Jacques Tronchon

L'insurrection malgache de 1947 : essai d'interprétation historique

Éd. AmbozontanyKarthala

Fianarantsoa, Paris, 1986

bibliothèque insulaire

      

édité dans l'océan Indien
Madagascar
L'insurrection malgache de 1947 : essai d'interprétation historique / Jacques Tronchon. - Fianarantsoa (Madagascar: Ambozontany, Paris : Karthala, 1986. - 399 p.-[16] p. de pl. : ill. ; 22 cm. - (Gens du Sud).
ISBN 2-86537-156-5

Jacques Tronchon 1 a, le premier, levé le voile sur les causes, le déroulement et les conséquences de l'insurrection de 1947 à Madagascar. Longtemps qualifiée de « pacification », la répression qui s'en suivit fit 89 000 victimes malgaches, chiffre à mettre en parallèle avec les 1 900 victimes malgaches et 550 victimes européennes des insurgés. La France n'avait pas ménagé ses efforts pour contrer cette offensive, véritable prototype des guerres de libération coloniale en Afrique : le corps expéditionnaire mobilisé pour l'occasion comptera jusqu'à 30 000 hommes.

L'exceptionel intérêt de cette « synthèse éclairante, restée jusqu'ici incontournable » 2 tient pour beaucoup à la personnalité de l'auteur et à la qualité du regard qu'il porte sur Madagascar et son histoire, ce qui ne doit pas occulter un rigoureux travail de collecte, d'exploitation et de mise en perspective d'un impressionnant ensemble d'archives privées (les archives militaires et celles de l'Outre-mer étant à l'époque strictement inaccessibles).

1.« Un franciscain rayonnant qui a fondé, dans le grand ouest vierge, un Eldorado où les sans-abri retrouvent la terre […] », « Voyage à Madagascar » par Samuel Pruvot, Ecclesia, 13, 27 juin 2003.
2.« Le soulèvement de 1947 : bref état des lieux », par Françoise Raison-Jourde, Clio, 4, printemps 1998
NOTE DE L'ÉDITEUR : Comme en Indochine et dans les pays colonisés d’Afrique, la fin de la Deuxième Guerre mondiale ouvre à Madagascar une époque nouvelle : celle de la revendication pour l’indépendance nationale. Malgré certaines ouvertures du pouvoir à Paris (élargissement du suffrage électoral, droit à une représentation politique, suppression de l’indigénat et des réquisitions …), le malentendu surgit très vite entre les aspirations nationalistes et la métropole, soucieuse avant tout de maintenir le statu quo.

À Madagascar, une succession de conflits va progressivement amener le pays à l’insurrection : celle-ci éclate dans la nuit du 29 au 30 mars 1947. Les insurgés s’attaquent aux garnisons militaires et aux postes de gendarmerie, ils coupent les voies ferrées et les routes et tuent plusieurs Européens. Jusqu’en juillet 1947, l’insurrection ne cessera de s’étendre dans les campagnes pour gagner une partie importante de l’île.

Alerté, le gouvernement français présidé par le socialiste Ramadier minimise d’abord « les événements ». Mais devant leur ampleur, un coupable est vite désigné : le Mouvement démocratique de la rénovation malgache qui a opté pour l’indépendance … dans le cadre de l’Union française. Malgré l’immunité dont ils devraient jouir, les parlementaires malgaches sont arrêtés dès avril 1947 : deux députés sont condamnés à mort. La répression policière ne suffira pas à détruire le MDRM, ni surtout à briser le mouvement paysan. La reconquête militaire, lancée par les ministres des Colonies Marius Moutet (SFIO) puis Paul Coste-Floret (MRP), s’achèvera plus d’un an après, laissant derrière elle, selon la moyenne des estimations, au moins 100 000 morts.

Compte-rendu par Francis Koerner, Revue française d'histoire d'outre-mer, vol. 63, 230, pp. 163-164
Compte-rendu par Lucile Rabearimanana, Revue française d'histoire d'outre-mer, 1988, vol. 75, 280, pp. 380-382
Jean-François Zorn, « L'insurrection malgache de 1947 : implications et interprétations protestantes », Histoires et missions chrétiennes, 2010, 2/14, pp. 13-34

ADRIEN LE BIHAN : L'ambassade [de France à Madagascar] me téléphone :
— Nous voudrions que le président de la République, dont nous préparons la visite à Madagascar, trouve quelques ouvrages sur sa table de nuit. Que nous conseillez-vous ?

[…]

Je proposai qu'on déposât sur la table de nuit présidentielle le livre de Jacques Tronchon sur l'insurrection malgache de 1947, dont le témoignage est accablant pour les responsables français de l'époque.

« Retour de Lémurie », Paris : François Bourin, 1993 (p. 67)

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « L'insurrection malgache de 1947 : essai d'interprétation historique », Paris : Maspero (Textes à l'appui, Histoire contemporaine), 1974
  • « Madagascar : église et non-violence », Antananarivo : Centre de recherche, d'étude et de documentation, 1994 ; Antsiranana : Institut supérieur de théologie et de philosophie, 1995
  • « Il y a cent ans … l'occupation française de Madagascar : contexte, mythe, réalité », Antsiranana : Institut supérieur de théologie et de philosophie, 1997

mise-à-jour : 3 avril 2017
Jacques Tronchon : L'insurrection malgache de 1947
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX