Meša Selimović

L'île

Phébus - Littérature étrangère

Paris, 2013
bibliothèque insulaire
   
Méditerranée
bestiaire insulaire

parutions 2013

L'île / Meša Selimović ; traduit du serbo-croate (Serbie) par Alain Cappon. - Paris : Phébus, 2013. - 206 p. ; 21 cm. - (Littérature étrangère).
ISBN 978-2-7529-0587-1
Ici, à deux pas de la mer, étincelante l'été, grise et morne l'hiver,
ils vivent tous les deux, depuis des années, une succession d'années par trop longue,
ils auraient pu oublier tous les événements survenus, car ils datent de loin,
mais ils n'ont pas oublié, voués qu'ils sont au souvenir.


Exil, p. 7

Recueil de nouvelles pour certains, roman pour son auteur : dans L'île se suivent de brefs récits où un homme et une femme qui ont atteint l'âge de la retraite tentent de vivre dans la précarité et l'angoisse d'un monde rude. La chronologie n'ordonne pas l'enchaînement des récits, mais la discontinuité dans le cours des événements fait émerger avec une force accrue d'autres facteurs de cohésion. Des pans de vie s'éclairent, des espoirs ou des peurs se font écho ; Ivan et Katarina s'interrogent sur les enjeux qui donnent sens à la vie, et souvent déchantent face aux réponses qui tombent comme autant de sentences, dérisoires ou sinistres.

Une jeune femme prend son bain dans une crique discrète ; une troupe de chevaux sauvages court librement sur les hauteurs de l'île ; des dauphins jouent dans l'eau calme d'une anse. Mais au premier regard extasié succède une chute, triviale parfois ou lourdement douloureuse : la jeune femme attend un amant venu du continent ; les chevaux sont promis à l'abattage ; la danse magnifique des dauphins n'est pas une parade nuptiale mais une manœuvre de chasse — le jeu de la vie et de la mort.

Cette toile sombre s'éclaire pourtant d'éclats qui contiennent le risque du désespoir. Si la mort rôde sans répit, la vie parvient avec non moins de constance à se frayer des voies nouvelles. À chaque danger esquivé peut faire suite un jour ordinaire.
EXTRAIT    Il se tient dans l'eau stagnante.
   Et songe, nonchalamment : la mer, chemin sans obstacles, route sans frontières, mère de la latitude, père du libre vagabondage.
Prendre la mer et partir dans l'inconnu. Un jour.
Abandonner cette falaise de pierre brûlante sur laquelle même le lézard expire,
et cette herbe solide, grillée, sans suc, autour
de laquelle seules les couleuvres s'enroulent,
et cette vilaine masure où la joie se meurt,
et ce coin mort où il n'est nulle noblesse,
ni amour, ni même désir.
Je ne me transformerai pas en pierre cendrée.
   Il s'est avancé dans un haut-fond, et s'arrête saisi par la mer jusqu'aux chevilles.
   Un jour je partirai.
Où ?
N'importe où.
Quand ?
Jamais.
   Dès que le diable de l'exactitude en vient à murmurer des questions bien précises, l'imagination cesse. Demeure la tristesse.
   Demeure la vie autour de nous.
   Le mauvais temps se préparait quelque part dans les lointains, dans les hauteurs, dans les profondeurs, quel dommage s'il évitait l'île, qu'au moins la chaleur étouffante baisse, qu'au moins il se passe quelque chose !

Exaltation, pp. 18-19
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Ostrvo », Beograd : Prosveta, 1974

mise-à-jour : 13 décembre 2013
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX