Jean-Pierre Ohl

Redrum

Gallimard - Folio SF, 625

Paris, 2019

bibliothèque insulaire

       

parutions 2019

Redrum / Jean-Pierre Ohl. - Paris : Gallimard, 2019. - 227 p. ; 18 cm. - (Folio SF, 625).
ISBN 978-2-07-279277-9
— C'est le rêve de Dickens, déclara Télek.
— Qu'est-ce que Dickens vient faire là-dedans ?
— Il rêvait souvent qu'il pénétrait dans son œuvre comme on entre dans une maison.

p. 179

Invité à participer à un colloque sur le cinéma, Stephen Gray se rend sur l'une des îles Hébrides — qui se trouve être le berceau de la famille de son père …

C'est à Scarba, au point de rencontre improbable entre la Kabbale, le cinéma américain de la seconde moitié du XXe siècle et les avancées de la technologie informatique, que Stephen Gray, après avoir négligé l'avertissement d'un miroir, va se laisser prendre au piège du temps.

Le déroulement de l'intrigue est marqué de cailloux blancs qui signalent goûts et références de l'auteur — Onésimos Némos sur son sloop fait penser au Capitaine Nemo ; le critique français Morel rappelle l'énigme tramée par un ami de Borges ; les évocations du cinéma américain sont plus directement affichées, jusqu'au jeu des clones de charme qui accueillent les participants du colloque, de Gene Tierney à Brigitte Bardot.
NOTE DE L'ÉDITEUR : Sur une île au large de l’Écosse, Stephen Gray, spécialiste de l’œuvre de Stanley Kubrick, retrouve d’autres cinéphiles passionnés comme lui par les vieilles bandes de la Fox ou de la Warner. Il y rencontre le maître des lieux, Onésimos Némos, inventeur de la Sauvegarde — ce troublant procédé informatique qui permet de “ stocker ” la personnalité des morts pour les ressusciter à la demande …

Tout en explorant l’œuvre de Kubrick, Stephen s’enfonce peu à peu dans un labyrinthe dont la trame semble faite de ses propres hantises. Quel secret le lie à Némos ? Et quelle expérience indicible ce dernier prépare-t-il ?

Subtil roman d’anticipation, rêverie sur le désir et suspense retors, Redrum se referme sur le lecteur comme un piège … dont il n’a pas envie de s’échapper.
       
Libraire et écrivain, Jean-Pierre Ohl écrit de la science-fiction et des biographies d'écrivains — Dickens et les sœurs Brontë.
INCIPIT “ Dans cinq minutes, Scarba : dernier arrêt avant trajet retour ” dit la voix enregistrée. Simultanément, l'ardoise numérique répéta le message trois fois, et un gros rocher compact m'apparut droit devant, à moins d'un mile.

Depuis son appareillage à Tarbert deux longues heures plus tôt, le navire de Caledonian MacFarlane avait desservi tout un chapelet d'îles aux noms gaéliques, éparpillant sur chacune d'elles un maigre contingent de randonneurs, quelques cyclistes, et deux ou trois automobilistes du cru qui jetaient vers le ciel des regards inquiets. Scarba n'avait rien de particulier par rapport à ses semblables : elle n'était ni plus grande, ni plus petite, ni plus belle, ni plus laide, mais sa position en bout de ligne lui donnait un aspect résigné, une mélancolie supplémentaire. Elle ressemblait à un gros pouce replié tâtant la mer avec précaution. Bientôt, à l'emplacement de l'ongle, je distinguai l'ancien hameau de pêcheurs bâti autour d'un cimetière. Le soleil venait de disparaître. Les ruines étaient si tristes, coincées entre un ciel de plomb et une mer d'encre noire, qu'on suspectait les villageois de s'être enfouis vivants dans les tombes.

— Pas de la région, hein ? dit ma voisine.

pp. 13-14
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Redrum », Talence : L'Arbre vengeur, 2012

mise-à-jour : 1er août 2019
Jean-Pierre Ohl : Redrum
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX