Jérôme Loubry

Les refuges

Calmann-Lévy

Paris, 2019

bibliothèque insulaire

   
îles noires
parutions 2019
Les refuges / Jérôme Loubry. - Paris : Calmann-Lévy, 2019. - 390 p. ; 22 cm. - (Noir).
ISBN 978-2-7021-6639-0
NOTE DE L'ÉDITEUR : Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d'aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.

Lorsqu'elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d'habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l'image que Sandrine en a.

Pourtant, l'atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu'un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d'entre eux ne quitte-t-il jamais l'île ?

Qu'est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?

Qui était vraiment sa grand-mère ?

Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d'un sang qui n'est pas le sien …
Le roman se déploie sur trois temps. Les faits relatés au premier temps — Première balise : l'île — sont radicalement remis en cause au deuxième temps — Deuxième balise : Le Roi des aulnes 1 ; et le troisième temps — Troisième balise : les enfants — ouvre encore une nouvelle perspective. De rebond en rebond, l'auteur fait étalage d'une virtuosité maîtrisée qui assure la cohérence du récit en soulignant l'étrangeté des personnages, de leurs comportements et des lieux où ils sont confrontés à leurs démons. Le fil des événements est ponctué d'annotations qui soutiennent la tension :
  • Ils attendent … de terminer leur vie, en quelque sorte. C'est ce que leur a promis le propriétaire de l'île (…).
  • (…) sur cette île se trouve une créature que l'on ne rencontre que dans les cauchemars.
  • Oui (…) les mauvais souvenirs et les cauchemars nous hantent pour la vie. La culpabilité également. Mais je connais un refuge pour échapper à tout cela … Une île où plus rien ni personne ne m'atteindra …
Le temps est régulièrement présenté comme une notion instable ; et l'île navigue entre effroi et séduction — entre réalité et fantasme.
   
1.Référence au poème de Gœthe, Der Erlkönig régulièrement cité …
       
Du liebes Kind, komm, geh' mit mir  !
Gar schöne Spiele spiel ich mit dir !
Viens, cher enfant, viens avec moi !
Nous jouerons ensemble à de si jolis jeux !
EXTRAIT Elle (…) reconnut que cet endroit possédait un certain charme, loin des lumières obséquieuses et du grouillement de la capitale. Un charme austère qui lui rappela une ancienne lecture, Les Hauts de Hurlevent. Elle se souvint également d'avoir lu que le vent pouvait rendre fou. Que les gens le comparaient à des voix d'outre-tombe, et que cette idée faisait son chemin jusqu'à se muer en certitude, au point de pousser ces convaincus à parcourir la lande pour réconforter les âmes errantes. Était-ce une de ces voix qu'elle avait perçue hier dans sa chambre ? S'agissait-il du chat sauvage que personne ne parvenait à attraper, ou tout simplement du vent ? Françoise lui soufflerait-elle sa folie, ce soir, à travers les arbres de la forêt ? Viendrait-elle lui expliquer sa peur ?
     Idiote, se raisonna-t-elle, ne vois-tu pas que cette île essaye de te séduire à son ton tour ? Ne comprends-tu pas qu'elle souhaite te retenir ? As-tu oublié les paroles de Françoise ?
     Tu ne devrais pas être ici, sur cette île …

p. 111
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Les refuges », Paris : Librairie générale française (Le Livre de poche, 35886), 2019

mise-à-jour : 16 septembre 2020
Jérôme Loubry : Les refuges
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX