Michèle Polak et Alain Dugrand

Trésor des livres de mer, de Christophe Colomb à Marin-Marie

Hoëbeke

Paris, 2011
bibliothèque insulaire
   
errances

parutions 2011

Trésor des livres de mer, de Christophe Colomb à Marin-Marie / Michèle Polak et Alain Dugrand. - Paris : Hoëbeke, 2011. - 279 p. : ill. ; 32 cm.
ISBN 978-2-84230-421-8
Libraire par goût autant que par tradition familiale, Jean Polak, le père de Michèle, est l'auteur d'une Bibliographie maritime française (1976) qui compte plus de 6 600 références et fait, à juste titre, autorité bien au-delà des frontières nationales. Après avoir apporté une contribution décisive à un Supplément (1983) au travail de son père, Michèle Polak a pris la relève d'une librairie qui ne cesse d'attirer bibliophiles et amateurs de littérature maritime. Dans l'introduction au Trésor des livres de mer, Alain Dugrand donne la juste mesure de cette passion exercée avec rigueur, discernement et enthousiasme.

Fondé sur cette riche expérience, Trésor des livres de mer est un florilège réunissant près d'une centaine d'ouvrages maritimes exceptionnels, édités entre 1494 — Christophe Colomb — et 1957 — Marin-Marie ; on y trouve des récits de navigateurs, de géographes ou de naturalistes, des compilations — Ramusio (1563-1583) ou Hawkesworth (1773) par exemple —, des traités d'architecture navale ou d'hydrographie. L'ensemble est présenté en suivant la chronologie des parutions et non celle des voyages (la relation de tour du monde de Magellan par Pigafetta est évoquée en 1801, date de la première édition française complète).

Chaque ouvrage fait l'objet d'une notice descriptive qui le situe dans l'histoire et en relève les principales caractéristiques ; illustrations et extraits du texte donnent à voir et à entendre la teneur de la rencontre — stupeur, interrogation, fascination, mise à distance, … Le déroulement chronologique met en lumière l'évolution du regard porté sur les « découvertes » et rencontres ultramarines. Au fil du temps, les expéditions se multiplient, l'inconnu se fait plus rare, les contacts se recoupent et s'enrichissent ; mais à l'évidence un écart persiste entre ce qui s'est offert aux regards et ce qui est dit ou montré (texte, illustrations) — signe d'une altérité irréductible 1.

De Christophe Colomb abordant les isles de la mer des Indes à la fin du XVe siècle au commandant Charcot navigant dans l'Antarctique à l'aube du XXe siècle, les îles occupent ici une place de premier plan. Le choc du divers y est souvent ressenti avec une intensité qui avive le regard et stimule la réflexion : il arrive que l'approche d'un de ces microcosmes demeurés à l'écart des grands courants d'échange soit l'occasion d'une rêverie ou d'une méditation sur l'art de vivre en société dans le cas des îles habitées, ou sur les interactions entre l'homme et la nature dans le cas des îles désertes.
1.De nombreux récits, et les illustrations qui les accompagnent, ont subi avant publication un travail de mise en forme qui, délibérément ou non, accentue ou, au contraire, tente d'atténuer cet effet d'altérité.
EXTRAIT (Îles Malouines) Si la nature a refusé à cette contrée les végétaux propres à la nourriture de l'espèce humaine, elle l'a du moins dotée avec sorte de luxe en graminées, qui offrent aux animaux du pâturage abondant. Aussi, colons heureux de cette terre déserte, les chevaux, les bœufs, les cochons et les lapins, déjà répandus en tribus nombreuses, multiplient d'une manière rapide au milieu de cette multitude d'oiseaux de différentes espèces qui couvrent, pour ainsi dire, la surface du sol ; de ces légions d'oies, de canards, d'huîtriers, de cormorans, d'hirondelles, de bécassines, de vanneaux, qui prennent leurs ébats sur le gazon des prairies, dans les étangs ou sur les bords rocailleux d'une multitude de criques ; de ces peuplades innombrables de manchots qui, tous les soirs, du fond des habitations souterraines qu'ils se creusent sur les îlots ou sur les grèves des anses abritées, font retentir de leurs cris, parfaitement semblables au braiment des ânes, les rives solitaires et les eaux silencieuses de la vaste baie française. Il est triste de penser que la vie de tous ces animaux s'écoulerait paisible et sans trouble, si l'homme, armé contre tout ce qui respire, ne marquait de temps en temps son passage par des incursions sanglantes.

Louis Isidore Duperrey, Voyage autour du monde exécuté par ordre du roi sur la corvette de Sa Majesté la Coquille pendant les années 1822, 1823, 1824 et 1825, Paris : Arthus Bertrand, 1826-1830 — extrait cité p. 175
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Jean Polak, « Bibliographie maritime française, depuis les temps les plus reculés jusqu'à 1914 », Grenoble : Éditions des 4 Seigneurs, 1976
  • Jean et Michèle Polak, « Bibliographie maritime française, depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1914 : Supplément », Grenoble : Jean-Pierre Debbane, 1983

mise-à-jour : 23 décembre 2011
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX