Jacques Arago

Promenade autour du monde pendant les années 1817, 1818, 1819 et 1820, sur les corvettes L'Uranie et La Physicienne, commandées par M. Freycinet

Leblanc

Paris, 1822
bibliothèque insulaire

      

errances
Promenade autour du monde pendant les années 1817, 1818, 1819 et 1820 sur les corvettes L'Uranie et La Physicienne, commandées par M. Freycinet / J. Arago, dessinateur de l'expédition. - Paris : Leblanc, 1822. - 2 vol. (XXX-452, 506 p. ; 21 cm) et un atlas (25 pl., 1 carte ; 32 cm)

Moins connu aujourd'hui que son frère François (savant et politicien), Jacques Arago (1790-1855) a participé comme dessinateur à la circumnavigation conduite par Louis de Freycinet qui, insoucieux du règlement, avait entraîné dans l'aventure sa femme, Rose.

La Promenade autour du monde se compose de lettres où l'auteur consigne les événements, observations ou anecdotes relevés au fil du périple. En escale à l'île Maurice, Arago s'intéresse aux écrivains locaux ; aux îles Hawaii il relève les motifs de tatouage. L'Uranie poursuit sa course, passe aux Tonga puis en Australie ; sur le chemin du retour, après avoir doublé le Cap Horn, le navire fait naufrage aux Malouines où la tempérance et la philosophie de l'auteur sont rudement mises à l'épreuve. La Promenade connut un succès immédiat et fut plusieurs fois rééditée. Mais l'auteur perd la vue en 1837, alors que le souvenir de ce voyage hors du commun ne cesse de le hanter. Deux ans plus tard, il en propose une nouvelle version : « Souvenirs d'un aveugle : voyage autour du monde ». Puis il quitte Paris en 1849, et s'embarque au Chili pour un nouveau périple vers les Marquises, la Nouvelle-Calédonie, Tahiti …

De retour à Paris, Arago publie par jeu un « Voyage autour du monde sans la lettre A » et, un an plus tard, « Deux océans » un récit fascinant par son style, par la vivacité de ses analyses surtout, et par l'acuité du regard de celui que la reine Pomaré appelait affectueusement Matapo — « nuit dans les yeux ».

EXTRAIT
LETTRE CLV
(De la Baie des Français 1, îles Malouines)

[…]

Vive la philosophie, mon cher Battle ! mais vive surtout cette philosophie austère qui enseigne à se passer des choses les plus nécessaires à la vie ! Je sais qu'avec de la poudre, de l'industrie et Robinson Crusoe, on meurt rarement de faim, même dans un désert ; mais dès que le soleil, en se levant le matin de notre naufrage, nous montra les montagnes pelées et pierreuses qui dominent le pays, et que nos yeux affligés purent distinguer les plaines arides et les dunes de sable qui nous environnaient, nous sentîmes le besoin d'appeler à notre secours cette philosophie dont je parlais tout à l'heure, et que bon-gré mal-gré, il faut que nous mettions en pratique. Si, au bout de ces peines, on voyait un avenir plus riant, on se consolerait d'avance de les éprouver ; mais quel avenir avons-nous aujourd'hui ! La mort sur une terre lointaine … Dis-moi, je te prie, quelle est la philosophie qui enseigne à considérer cette perspective avec tranquillité.

J'ai vu des hommes qui affrontaient les plus grands dangers avec le courage le plus merveilleux, et qui, de retour de leurs entreprises, étaient effrayés de leur hardiesse et de leurs succès. Telle est aujourd'hui notre position. Hier, quand le navire coulait sous nos pieds, nous entonnions des chants d'allégresse ; maintenant nous nous présageons des malheurs ! … Des malheurs ! … Non, je n'y crois plus ; des contrariétés, oui. Les éléphans de mer ne sont pas bons, mais enfin ils se mangent, et tout bien considéré, sautons de joie puisque celui que nous avons tué nous promet des vivres pour une douzaine de jours.

Vol. II, pp. 406-407  extrait partiellement cité par John Dunmore, « Les explorateurs français dans le Pacifique » (tome 2 : XIXe siècle), Les Éd. du Pacifique, Papeete, 1983 (p. 99).
       
1.Le naufrage a eu lieu sur un écueil non cartographié, à l'entrée de la baie — aujourd'hui Uranie Bay au nord-est d'East Falkland.
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Jacques Arago, « Souvenirs d'un aveugle : voyage autour du monde », Paris : Hortet & Ozanne, 1839
  • Jacques Arago, « Voyage autour du monde sans la lettre A », Paris : Librairie Nouvelle, 1853 ; Paris : Les Autodidactes, 1994
  • Jacques Arago, « Deux océans », Paris : Librairie Théâtrale, 1854

mise-à-jour : 9 novembre 2018

Jacques Arago
(gravure Alexandre Sixdeniers)
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX