Jean-Louis Saquet

Koke : Petite encyclopédie involontaire de Paul Gauguin en Océanie

Éd. Le Motu

Papeete, 2002

bibliothèque insulaire
 
peintres des îles
Gauguin
édité à Tahiti
parutions 2002
5ème édition du Prix du Livre Insulaire (Ouessant 2003)
ouvrage sélectionné
Koke, Petite encyclopédie involontaire de Paul Gauguin en Océanie / Jean-Louis Saquet. - Papeete : Éd. Le Motu, 2002. - 128 p. : ill. ; 27 cm.
ISBN 2-9503971-9-6

Dans son introduction au catalogue de l'exposition organisée à Martigny en 1998, Ronald Pickvance constate que les amateurs occidentaux ne disposent pas, ou peu, de documents leur permettant de situer la peinture polynésienne de Gauguin dans son environnement géographique. Deux question sont sous-jacentes ; la première porte sur d'éventuels « lien entre les paysages peints par Gauguin et des lieux ou régions concrètement identifiables » ; la seconde « concerne l'emploi de la couleur par Gauguin dans ses toiles tahitiennes. Ses choix étaient-ils motivés par sa réponse à la lumière, à l'atmosphère, aux couleurs tahitiennes ? » 1.

Le livre de Jean-Louis Saquet répond indirectement, et partiellement, à ces interrogations ; son objectif affiché est en effet de « proposer une mise en scène de l'œuvre océanienne de Gauguin dans son temps ». L'auteur connait bien Tahiti — où il vit depuis une trentaine d'années — et les îles de la Polynésie française ; et, s'il ne prétend pas s'adresser spécifiquement aux spécialistes et historiens de l'art, il fournit une information précieuse et rare pour ceux qui ne sont pas familiarisés avec le monde océanien, qu'il s'agisse du milieu naturel (géographie, flore et faune), ou de la société (emprise du colonialisme français, culture et traditions polynésiennes à Tahiti et Hiva Oa à la fin du XIXe siècle).

Plusieurs centaines d'illustrations (reproductions, photographies, documents d'époque) soutiennent le propos de l'auteur ; la confrontation entre les unes et les autres souligne la sensibilité du peintre à la lumière locale, et l'acuité du regard qu'il portait sur la vie quotidienne des populations aux côtés desquelles il a passé les dernières années de sa vie.

1.« Gauguin », Martigny : Fondation Pierre Gianada, 1998 (p. 16).

NOTE DE L'ÉDITEUR : Visite guidée d'une Polynésie au tournant des siècles, cette « petite encyclopédie » propose, en courts articles, une mise en scène de l'œuvre polynésienne de Gauguin dans son temps. Au rythme des longues navigations à la voile, la colonie française sommeille, éparpillée sur des dizaines d'îles. La syphilis fait des ravages et les missionnaires partent en croisade contre l'alcoolisme qui ronge le pays.

Gauguin peint les hommes, les femmes, les arbres, la terre rouge et l'écume des vagues. Des formes mystérieuses encore pour beaucoup, des objets et des fruits, des choses inexpliquées que ce livre raconte. Jusqu'aux derniers chevaux au galop sur le sable et le blanc cimetière qui attend sa venue, chaque détail sorti du fond de ses tableaux représente la vie et la culture d'une Polynésie observée par Gauguin.

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Le Tahiti de Gauguin, 1891-1903 », Papeete : Polymages, 2015

mise-à-jour : 15 décembre 2017

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX