Jean Prasteau

Les îles d'Ouest

Arthaud

Paris, 1954
bibliothèque insulaire

      

errances
Les îles d'Ouest : Oléron, Aix, Ré, Madame, Yeu, Noirmoutier / Jean Prasteau. - Paris : Arthaud, 1954. - 158 p.-71 pl.-1 carte dépl. ; 21 cm.

Les îles, c'est l'Aventure ...
Alors, partons pour les îles ! Les Cocos, les Tuamotou, les Marquises et les Manihiki nous attendent.
Mais est-ce tellement nécessaire d'aller si loin ?

Chapitre I, p. 7

Proches du littoral et familières d'apparence, les îles d'Ouest ne cessent pour autant d'exercer un attrait où le mystère et l'exotisme ont leur part. Passée la « porte des îles » — ici, La Rochelle — le grand large impose sa loi, l'aventure est à portée de rêve.

Oléron, c'est l'île des parfums …
Aix, l'île sous le vol de l'aigle …
Madame, l'île de la mort lente …
Ré, l'île blanche …
Yeu, l'île égarée …
et Noirmoutier, l'île aux deux visages

NOTE DE L'ÉDITEUR : […]

Qui pouvait parler des îles d'Ouest sinon Jean Prasteau [1921-1997], reporter littéraire du Figaro, originaire d'un de ces curieux villages de la côte charentaise où les hommes sont autant marins que terriens ?

En fait, il « raconte » les îles. Car, ici, l'histoire — une étonnante histoire mi-terrestre, mi-navale — adhère au pays. Le baron de Chantal, père de la marquise de Sévigné, Toiras, Richelieu, Buckingham, Choderlos de Laclos, Charette, Napoléon, revivent et combattent dans ces paysages marins où, parfois, entre deux dunes, apparaissent et flottent au vent les capes des Trois Mousquetaires.

[…]

Les amis de l'Océan ne seront pas insensibles à cet ouvrage de dévotion pour cette étendue en mouvement qui donne le vertige mortel, selon la phrase de Pierre Loti, qui fut un amateur d'îles.

mise-à-jour : 26 septembre 2005

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX