Auguste Blanqui

L'éternité par les astres, préface de Jacques Rancière

Les Impressions nouvelles - Réflexions faites

Bruxelles, 2012
bibliothèque insulaire

      

île-prison
parutions 2012
L'éternité par les astres / Auguste Blanqui ; préface de Jacques Rancière. - Bruxelles : Les Impressions nouvelles, 2012. - 123 p. ; 21 cm. - (Réflexions faites).
ISBN 978-2-87449-155-9
Qui consent à passer sa vie dans les prisons du pouvoir pour se libérer de la prison de la soumission sait aussi que la terre où tout cela se passe n'est elle-même qu'un enclos, séparé de toutes les autres terres et voué comme elles à disparaître sans mémoire. S'il sait tout cela, il peut raisonnablement espérer et tenter l'impossible.

Jacques Rancière, Préface, p. 29

Auguste Blanqui (1805-1881) a vécu soixante-seize ans ; il en a passé quarante-quatre en prison pour avoir attisé l'espoir d'une société de liberté … Les prisons insulaires ne lui étaient pas inconnues : Mont-Saint-Michel, Belle-Île-en-Mer, la citadelle de Corte et, pour finir, le Château du Taureau dans la baie de Morlaix où, il est incarcéré du 24 mai au 12 novembre 1871. Pendant les courtes promenades qu'il peut effectuer sur la plate-forme du fort il lui est « interdit de regarder la mer ».

Ici, l'île est réduite à son ultime mesure : les murailles du fort plongent directement dans la mer — aucun recul, aucun retrait. C'est dans ce cadre que Blanqui rédige « L'éternité par les astres : hypothèse astronomique » qui retiendra l'attention de Nietzsche chez qui mûrissait la formule de l'éternel retour.

Borges estime que l'interprétation donnée par Blanqui de la doctrine de l'éternel retour est, en regard de celles proposées par Platon (au trente-neuvième paragraphe du Timée) ou par Nietzsche, « la mieux raisonnée et la plus complexe » 1. Quant à Walter Benjamin, il y voit l'effort désespéré de qui tente de se « donner de nouvelles portes de cachot », gage d'accès à une forme supérieure et supérieurement contraignante de liberté.
       
1.« Histoire de l'éternité : Le temps circulaire », in Œuvres complètes, vol. 1, Paris : Gallimard (La Pléiade), 1993 (p. 414)
WALTER BENJAMIN : Le dernier texte que Blanqui ait écrit dans sa dernière prison est resté, autant que je puis le voir, totalement négligé jusqu’à aujourd’hui. C’est une spéculation cosmologique qui, il est vrai, s’annonce à la première lecture banale et inepte. Les réflexions maladroites d’un autodidacte ne sont toutefois que le prélude à une spéculation qu’on ne pensait pas trouver chez ce révolutionnaire. On peut dire en fait, dans la mesure où l’enfer est un thème théologique, que cette spéculation est de nature théologique. La vision cosmique du monde que Blanqui expose en empruntant ses données à la physique mécaniste de la société bourgeoise, est une vision d’enfer. […] L’aspect bouleversant de cette ébauche est qu’elle est totalement dépourvue d’ironie. C’est une soumission sans réserve et, en même temps, c’est le réquisitoire le plus terrible qui puisse être prononcé à l’encontre d’une société qui projette dans le ciel cette image cosmique d’elle-même. Le texte, qui est, quant à la langue, d’un relief très marqué, entretient les relations les plus remarquables autant avec Baudelaire qu’avec Nietzsche.

« Paris, capitale du XIXe siècle », Paris : Éd. du Cerf, 1989
EXTRAIT L'univers tout entier est composé de systèmes stellaires. Pour les créer, la nature n'a que cent corps simples à sa disposition. Malgré le parti prodigieux qu'elle sait tirer de ces ressources et le chiffre incalculable de combinaisons qu'elles permettent à sa fécondité, le résultat est nécessairement un nombre fini, comme celui des éléments eux-mêmes, et pour remplir l'étendue, la nature doit répéter à l'infini chacune de ses combinaisons originales ou types.

Tout astre, quel qu'il soit, existe donc en nombre infini dans le temps et dans l'espace, non pas seulement sous l'un de ses aspects, mais tel qu'il se trouve à chacune des secondes de sa durée, depuis la naissance jusqu'à la mort. Tous les êtres répartis à sa surface, grands ou petits, vivants ou inanimés, partagent le privilège de cette pérennité.

La terre est l'un de ces astres. Tout être humain est donc éternel dans chacune des secondes de son existence. Ce que j'écris en ce moment dans un cachot du fort du Taureau, je l'ai écrit et je l'écrirai pendant l'éternité, sur une table, avec une plume, sous des habits, dans des circonstances toutes semblables. Ainsi de chacun.

Toutes ces terres s'abîment, l'une après l'autre, dans les flammes rénovatrices, pour en renaître et y retomber encore, écoulement monotone d'un sablier qui se retourne et se vide éternellement lui-même. C'est du nouveau toujours vieux, et du vieux toujours nouveau.

[…]

Ch. VIII, Résumé, pp. 119-120
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « L'éternité par les astres : hypothèse astronomique », Paris : Librairie Germer Baillière, 1872
  • « L'éternité par les astres » préface de Jacques Rancière, Bruxelles : Impressions nouvelles (La Bibliothèque d'un amateur), 2002
  • « Instructions pour une prise d'armes ; L'éternité par les astres et autres textes » textes établis et présentés par Miguel Abensour et Valentin Pelosse, Paris : Ed. de la Tête de feuille (Futur antérieur), 1973 ; Paris : Sens & Tonka (Mémoire volontaire), 2000
  • « L'éternité par les astres » avec une introduction et des notes par Lisa Block de Behar, Genève : Slatkine, 2009
  • Gustave Geffroy, « L'enfermé », Paris : Eugène Fasquelle, 1897 ; Paris : Archives Karéline, 2013
  • Jean Despert, « Autour de l'incarcération de Louis-Auguste Blanqui au château du Taureau en 1871 », Les Cahiers de l'Iroise (Brest), n° 149, 1991 (pp. 19-23)

mise-à-jour : 17 mai 2013
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX