Nassuf Djailani

Une saison aux Comores

Komedit

Moroni (Comores), 2006
bibliothèque insulaire
   
édité dans l'océan Indien

parutions 2006

Une saison aux Comores / Nassuf Djailani. - Moroni (Comores) : Komedit, 2006. - 125 p. ; 17 cm.
ISBN 2-914564-35-K (erroné)
9ème édition du Prix du Livre Insulaire : Ouessant 2007
livre en compétition

NASSUF DJAILANI : […]

J'entends déjà tes murmures cher lecteur, chère lectrice qui t'interroges sur le titre « Une saison aux Comores » […].

La question consacrée, c'est d'où parle l'auteur, qui est-il et que veut-il dire ?

Absentes des cartes géographiques, des mémoires. Terre muette dont l'histoire est niée, timidement racontée en des paroles évaporées au premier souffle du vent. Quel choc cela fut pour les jeunes écoliers que nous fûmes d'avoir à être habité par l'autre, le laisser construire notre imaginaire, nous dicter notre propre version des choses, devenir notre mémoire.

Il était une fois une île, plusieurs îles, quatre îles. Vomies par la gueule béante du volcan fou sur le flanc de la mère Afrique. Bercées par les courants marins, écumes du vaste océan Indien. Absentes des manuels d'histoire, des mémoires. Pourtant évoluent là, dans ce huis-clos de 374 km2, une population, des populations venues des quatre coins du monde. Au lendemain des indépendances, les peuples de l'Afrique continentale dirent stop à la colonisation. L'urgence était à l'indépendance nationale. Mais voici que dans cet « Archipel des sultans batailleurs », une voix, puis deux, puis plusieurs dirent non, — par les urnes —, au détachement d'avec l'ancienne puissance coloniale.

« Rester Français pour être libre », lisait-on sur les pancartes. Que s'était-il passé ? Historiens et hommes politiques de tous bords y vont de leurs explications. Que s'est-il passé depuis ? Terre soumise, c'est de la nôtre que je parle.

Terre de colère,
orpheline,
enfantée dans la douleur et la colère cosmique,
(…)
Al-djazaïr l'kamaria,
quatre étoiles dressées sur la raie dorsale de l'océan,
bercée par la mère Afrique,
couchée sur son flanc,
tout contre,
déchirée dès sa tendre enfance par des querelles mesquines,
Ô ma terre !
Séparée à jamais de ses sœurs comoriennes,
(…)
Ô ma terre,
tu n'es encore que gavage de promesse,
demain tu rayonneras de tous tes feux splendeurs.

Quelques fragments de vie, sous les lueurs de la lampe à pétrole venues tout droit de cet archipel, de ce bout d'île errant sur l'étendue de l'Océan, coincé entre l'Afrique continentale et l'île rouge de Madagascar.

Place donc si vous le voulez bien, à Une saison aux Comores, pour un voyage en dix nouvelles 1 à l'intérieur de cette terre comorienne.

Ébauche d'une préface, pp. 9-13
       
1.Le Réquisitoire (p. 15) ; Retour en pays fou (p. 61) ; Veillée Kakanoru (p. 66) ; Transie de semence (p. 72) ; Gueule de bois (p. 77) ; A maux couverts (p. 85) ; Culture sur brûlis (p. 92) ; Amour, Gloire et Beauté (p. 97) ; Nuit de Dieu (p. 106) ; La traversée de l'espoir (p. 111).
EXTRAIT Domoni, 5 h du matin.
Les fidèles se courbent pour se chausser à la sortie de la mosquée et puis disparaissent dans les ruelles étroites. De la jetée on aperçoit l'aube qui commence à poindre à l'horizon.
En bas sur la plage, attroupés autour de leur kwasa kwasa 1, les passeurs finissent de compter les recettes. L'odeur de sable se mélange à des remugles d'essence. La grande traversée va enfin pouvoir commencer. Soudain,
       — Tout le monde à l'abri !
Le guet signale la présence des Gardes-Côtes qui font leur ronde dans la jetée de Domoni. L'agent vient chercher sa part du gâteau.
       — La journée commence bien chef ?
       — R.A.S., mon commandant ! en lui remettant quelques billets dans la main serrant celle de l'agent. Vite fait, bien fait, ni vu ni connu.
Les passagers munis de leurs paquetages montent à bord, un à un, le bateau tourne dans tous les sens sous l'effet des vagues qui viennent s'abattre sur le rivage.
Lorsque le matelot démarre son moteur Yamaha, tout le monde se met à murmurer une prière.

La traversée de l'espoir, pp. 114-115

       
1.Barque de fortune dont les passeurs se servent pour la traversée (NdA).
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Une saison aux Comores », Moroni (Comores) : Komedit, 2007, 2010
  • « Spirale », Marseille : Les Belles pages, 2004
  • « Roucoulement », Moroni (Comores) : Komedit, 2006, 2013
  • « Nouvelles écritures comoriennes » (avec Salim Hatubou, Elbadawi Soeuf et Ben Ali Saindoune), Moroni (Comores) : Komedit, 2007
  • « Le songe … d'une probable renaissance … (suivi de) Roucoulement », Moroni (Comores) : Komedit, 2010
  • « En finir avec Bob », Paris : L'Harmattan (L'Instant théâtral), 2011
  • « Les balbutiements d'une louve », Moissy-Cramayel : Coelacanthe (En Scène !), 2012
  • « Dire l'île : ce vert paradis de mon enfance » avec des photographies de Jonny Chaduli, Mamoudzou (Mayotte) : Direction des affaires culturelles, 2012
  • « Se résoudre à filer vers le Sud », Paris : L'Harmattan (Théâtre), 2012
  • « L'irrésistible nécessité de mordre dans une mangue », Moroni (Comores) : Komedit, 2014
  • « Haisoratra : variations poétiques », Moroni (Comores) : Komedit, 2015
Sur le site « île en île » : dossier Nassuf Djailani

mise-à-jour : 23 octobre 2016

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX