Graham Greene

Notre agent à La Havane

10/18 - Domaine étranger, 1397

Paris
, 2001

bibliothèque insulaire

   
Cuba
parutions 2001
Notre agent à La Havane / Graham Greene ; trad. de l'anglais par Marcelle Sibon. - Paris : 10/18, 2001. - 284 p. ; 18 cm. - (Domaine étranger, 1397).
ISBN 2-264-02198-5
Le monde serait-il dans le gâchis où il est si nous étions
fidèles à l'amour au lieu d'être fidèles à des patries ?


p. 248

Les Comédiens est un roman, mais avant tout, l'expression ferme d'un engagement — l'objectif de l'auteur était de lutter contre l'horreur que représentait à ses yeux la dictature du docteur Duvalier 1. Notre agent à La Havane est un divertissement ; certains ont apprécié, d'autres moins — c'est le cas du régime de Fidel Castro, très critique envers une œuvre évoquant une page d'histoire tourmentée avec retenue sinon légèreté 2.

Le roman se déroule aux derniers temps de la dictature de Fulgencio Batista qui bénéficiait du soutien officiel des États-Unis d'Amérique, alors que la guérilla menée par Fidel Castro et Che Guevara s'organisait et se renforçait dans la province d'Oriente. Mais pour Graham Greene, le sujet est ailleurs : il veut se moquer d'une activité qu'il connaît bien, celle des services secrets et, en particulier, des services secrets britanniques où chaque agent — et pas seulement le novice fraîchement recruté à La Havane — ressemble à un « mauvais romancier qui prépare un effet » (p. 151).

Sous la farce, les péripéties qui se jouent « dans cette fantastique Havane, au milieu des absurdités de la guerre froide » masquent mal une interrogation corrosive sur les visées politiques des grandes puissances — et sur les formes d'engagement individuel qu'elles peuvent légitimer : « qui pourrait accepter comme grande cause la survie du capitalisme occidental ? » (Introduction, p. 12).
       
1.« The Comedians, » Graham himself later wrote, « is the only one of my books which I began with the intention of expressing a point of view and in order to fight — to fight the horror of Papa Doc's dictatorship. » Bernard Diederich, Seeds of fiction (2012), p. 112.
2.« … ce livre ne me servit pas auprès des nouveaux maîtres de La Havane. En me moquant des Services secrets britanniques, j'avais minimisé la terreur qu'avait fait régner le régime de Battista », Introduction, p. 21.
EXTRAIT    Sans savoir exactement pourquoi, il n'avait pas envie, ce matin-là, de boire son daiquiri du matin en compagnie du docteur Hasselbacher ; il y avait bien des moments où le docteur lui semblait un peu trop libre de soucis. Il entra donc chez Sloppy Joe au lieu d'aller au Wonder Bar. Aucun résident de La Havane n'allais jamais chez Sloppy Joe parce que c'était le rendez-vous des touristes, mais les touristes étaient alors en nombre de plus en plus réduit, car l'on pouvait entendre dans le régime du président les craquements avant-coureurs de l'écroulement final. Il y avait toujours eu, hors de la vue du public, des incidents déplaisants qui, en éclatant dans les chambres secrètes de la Jefatura, n'avaient pas troublé les étrangers logés au Nacional ou au Séville-Biltmore, mais voilà qu'un de ces visiteurs venait d'être tué par une balle perdue, pendant qu'il photographiait un mendiant pittoresque, sous un balcon près du palais, et cette mort avait sonné le glas des « tours complets comprenant une excursion à la plage de Varadero et un aperçu de la vie nocturne à La Havane ». Le Leica de la victime avait été pulvérisé du même coup, ce qui plus que le reste avait donné à ses compagnons une notion impressionnante du pouvoir destructeur d'un projectile.

pp. 46-47
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Our man in Havana », London : Heinemann, 1958
  • « Notre agent à La Havane » trad. de l'anglais par Marcelle Sibon, Paris : Robert Laffont (Pavillons), 1959
  • « Les comédiens » trad. de l'anglais par Marcelle Sibon, Paris : Robert Laffont (Pavillons poche), 2006

mise-à-jour : 15 août 2018
Graham Greene : Notre agent à La Havane
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX