Francis Marcoin (éd.)

Encore Robinson

Université d'Artois — Les Cahiers Robinson, 41

Arras, 2017

bibliothèque insulaire

   
îles désertes
parutions 2017
Encore Robinson / éd. par Francis Marcoin [avec la coopération du Musée national de l'éducation à Rouen]. - Arras : Université d'Artois - Centre Robinson, 2017. - 240 p. : ill. ; 24 cm. - (Les Cahiers Robinson, 41).
ISBN 978-2-84832-250-6
NOTE DE L'ÉDITEUR : Les Cahiers Robinson ont été créés en 1997. A l'occasion de cet anniversaire, ils rendent hommage au personnage qui leur a prêté son nom. Après un rappel historique sur les origines de la robinsonnade française et sur certaines approches éducatives comme celle de Germaine Tortel, ce sont les développements récents du mythe, dans la littérature et au cinéma, qui sont principalement envisagés.

La figure de Robinson, — quelquefois même son nom seulement —, continue de hanter la conscience occidentale tout en colonisant le reste du monde. Elle illustre aussi le croisement des publics jeunes et adultes que la critique anglo-saxonne range sous le terme de crossover. Robinson devient transculturel, transgénérique et transmédiatique. Mais cette universalité s'accompagne de significations de plus en plus divergentes. D'un côté, la futilité de l'invocation à Robinson dans des jeux qui s'évertuent à dissiper l'angoisse de la réelle solitude ; de l'autre, la morosité des apprentis Robinson, qui connaissent Defoe mais ne l'ont pas bien lu et qui sont incapables aujourd'hui de se hisser à la hauteur de leur modèle.

On conclura donc cette revue avec des formes d'insularité trouvées dans le psychisme intérieur plus que dans les territoires exotiques.
ENCORE ROBINSON : En 1934 […] le philosophe et pédagogue Alain ne croyait plus au rêve de Robinson : « Il y a longtemps que les robinsonnades, comme on les appelle, sont un objet de moquerie. L'île déserte et les naufragé, pour lesquels l'argent n'est rien, cela est trop loin de nos chèques et de nos comptes en banque » 1. Pourtant, non seulement le nom de Robinson est universellement connu, mais il continue d'exercer un effet créateur dans les domaines les plus éloignés de la littérature. Quelque soit le contexte, il reste associé à la question de la solitude, sorte d'invariant qui n'est pas sans recouvrir une part de falsification, quand les jeux de télé-réalité proposent des Robinsons sous haute surveillance ou quand le site Tripadvisor présente le séjour au « Vahine Private Island Resort » comme une « robinsonnade de luxe ».

[…]

Si l'on adopte une position « puriste », une robinsonnade dont les limites sont tracées d'avance n'est plus vraiment une robinsonnade. Bien plus, elle ne devrait pas être racontée à la troisième personne puisque personne n'est là pour observer Robinson. Robinson ne peut que se raconter lui-même, soit après son retour, soit dans un journal retrouvé après sa mort. Ou alors un tiers, après coup, tente de reconstituer la trame d'événements auxquels personne n'a assisté. […] La façon dont se négocie la question de la solitude est donc liée à la possibilité de raconter, qui est au cœur même de l'interrogation sur le récit et sa vraisemblance.

[…]

Introduction, p. 7

1.Alain (Emile Chartier), « Propos d'économique », Paris : Gallimard, 1934
SOMMAIRE Encore Robinson
  • Danielle Dubois-Marcoin, Robinson, le roman de la mauvaise conscience
  • Isabelle Nières-Chevrel, À la naissance des « robinsonnades » françaises. Petite bibliographie commentée de La Vie et les Aventures surprenantes de Robinson Crusoé […] au Robinson de douze ans
  • Isabelle Arnoux et Christine Chaumartin, Avatars de la robinsonnade. Retour sur l’exposition « Robinson & Cie : de Daniel Defoe à Lost » au Musée national de l’Éducation (Munaé)
  • Édith Perry, The call of the wild
  • Isabelle-Rachel Casta, « Vivre ensemble, mourir seul » Les Robinsons tragiques du vol 815 (Lost)
  • Roland Carrée, Cinéma année zéro : Seul au monde de Robert Zemeckis
  • Virginie Douglas, Nation de Terry Pratchett, le testament littéraire en forme de robinsonnade du roi de la fantasy anglaise
  • Christine Guérinet, Les robinsonnades urbaines, reflets de nos comportements
  • Anne-Marie Petitjean, Des robinsonnades inversées : Anne Hébert versus Michel Tournier
  • Kathy Similowski, Robinsons en fin d’école primaire : de la réécriture à l’invention
  • Philippe Blondeau, Robinsons d’eau douce
  • Julie Saint-Hillier, De l’île du Désespoir à l’île de La Redousse, réécriture bosquienne de la robinsonnade
  • Fabrice Thumerel, Le dossier Robinson d’Olivier Cadiot
ENFANCES AU CINÉMA
  • Patrick Louguet, Le voyage vagabond au cœur de l’œuvre cinématographique de Jacques Rozier (Les Naufragés de l’île de la tortue, Maine Océan  et Adieu Philippine)
Les Cahiers Robinson ont vingt ans
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Daniel Defoe, « Vie et aventures de Robinson Crusoé » traduit de l'anglais par Pétrus Borel, précédé de Les compagnons de Robinson, par Michel Butor, Paris : P.O.L (La Collection), 1993

mise-à-jour : 10 octobre 2017
Les cahiers Robinson, 41 : Encore Robinson
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX