[anonyme]

Les Vêpres siciliennes : le complot de Jean de Procida

Anacharsis - Famagouste

Toulouse, 2012
bibliothèque insulaire
   
Méditerranée

parutions 2012

Les Vêpres siciliennes : le complot de Jean de Procida / traduit du sicilien et présenté par Jacqueline Malherbe-Galy et Jean-Luc Nardone. - Toulouse : Anacharsis, 2012. - 87 p. : carte, facsim. ; 20 cm. - (Famagouste).
ISBN 978-2-914777-92-6
A la fin du XIIIe siècle, Charles d'Anjou — frère du roi de France, saint Louis — règne sur la Sicile et sur le sud de la péninsule italienne et a des visées sur l'empire byzantin. Mais son pouvoir est violemment contesté en Sicile où ses troupes multiplient les exactions.

C'est dans ce contexte que Jean de Procida noue un audacieux complot visant à mettre un terme à la présence française dans l'île. Pour y parvenir, il se rapproche successivement de l'empereur Michel Paléologue à Constantinople, du pape Nicolas III et du roi Pierre III d'Aragon. Le texte relate avec une rigoureuse précision les longs et subtils préparatifs puis le brutal déroulement du coup de force qui aboutit au printemps 1282 à la déroute française. L'épisode, connu sous le nom de Vêpres siciliennes, marque durablement l'histoire insulaire.

La chronique achevée, après que l'auteur anonyme ait inscrit « FINIS », un bref épilogue infléchit sensiblement la portée du récit. Jean de Procida avait en effet de très sérieux griefs personnels envers Charles d'Anjou et son pouvoir. S'en suit une conclusion en forme de conseil aux « seigneurs qui dirigent royaumes, cités, terres et châteaux » : « ne pas humilier ni offenser leurs vassaux et leurs serviteurs [et] toujours rendre pleine justice ».

Jean de Procida et les Vêpres siciliennes ont laissé une trace durable dans l'histoire, dans la littérature (Dante, Pétrarque, Boccace, …), dans la musique (Verdi).
INCIPIT
Voici le récit de la rébellion de la Sicile qu'ourdit et fit mettre en œuvre Jean de Procida contre le roi Charles.

En l'an 1279 après l'Incarnation de notre Seigneur Jésus Christ le roi Charles avait décidé une grande guerre contre Michel Paléologue, empereur de Romanie. Et pour cette guerre ledit roit Charles fit construire nombre de grands vaisseaux et de galées pour se rendre à Constantinople avec toutes ses forces armées. C'est pourquoi il avait invité les hommes valeureux de France et de Provence et d'Italie à l'accompagner nombreux dans cette expédition, afin de pouvoir vaincre Michel Paléologue et tout son empire de Romanie. Alors qu'il se trouvait en Sicile, messire Jean de Procida réfléchit à la manière dont il pourrait empêcher l'attaque que le roi Charles avait projetée contre monseigneur Paléologue, à savoir comment il pourrait abattre la royauté angevine, faire mourir le roi, pousser la Sicile à se révolter contre lui et à tuer tous ses soldats. Aussi pensa-t-il aller en Romanie auprès de Michel Paléologue pour être à son côté et mettre en échec les intentions du roi Charles.

pp. 37-38
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
(établi sur la base des indications fournies dans l'ouvrage)
  • Dante Alighieri, « Paradis » in Œuvres complètes, trad. nouv. sous la dir. de Christian Bec, Paris : Librairie générale française (Le Livre de poche), 1996
  • Michele Amari, « Un periodo delle istorie siciliane del secolo tredicesimo », Palermo : Poligrafia Empedocle, 1842
  • Giovanni Boccaccio, « Le Décaméron », Paris : Bordas (Classiques Garnier), 1988
  • Jean-Alexandre Buchon (éd.), « Chroniques étrangères relatives aux expéditions françaises pendant le XIIIe siècle », Paris : A. Desrez, 1840
  • Pasquale Castorina (ed.), « Il Vespro siciliano : cronaca siciliana anonima, intitolata : Lu Rebellamentu di Sichilia », Catania : Giacomo Pastore, 1882
  • Filadelfo Mugnos, « I raguagli historici del Vespro Siciliano (…) Nei quali si mostrano i felici reggimenti c'han fatto i sereniss. e catolici regi Aragonesi, ed Austriaci nel lor regno fideliss. di Sicilia, e 'l mal gouerno di Carlo d'Angiò re primo di Napoli (…) », Palermo : Pietro Coppola, 1645
  • Francesco Petrarca, « Itinéraire de Gênes à la Terre Sainte, 1358 », Grenoble : Jérôme Millon (Orbita), 2002
  • Steven Runciman, « Les Vêpres siciliennes : une histoire du monde méditerranéen à la fin du XIIIe siècle », Paris : Les Belles lettres, 2008
  • Eugène Scribe, « Les Vêpres siciliennes » musique de Giuseppe Verdi, Paris : Michel Lévy, 1855
  • Enrico Sicardi (ed.), « Due cronache del Vespro in volgare siciliano del secolo XIII », Bologna : R. Zanichelli, 1917

mise-à-jour : 12 juin 2013
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX