Bronwen Nicholson (et al.)

Gauguin and Maori art

Godwit / Auckland City Art Gallery

Auckland, 1995

bibliothèque insulaire

 
peintres des îles

Gauguin

Nouvelle-Zélande
Gauguin and Maori art / Bronwen Nicholson ; with contributions by Roger Neich, Roger Blackley, Jonathan Mane-Wheoki, Richard Wolfe. - Auckland : Godwit publishing [in ass. with Auckland City art gallery], 1995. - 80 p. : ill. ; 22 cm.
ISBN 0-908877-69-2

En escale forcée à Auckland (Nouvelle Zélande), Gauguin visite, à la fin août 1895, The Auckland Art Gallery et The Auckland Museum. Chacune de ces institutions présente une collection consacrée à l'art des Maori ; Gauguin y trouve, pour la première fois, l'occasion d'un contact direct avec un ensemble diversifié d'objets représentatifs de la culture polynésienne. Il réagit en artiste prompt à saisir la nouveauté ; un carnet en témoigne, où sont notés, d'un coup de crayon souvent elliptique, formes et motifs ayant retenu son attention.

Ces croquis, et plus généralement les souvenirs visuels d'Auckland, ont enrichi le répertoire de formes dont sont nourries les œuvres du second séjour tahitien, ainsi que la Maison du Jouir d'Atuona dont la conception d'ensemble et l'ornementation doivent beaucoup aux Maisons Communes des Maori de Nouvelle Zélande, entre autres Te Tama-Te-Kapua dont il avait pu voir des photographies.

En contrepoint à cette analyse précisément documentée, Jonathan Mane-Wheoki s'interroge : « By what right had this French bohemian dragged Maori imagery into a primitivist mythology and iconography of his own imagining ? », tout en reconnaissant que si la question est pertinente aujourd'hui, personne n'était en situation de la formuler à la fin du siècle dernier. L'auteur relève nombre d'exemples de « détournements » imputables à Gauguin : « Should Gauguin's appropriations ever become an issue, it would surely be on the basis of the incongruity of his placement of Maori imagery within exotic, tropical pictorial settings painted in sweet, high-key colour harmonies entirely at odds with the more earthy coloration of taonga Maori. »  La controverse ici n'est donc pas poussée sur le terrain politique ; a posteriori, Jonathan Mane-Wheoki reconnaît implicitement à Gauguin le mérite d'avoir été le premier « passeur » entre deux mondes que tout opposait avant lui.

SOMMAIRE

Preface, Christopher Johnstone
Foreword, Richard Brettell

  • Gauguin and maori art, Bronwen Nicholson
  • The Auckland Art Gallery, Roger Blackley
  • The Auckland Museum, Richard Wolfe
  • He ao weherua : Gauguin and taonga maori, Jonathan Mane-Wheoki

References
Notes

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Paul Gauguin, « Noa Noa » texte établi et annoté par Pierre Petit, gravures réunies et commentées par Bronwen Nicholson, Paris : Jean-Jacques Pauvert, 1988

mise-à-jour : 10 avril 2013
« Auckland sketchbook », p. 5
reproduit p. 41
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX