Joël Paul

Coup de soleil sur le caillou

L'Harmattan - Lettres du Pacifique

Paris, 2006

bibliothèque insulaire

   
Nouvelle-Calédonie
parutions 2006
Coup de soleil sur le caillou / Joël Paul ; préface d'Hélène Colombani. - Paris : L'Harmattan, 2006. - 171 p. : ill. ; 22 cm. - (Lettres du Pacifique, 6).
ISBN 2-296-01654-5
9ème édition du Prix du Livre Insulaire : Ouessant 2007
livre en compétition

… que ceux qui déplorent ce qu'ils appellent la tristesse ambiante des œuvres calédoniennes se réjouissent : ils retrouveront le sourire à la lecture de ces neuf textes réalistes ou fantastiques, où sous la verve affleure cependant une lucidité non dénuée d'angoisse.

Hélène Colombani, Préface, p. 7

NOTE DE L'ÉDITEUR
 : Les neuf nouvelles de ce recueil ont pour thème le monde calédonien des petits travailleurs caldoches, kanaks, ou zoreilles, les obscurs, les sans grade, ceux qui luttent pour « s'en sortir », ou tout simplement pour survivre et défendre leurs valeurs menacées par la société moderne.
Vous n'oublierez pas ce vieux sage kanak qui part à la recherche de ses pouvoirs naturels perdus, ni Jo, le jeune rasta de Houaïlou en révolte contre le monde des blancs, qui meurt sur les trottoirs de Nouméa, ni Steve le jeune caldoche qui tue parce qu'il ne supporte plus le mépris, ni le boulanger zoreille venu tenter l'aventure du roulage sur les mines de nickel du « Caillou », qui recevra le salaire de sa peur au volant d'un énorme Berliet …

Né en 1952 en Picardie, Joël Paul a débarqué en Nouvelle-Calédonie dans les années soixante avec son père, du Calédonien des Messageries Maritimes ; il débute dans la vie active dès l'âge de 15 ans avant de passer nombre de diplômes jusqu'à l'obtention d'un D.E.S.S. obtenu au C.N.A.M.
EXTRAIT La conversation était sans intérêt. Une discussion d'ivrognes, qui inondait la pièce comme la voix d'un prêtre en chaire. La comparaison avec un homme de foi s'arrêtera là, car ces deux paroissiens ne devaient pas avoir mis les pieds dans un lieu de culte depuis longtemps.
       — C'est quoi ta rhubarbe ? Questionna le métis.
       — Ça ressemble à de la canne à sucre. La tige est filandreuse et juteuse, on en fait des confitures.
       — Les feuilles sont comment ?
       — Commes les feuilles de taro ou de nénuphar. Elles sont larges, immenses même. Il y a tellement de nos fruits que tu ne peux pas connaître et qui me manquent. Ils ont une saveur délicieuse. Les fruits tropicaux sont savoureux, d'accord, mais l'arôme d'une pomme que l'on vient de cueillir vaut toutes les mangues ou les bananes du marché de Nouméa.
       — L'arôme, l'engin ! Chez Dédé, au sixième kilomètre, y'a tout c'qu'on peut trouver en Frônce.
       — Oui, je te crois. Mais ici, je ne retrouve pas la saveur des groseilles blanches ou rouges, les mûres, les cerises de printemps, les cassis.
       — Cassis ! Vous bouffez les cassis. Y en a plein sur la propriété du vieux à Sarraméa des cassis.
       — Pas des cassis comme vos épineux qui envahissent les propriétés d'élevage. Les cassis, en France, sont des fruits. Tu as sûrement déjà goûté de la liqueur de cassis.
       — Ben là ! Awa ! Si ! Ça me revient. Une fois fin pété, en fête, chez un zoreille comme toi. C'est fin sucré, l'engin.
       — C'est ça !
       — Mon tonton, Bébé Lescrosse y dit que chez vous les zors, le mimosa n'est pas comme ici.
       — Je veux mon neveu, chez nous, le mimosa est un arbuste apprécié pour la décoration et ses fleurs jaunes odorantes.

Le déménageur, pp. 69-70
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Le Calédonien », Paris : L'Harmattan (Lettres du Pacifique), 2009
" ecrivaindu caillou " : le blog de Joseph Paul

mise-à-jour : 21 juillet 2010

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX