ce mot fait penser à de lointains parages,
aux colons de Saint-Domingue, à de la mélasse,
à des chairs noires et à du sang et à des faces
en dents blanches où rit la douleur. (…)

Jacques Borel note dans sa préface que l'univers de Francis Jammes est “ comme sans couture entre le dedans et le dehors ”, entre “ le passé le plus amorti ” et le “ présent le plus vivace ”. Entre hier et aujourd'hui, le petit canton de Francis Jammes est à la mesure du monde.
EXTRAIT Aujourd'hui, le long de la nuit …

Aujourd'hui, le long de la nuit transparente
des sentiers froids, sous la chaleur terrible,
j'ai bien senti qu'en une autre existence
j'ai vécu dans les Petites Antilles.

(…)

Que ne puis-je partir ? Vous m'attendez,
je le sais, rouges fleurs qui éclatent …
Je crois entendre. Mais est-ce que j'ai rêvé ?
Voici des enfants qui prennent des crabes ? …

Ces crabes sont bleus ? L'océan. Un point.
C'est un aviso annoncé. Le Saint-
Jérôme. Il vient du Hâvre … Oh ! Comme il est loin !
Son hunier ? … L'enfant, donnez-lui la main.

Vous attendez quelqu'un ?— Oui … Delonelle.
C'est le neveu de Madame Physica …
L'Océan bruit comme un harmonica
et se déchire comme un flot de dentelles.

pp. 122-123
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir, 1888-1897 », Paris : Mercure de France, 1898

mise-à-jour : 20 mars 2020
Francis Jammes : De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX