Ingrid Astier

La vague

Les Arènes - Equinox

Paris, 2019

bibliothèque insulaire

   
îles noires
parutions 2019
La vague / Ingrid Astier. - Paris : Les Arènes, 2019. - 398 p. : ill., carte ; 22 cm. - (Equinox).
ISBN 978-2-7112-0047-4
NOTE DE L'ÉDITEUR : Sur la presqu'île de Tahiti, la fin de la route est le début de tous les possibles. Chacun vient y chercher l'aventure. Pour les plus téméraires, elle porte le nom de Teahupo'o, la plus belle vague du monde.

La plus dangereuse aussi. Hiro est le surfeur légendaire de La Vague. Après sept ans d'absence, sa sœur Moea retrouve leur vallée luxuriante. Et Birdy, un ancien champion de surf brisé par le récif. Arrive Taj, un Hawaïen sous ice, qui pense que tout lui appartient.

Mais on ne touche pas impunément au paradis.

Bienvenue en enfer.

Ici c'est Teahupo'o, le mur de crânes.
       
Écrivain au tempérament insulaire, Ingrid Astier est née à Clermont-Ferrand en 1976.
Elle vit actuellement à Paris. Normalienne, agrégée de lettres, elle débute en écriture avec le Prix du Jeune Écrivain (1999). Elle a choisi le roman noir pour sa faculté à se pencher sans réserve sur l’être humain. Tout autant architecte que dentellière dans son écriture, elle aime bâtir des mondes. La Vague est son cinquième roman.
La vague de Teahupo'o qui explose sur le récif de la presqu'île au sud de Tahiti compte au nombre très fermé des plus belles, des plus fortes et des plus dangeureuses du monde — et c'est l'une des plus prisées aux yeux des surfeurs de haut niveau.

Autour de cette force de la nature, êtres et sentiments sont portés à incandescence, passions et conflits s'exacerbent.

Ingrid Astier inscrit dans cet élan la trame d'une histoire qui n'ignore aucun des sortilèges qui ont formé la réputation de l'île, mais ne cherche pas à dissimuler le revers de l'imagerie paradisiaque, qu'il s'agisse des travers de la société polynésienne ou des risques importés, “ les ravages de l'acculturation ” 1 — cupidité, perte des repères sociaux, drogues.
       
1.Interview d'Ingrid Astier publiée à l'occasion du Salon du Livre de Paris : « Teahupo’o, “ diable en robe d’écume ”, héroïne du roman La Vague d’Ingrid Astier » [en ligne]
EXTRAIT Le cadre était féérique. La cascade dévalait la pente à pic en deux temps, comme si la roche grise avait formé un trône royal à l'assise majestueuse.  Un océan de fougères l'encadrait. Des buveuses d'eau aux corolles roses couraient dans la verdure.
— Tu as vu les lianes de jade ?
Hiro s'était rapproché de Moea. Il lui désigna un point au niveau du palier rocheux de la cascade.
— Non, je ne vois rien …
— C'est quoi, les lianes de jade ?
— Singe à lunette, railla Hiro à Lascar, c'est la plus belle plante de la vallée.
(…)
Lascar releva ses lunettes sur son front et scruta chaque parcelle de vert.
— On ne doit pas avoir les mêmes yeux.
Le doigt de Hiro pointa à nouveau une zone où tous les regards se concentrèrent.
— Ça y est, je la vois ! s'écria Moea en battant des mains. Sa chevelure, noire, ondoya dans son dos, parfait répondant à celle, blanche, de la cascade.
Le yin et le yang, songea Birdy.
Lascar finit par se vexer, tandis que Birdy prenait autant de plaisir à chercher qu'à se nourrir de la joie de Moea.
Enfin Lascar repéra les longues grappes fleuries qui dégringolaient le long de la cascade.

pp. 227-228
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Teahupoo : la vague mythique de Tahiti » photographies de Tim McKenna et textes de Guillaume Dufau, Papeete : Au Vent des îles, 2007
Teahupoo

mise-à-jour : 22 avril 2019
Ingrid Astier : La vague
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX