Suzanne Sylvain

Le créole haïtien : morphologie et syntaxe (1936)

Slatkine - Slatkine reprints

Genève
, 2012

bibliothèque insulaire

   
Haïti
bannzil kréyòl
parutions 2012
Le créole haïtien : morphologie et syntaxe / Suzanne Sylvain. - Genève : Slatkine, 2012. - 180 p. ; 22 cm.- (Slatkine reprints).
ISBN 978-2-05-102467-9
Née en 1898 à Port-au-Prince, Suzanne Sylvain s'est très tôt appliquée à mettre en lumière les sources africaines de la culture haïtienne ; l'étude qu'elle a consacré au créole haïtien constitue une avancée majeure dans la connaissance d'une langue qu'on s'accordait alors à tenir pour une variante dégénérée du français hérité du temps de la colonie. Cette avancée est d'autant plus remarquable qu'elle est à porter au crédit d'une femme — que les usages qui prévalaient alors dans la bourgeoisie auraient du tenir à l'écart de travaux académiques.

Jusqu'à sa mort accidentelle en 1975, Suzanne Sylvain n'a cessé d'approfondir ses recherches sur la langue et les cultures populaires en soulignant les liens profonds et toujours actifs entre son île natale et le continent africain où elle a longuement séjourné. Elle laisse une œuvre considérable qui, aujourd'hui encore, enrichit la connaissance et stimule la réflexion.
LAËNNEC HURBON : (...)
Alors qu'en 1936 le créole était tenu pour simple dérivé, abâtardi, de la langue française, S. Comhaire-Sylvain travaillait, elle, à montrer l'importance de l'apport africain dans la constitution du créole haïtien. Les conséquences d'une telle recherche, menée avec rigueur, sont immenses : l'offensive actuelle de l'impérialisme français caché derrière la « francophonie », revient curieusement en Haïti avec le thème d'une langue créole « sœur siamoise de la langue française », pour légitimer l'exclusion et le rejet du créole, comme s'il n'était pas une donnée importante, sinon l'une des bases mêmes, de la culture populaire. Le travail scientifique de S. Comhaire-Sylvain s'inscrit en faux contre la propagande francophonique encore dominante en Haïti et qui, à terme, signifie l'assimilation du peuple haïtien à la culture française.
(…)

Suzanne Comhaire-Sylvain (†1975), Journal de la Société des Africanistes, 1975, tome 45, fascicule 1-2, pp. 200-201.
EXTRAITS
   Les dialectes africains se sont très peu perpétués en Haïti parce que les colons, maintenus en éveil par les révoltes fréquentes, avaient soin de choisir des esclaves appartenant à des tribus différentes. Cependant, des groupements se sont reformés dans plusieurs cas. M. de la Roncière cite l'exemple du Père Boutin qui haranguait les nègres dans leur langue (Charles de la Roncière, Nègres et Négriers, Paris, 1933, p. 118) et jusqu'à nos jours, certaines chansons vaudouesques se sont conservées tellement pures que l'une d'entre elles, considérée comme un assemblage informe de syllabes, a pu être comprise au Dahomey par les membres d'une société secrète.
   L'apport africain dans le vocabulaire créole est généralement considéré comme à peu près nul. Cependant, j'ai personnellement relevé environ 170 mots d'origine africaine indéniable et je pense que ce nombre pourrait être augmenté de beaucoup. Dans cette étude j'essaie de démêler l'influence africaine sur la syntaxe et la morphologie du créole.

Introduction, p. 10
   En somme la principale différence du créole d'avec [un grand nombre de langues africaines] réside dans son système de numération. Nous sommes en présence d'un français coulé dans le moule de la syntaxe africaine ou, comme on classe généralement les langues d'après leur parenté syntaxique, d'une langue éwé à vocabulaire français.

Conclusion, p. 178
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Le créole haïtien : morphologie et syntaxe », Port-au-Prince [Wetteren (Belgique) : Imprimerie de Messter], 1936
  • « Les contes haïtiens » 2 vol., Port-au-Prince [Wetteren (Belgique) : Imprimerie de Messter], 1937
  • « A propos du vocabulaire des croyances paysannes », Port-au-Prince : Caravelle, 1938
  • « Contes du pays d’Haïti », Port-au-Prince : Caravelle, 1938
  • « Le roman de Bouqui », Port-au-Prince : Caravelle, 1940 ; Montréal : Leméac (Francophonie vivante), 1973
  • « Qui mange avec une femme : contes zaïrois et haïtiens » recueillis et traduits par Suzanne Comhaire-Sylvain, Bandundu (Zaïre) : Centre d'études ethnologiques (CEEBA publications, Série 2, Mémoires et monographies, 6), 1973
  • « Jetons nos couteaux ! contes des garçonnets de Kinshasa et quelques parallèles haïtiens » recueillis et traduits par Suzanne Comhaire-Sylvain, Bandundu (Zaïre) : Centre d'études ethnologiques (CEEBA publications, Série 2, Mémoires et monographies, 15), 1974
  • « Les montagnards de la région de Kenscoff, République d'Haïti : une société kongo au-delà des mers », Bandundu (Zaïre) : Centre d'études ethnologiques (CEEBA publications, Série 2, 91), 1984
  • Alfred Métraux, « L'homme et la terre dans la vallée de Marbial (Haïti) » rapport établi avec la collaboration de M. E. Berrouet, du Dr Jean Comhaire et de Mme Suzanne Comhaire-Sylvain, Paris : Unesco (Documents spéciaux d'éducation, 10), 1951
  • Robert A. Hall, « Haitian Creole : grammar, texts, vocabulary » with the collaboration of Suzanne Comhaire-Sylvain, H. Ormonde McConnell and Alfred Métraux, Philadelphia : American folklore society (Memoirs of the American folklore society, 43), 1953
Sur le site « île en île » : dossier Suzanne Comhaire-Sylvain
Sur le site « Potomitan » : bibliographie de Suzanne Comhaire-Sylvain

mise-à-jour : 2 octobre 2012

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX