Marcello Fois

Un silence de fer

Seuil

Paris, 2000

bibliothèque insulaire
   
Méditerranée
îles noires
parutions 2000
Un silence de fer / Marcello Fois ; traduit de l'italien par Nathalie Bauer. - Paris : Seuil, 2000. - 157 p. ; 21 cm.
ISBN 2-02-038225-3

NOTE DE L'ÉDITEUR : Dans une station-service près de Núoro, un jeune couple est sauvagement assassiné. Le crime semble inexplicable, de même que la minutie avec laquelle le meurtrier a « joliment allongé » les deux corps. Le même jour, un gitan est retrouvé carbonisé dans la poubelle d'une pinède.

Les rapports qui arrivent sur le bureau du juge d'instruction n'apportent que des détails apparemment insignifiants. Certes, comment pourrait-on deviner les étranges échos qui relient ces meurtres à une histoire de terrorisme vieille de dix ans ?

Impossible de débrouiller cet écheveau sombre et cruel sans pénétrer le profond mystère qui enveloppe la Sardaigne, terre de violences, marquée à jamais par la dureté de l'âge de fer.

LE MONDE DES LIVRES, 9 juin 2000 : Ferro recente […] désigne en fait le dernier des cinq âges préhistoriques de Núoro, bourg sarde auquel est dédiée cette première fiction et qui devrait rester au cœur du projet littéraire du jeune écrivain. Ce « Fer supérieur  s'étend de 500 à 238 avant J.-C., époque de la soumission à Rome », précise même l'extrait du Touring-Club donné très pédagogiquement en exergue. Ensuite vient le temps de la conquête, de l'asservissement, au mieux de l'acculturation, qui déplace l'accent au profit du vainqueur, maître de l'écrit, de l'Histoire, donc du temps. Natif de Núoro, Marcello Fois a découvert la langue par le sarde ; l'italien n'est venu qu'ensuite, avec l'école primaire […].

Philippe-Jean Catinchi

EXTRAIT

Il n'y avait pas de limbes, de no man's land. Comme d'habitude, Elena sentit peser sur elle des années prématurément brûlées. Ça va, ça va, pensa-t-elle. Au reste, les choses rapidement brûlées laissent peu de traces. Mais elle savait que ces traces étaient profondes. Mentir, donc, et bien se mentir, systématiquement, sans trop en faire, au rythme d'un petit mensonge par jour. Il n'y avait là rien de mesquin, rien de compromettant, c'était plutôt une adaptation progressive. La vie ne signifiait-elle pas qu'il fallait savoir utiliser ces milliers de petits rites exécutés avec automatisme ? … Une étrange continuité, également perverse. La continuité d'un univers domestique, d'un monde télévisé, une adolescence de romans-photos, en couleurs, en noir et blanc.

p. 85

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Ferro recente », Bologne : Granata press, 1992
  • « Un silence de fer », Paris : Seuil (Points-policier, 1189), 2004
     
  • « Sempre caro », Paris : Tram'éditions, 1999 ; Paris : Seuil (Points, 720), 2001, 2005
  • « Sheol », Paris : Tram'éditions, 1999 ; Paris : Seuil (Points, 735), 2000
  • « Sang du ciel », Paris : Tram'éditions, 2000 ; Seuil (Points-policier, 926), 2001
  • « Plutôt mourir », Paris : Seuil, 2001 ; Seuil (Points, 1298), 2005
  • « Gap », Paris : Seuil, 2002
  • « Nulla : une espèce de Spoon river », Paris : Fayard, 2002
  • « Ce que nous savons depuis toujours », Paris : Seuil, 2003
  • « Ce que tu m'as dit de dire », Paris : Gallimard, 2004
  • « Les hordes du vent », Paris : Seuil, 2005
  • « Petites histoires noires », Paris : Seuil, 2005
  • « Mémoire du vide », Paris : Seuil, 2008
  • « La lignée du forgeron », Paris : Seuil, 2011
  • « C'est à toi », Paris : Seuil, 2014
  • « Cris, murmures et rugissements », Paris : Seuil, 2015
  • « La lumière parfaite », Paris : Seuil, 2017

mise-à-jour : 3 avril 2017

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX